• Accueil
  •  > 
  • Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Rejoignez Cyberarchi : 

Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur

Takuji Shimmura : Copyright 2019

Conçu par l’architecte François Leclercq et ses associés, le lycée international Nelson Mandela a été désigné lauréat du Prix national de la construction bois 2015 dans la catégorie « bâtiments publics, éducation et culture ». Un établissement BEPOS pour 1500 élèves, érigé en 19 mois seulement, qui s’organise autour d’une rue intérieure et dessine une longue ligne droite dans le paysage de l’Île de Nantes.

 
 
A+
 
a-
 

D’aucuns pensaient que les grandes barres de bâtiments appartenaient à une époque révolue. C’est pourtant un édifice de plus de 250 mètres de longueur que vient de réaliser l’agence François Leclercq sur le versant sud d’une grande parcelle, rue Gaétan Rondeau. Une figure sans concession, parfaitement linéaire, qu’Anne Carcelen, architecte associée et directrice d’agence explique par « la nécessité de se dégager de la zone inondable. » Mais aussi une morphologie qui, selon François Leclercq, fait référence au passé et rappelle celle « des halles industrielles, intrinsèquement liées à l’histoire de l’Île de Nantes. »

 

Au centre de la composition de 45 mètres d’épaisseur qui limite les parois froides, une rue intérieure de 150 mètres de long et de 11 mètres de large, coiffée d’une verrière de plus de 2000 m2, constitue un vaste forum, un lieu d’échange et de rencontre des lycéens, qui fédère et distribue l’ensemble du programme. Les salles de cours occupent le cœur du bâtiment ; l’internat et le réfectoire, son extrémité ouest, alors que deux impressionnants gymnases (45x25m environ), dont les fonctionnements sont mutualisés avec les associations sportives de la Ville, sont disposés à l’est. Seul l’auditorium de 250 places, qui sert également de lieu de répétition à l’Orchestre national des Pays de Loire, a été dissocié du corps de bâtiment principal.

 

« Le bon matériau au bon endroit »

 

Les prolongements « hors les murs » du centre de documentation et d’information (CDI) implanté au rez-de-chaussée, au bout de la section réservée à l’enseignement, offrent un bon aperçu du potentiel d’usage, spatial et olfactif, de la rue intérieure à dominante bois. Lorsque les températures sont favorables – la rue intérieure n’est ni chauffée, ni climatisée - les lycéens peuvent lire et travailler dans cette sorte d’entre-deux, mi-extérieur mi-intérieur, à l’abri de la verrière ventilée sous laquelle des tables et des chaises sont installées parmi quelques arbres. Omniprésent, le bois y est utilisé comme un matériau de structure (poteaux, poutres…), de revêtement de sol, de menuiserie de fenêtres et d’habillage acoustique de façade (tasseaux de chêne qui recouvrent une toile de jute).

 

Très marqué par les ambiances chaleureuses de ce que Françoise-Hélène Jourda nommait comme « le matériau ultime du développement durable », le lycée Nelson Mandela n’en est pas moins caractérisé par une mixité constructive bois-béton-métal. Avec un principe simple : « Le bon matériau au bon endroit », énonce comme un slogan Anne Carcelen. La charpente de la verrière est par exemple constituée de bois pour les parties en compression et de métal pour les parties en traction. Pour prévenir leur vieillissement, les poteaux de structure des façades extérieures sont en acier, alors qu’ils sont en lamellés-collés dans le reste de l’édifice. Toujours en façade, un bois de tempête, le pin maritime, a été choisi alors que le chêne domine les espaces intérieurs. Exceptionnellement, l’ossature de l’internat a été réalisée en béton pour des raisons de sécurité incendie. Quant aux planchers des salles de cours, ils sont constitués d’une dalle de béton coulé sur un isolant et un fond de coffrage en bois perforé. Une manière de composer des plafonds aux vertus acoustiques et décoratives, de profiter de l’inertie thermique du béton et de sa capacité à contreventer horizontalement le bâtiment (rigidifié tous les 40 m par les cages d’escaliers) en zone de sismicité 3 (sismicité modérée).

 

Tristan Cuisinier

 

Fiche technique :

 

Maîtrise d’ouvrage : Région Pays de Loire

Architecte : François Leclercq, architectes et urbanistes – Anne Carcelen, architecte associée et directrice d’agence – Paul Laigle, architecte associé

Bureaux d’études : Setec (TCE et environnement), ICM (sous-traitant structure bois), Mazet & associés (économiste), Ecsb (consultant bardage et vêture bois), Avel (acoustique), Alma consulting (cuisines), Socotec (bureau de contrôle)

1% artistique : Claude Ruteau

Certification : BEPOS + démarche HQE

Surface de plancher : 25 500 m2

Montant des travaux : 52 M€ HT (y compris l’aménagement du jardin des cinq sens)

Calendrier : Avril 2011 (concours international), fin 2014 (livraison)

Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Lycée Nelson Mandela : François Leclercq mise sur la grande longueur
Catégories
CYBER