• Accueil
  •  > 
  • Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Rejoignez Cyberarchi : 

Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"

© Cyberarchi 2020

Quitte à faire des concours, l'architecte Eric Cassar a pris le parti d'aller au bout de ses intentions. Pour ce passionné d'art(s) et de culture(s) à la formation d'ingénieur, l'architecture ressort à l'occasion de la magie et, toujours, d'un travail de "fou furieux". Ceci expliquant cela. En témoigne ce projet en forme d'hommage à Baudelaire autant qu'aux Beyrouthins.

 
 
A+
 
a-
 

L'Art émerge de la Culture

Entre orient et occident, Beyrouth est une ville d'une richesse incommensurable qui a accueilli un grand nombre de civilisations et qui a été la plateforme de plusieurs tournants de l'Histoire. Combien de villes se sont superposées dans cette cité ? Combien de miracles ont émergé de cette culture ?

Dans la mesure où elle a été touchée depuis des dizaines d'années par une succession de conflits - dont la ville porte encore les séquelles - nous souhaitons faire de ce musée des arts et de la culture une Re-naissance. La renaissance par les arts d'un peuple uni et riche de ses différences. A l'image du Cèdre, le musée va puiser dans le sol (culture / nature) l'énergie de sa longévité, de sa beauté. Ancré dans le sol des villes passées et prenant appui sur la culture, le bâtiment émerge dans un mouvement circulaire et s'élance vers le ciel. Cet élancement ce sont les arts. Ils renaissent des vestiges du passé avec puissance et légèreté.

Le projet est entouré de bâtiments de grande hauteur (tours représentant le Beyrouth d'aujourd'hui) et fait face au ring. Du côté du ring, il fait signe et informe les passants sur les évènements artistiques ayant lieu grâce à un grand écran vidéo ouvert sur la ville. Cet écran est le support d'informations concernant les manifestations... mais aussi et surtout un média permettant la diffusion d'art vidéo dans l'espace public, dans la ville.

Le musée ne se présente pas comme un bâtiment inaccessible. Il veut au contraire s'ouvrir à tous en estompant en partie la limite entre l'espace public et l'espace d'entrée du musée. On y accède en descendant vers une place publique située en contrebas à 11m sous terre. Le visiteur est guidé par un filet d'eau qui le mène du parvis à la fontaine de la place.

La culture est évoquée par cette place fraîche où deux murs, laissés bruts, agissent comme une carotte géologique du sol de Beyrouth laissant visible la découverte éventuelle de vestiges archéologiques des temps passés. En arrière plan, vues en contre plongée, les hautes tours de notre époque (notamment celle de Jean Nouvel) semblent encore plus grandes. De l'autre coté le musée s'élance vers le ciel...

Dans cette place, le climat est rafraîchi encore par l'eau de la fontaine. On peut s'asseoir, discuter, boire un thé ou manger - la cafétéria ouvre directement sur la place et elle agit avec le hall d'information comme un prolongement à l'intérieur de l'espace public -. De cette place, l'impression d'élancement vers le ciel du bâtiment est maximum.

Par ailleurs, au niveau du sol de la ville, une partie de l'espace public traverse la parcelle et le bâtiment en son milieu, avant de proposer à nouveau de descendre sur la place. Cette promenade urbaine permet de rejoindre le Ring et la rue Ghalghoul. Elle se vit à la fois comme une découverte architecturale et comme un avant-goût d'exposition en plein air.

"Montée des marches... passages entre les voiles (bétons et dorés) s'apparentant à des pétales, espace resserré... aspiration vers les découpes de ciel et vue sur le grand hall de la salle d'exposition... arrivée sur le promontoire avec aperçu sur la place en contrebas... descente par une rampe entre les arbres avec vue sur les espaces d'expositions extérieurs réservés à l'implantation de sculptures ou d'installations artistiques temporaires de grande taille".

Organisation fonctionnelle

Le bâtiment s'organise autour d'un élément central regroupant les circulations verticales et permettant de desservir tous les éléments du programme.

L'entrée dans le bâtiment se fait naturellement puisqu'il s'agit d'un prolongement de la place (accessible par escalier ou ascenseur). L'espace regroupant le hall et la cafétéria est ouvert sur plusieurs niveaux avec des mezzanines. Les sous faces des gradins des deux salles de spectacle génèrent des obliques et participent à l'architecture générale du volume.

On accède ensuite par des escalators aux différents éléments du programme. Ces escalators sont associés à deux ascenseurs permettant aux personnes à mobilité restreinte de rejoindre chacun des paliers. Ils offrent des points de vue uniques sur la ville. Largement vitrés et donnant sur la place extérieure, les foyers d'entrée des salles de spectacles sont situés au dessus du hall. Ils offrent des vues sur ce dernier grâce à divers percements au niveau des dalles. Ces percements laissent circuler la lumière et proposent des cadrages originaux. L'espace est ouvert ; il offre de l'ombre et de la lumière, des zones vues et d'autres plus discrètes.

La grande salle de spectacle peut facilement se transformer : théâtre à l'italienne, élisabéthain, nô ou véritable amphithéâtre avec scène centrale. Elle est ainsi adaptée pour recevoir tout type de spectacles : concert, théâtre, chorégraphie orientales (troupe Caracalla...), conteurs (kakawati), conférence, débat...

Au-dessus, l'espace d'exposition s'étend sur un double niveau (à +5 et +10m). L'entrée se fait par le niveau supérieur (+10m), on descend ensuite d'une mezzanine par une large rampe en pente douce servant elle aussi de support pour les oeuvres. L'espace est adapté à divers types de scénographies, aux oeuvres d'art petites ou grandes (jusqu'à 10m sous plafond). Des coursives intérieures permettent d'apprécier l'exposition avec de nombreux points de vue ; des coursives extérieures permettre de prendre l'air à l'ombre des moucharabiehs.

L'espace est naturellement fractionné par trois grandes voiles en béton, structure visible du bâtiment. Le passage d'un espace à l'autre se fait en traversant ces voiles grâce à des percements en arches de différentes tailles et de différentes hauteurs.

Comme dit précédemment l'espace d'exposition s'étend à l'extérieur avec des surfaces permettant l'installation d'oeuvres d'art adaptées. On trouve en effet un espace libre extérieur couvert de 200m² au niveau du jardin au nord-ouest (rdc) et un autre dégageant 65m² sur une hauteur de 20m pour accueillir des oeuvres monumentales au centre de la rampe de parking en double hélice.

Plus haut (2 niveaux aussi à +15 et +19m) se trouve la bibliothèque avec un accès direct à des jardins orientaux sur le toit. Ces jardins géométriques propices à la lecture et à la méditation sont une extension de l'espace de la bibliothèque vers l'extérieur. Ce sont des 'salles de lecture' en plein air où le lecteur est immergé dans l'environnement en connexion avec le ciel, les senteurs et la fraîcheur d'un petit plan d'eau.

Enfin aux derniers étages, on accède à la cinémathèque. La salle de cinéma est située au sommet du bâtiment sous la coupole du volume doré qui émerge vers le ring.

La façade ouest regroupe les éléments techniques. On y trouve la grande majorité des circulations verticales de secours ainsi que l'aire de livraison et les entrées et sortie du parking. Un monte-charge associé à cette aire de livraison permet d'accéder facilement à tous les espaces susceptibles d'être transformés : les deux salles de spectacles pour les décors, les deux niveaux de la salle d'exposition et la bibliothèque.

Structure / Enveloppe / Végétation...

A l'exception de la grande salle de spectacle qui fonctionne comme un caisson indépendant transmettant les efforts le long de ses parois, le bâtiment s'appuie principalement sur une série de voiles s'élançant vers le ciel et participant entièrement à l'architecture du bâtiment. Ils sont percés d'ouvertures en forme d'arches de différentes tailles et de différentes hauteurs qui connectent naturellement les espaces de part et d'autre.

Une double enveloppe métallique aux motifs géométriques entrelacés et variés (différence de taille) qui font penser à des arabesques enveloppent le bâtiment, le protège du soleil et génère un jeu d'ombre et de lumière unique à l'intérieur.

La végétation est présente à de nombreux endroits : arbres au rez-de-chaussée, plantes sur une partie de la façade (glycine, jasmin blanc, lierre...), jardin orientaux de méditation (citronniers, orangers, gardénias, frangipaniers, cactées...).

Une image du Beyrouth de demain

Notre objectif est de créer un musée à l'architecture novatrice (forme, matériaux), adapté au climat et au contexte urbain. Cette architecture tire son inspiration de l'architecture Moyen-orientale (arches, jardins, courbes, fontaines, moucharabiehs...). Ce musée ne représente pas une architecture passe partout. Il joue avec l'ombre et la lumière et donne à vivre à travers diverses ramifications une multitude d'espaces différents réinterprétant, chacun à leur manière, les couleurs et la sensualité orientale jamais disparue.

Eric Cassar

Lire également notre article 'Les émois du jeune Cassar (Arkhenspaces)' et consulter notre album photo 'La jeunesse d'Eric Cassar n'est pas une fatalité, le temps travaille pour lui'.

Fiche technique

Projet : Maison des Arts et de la Culture - 2009
Lieu : Beyrouth, Liban
Surface : 16.000m²
Equipe : Eric Cassar, Marwenn Belkhiria, Eva Biguères, Alvaro Alzereca, Paul-Arthur Heller

Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Maison des arts et de la culture (Beyrouth) : "un lieu d'envol et de rassemblement"
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER