• Accueil
  •  > 
  • Logements à Nanterre pour « pionniers du nouvel habiter »
Rejoignez Cyberarchi : 

Logements à Nanterre pour « pionniers du nouvel habiter »

Pour la construction de 164 logements à Nanterre, le parti architectural de l'agence X-TU reprend les suggestions du cahier des charges paysager et urbain et ses souhaits d'une fragmentation verticale accrue, et d'un découpage en « skyline » des volumes.

 
 
A+
 
a-
 

Sur la façade sud, une fragmentation verticale intègre les grandes failles de 6 à 10 mètres demandées. Les volumes sont recoupés verticalement par les failles plantées. ces « traits de coupes » structurent l'organisation du plan et offrent des transparences entre les terrasses et la promenade des provinces françaises.

Le long de cette dernière, les volumes redécoupés sont travaillés suivant deux niveaux de hauteurs : un avant- plan bas à l'échelle d'une rue de quartier et un arrière- plan plus haut à l'échelle de l'avenue des terrasses.

Les bâtiments sont reliés en partie basse pour unifier l'ensemble et asseoir ce paysage vertical. ces verticales sont accentuées par les contrastes de matière entre la façade sud et l'intérieur des failles. en effet la façade sud reçoit une sur-façade vitrée en continu, formant serre en hiver et ventilation en été. ce traitement vitré se retourne partiellement en partie basse, amorçant le passage d'un espace urbain à l'autre.

Un skyline urbain tout en... verticalité

L'assemblage des volumes, verticaux, horizontaux et transversaux forme un paysage, plus ou moins fragmenté, cohérent dans sa diversité. L'ensemble semble taillé, sculpté dans une matière commune. Il dessine un skyline urbain librement découpé dans le ciel : chaque volume se développe en hauteur suivant ses besoins. c'est un système né de la multiplication et de la prise en compte des individualités...

Les arrière-plans apparaissent à l'arrière des failles, décrivant la profondeur de l'îlot, évoquant la rue suivante, racontant d'autres volumes découpés qui tous ensemble fabriquent cette urbanité nouvelle souhaitée par les urbanistes : une ville multiple et humaine qui se rêve en skyline à l'image des grandes métropoles.

Les façades varient selon leur orientation et leur situation. La double peau de la façade sud optimise les apports solaires passifs et protège du soleil par ses avancées de dalles formant des « casquettes ». Cette épaisseur vitrée composée de lames horizontales orientables de type « nako » unifie le volume du bâtiment. Le nako donne une matière à la façade, comme un voile tendu devant la diversité d'occupation de ces espaces. Ainsi chacun peut s'exprimer en cohérence tout en préservant l'harmonie générale.

Des cultures d'appoint sur sa terrasse

La double peau transforme la façade en espace à vivre, ce qui augmente la valeur d'usage de l'appartement. Serre en hiver, espace ventilé l'été, elle invitera les habitants à expérimenter des cultures d'appoint à domicile dans le cadre d'une démarche environnementale personnelle. Les futurs habitants de ces logements seront les « pionniers du nouvel habiter ».

cette double peau se retourne sur la façade en partie basse formant un volume en porte à faux qui s'avançe vers la place et accentue l'horizontalité de ces niveaux.

Des percements colorés animent cette peau homogène et donnent à lire son épaisseur. Par leur disposition libre et aléatoire, ils expriment symboliquement la diversité des parcours individuels. Leur profondeur, leur densité varient suivant les façades, leur valeur d'usage étant adaptée à l'ensoleillement. Leur teinte chaude et dynamique répond aux volumes rouges des bâtiments voisins. Ils sont joyeux et identifient fortement le bâtiment, revendiquant sa nature d'habitat de demain pour nouveaux urbains.

Les façades ouest, est et nord ont un habillage béton préfabriqué lazuré nacré clair. elles contrastent subtilement avec la façade sud. Les refends porteurs sont en béton argenté.

La forme des ouvertures varie suivant les pièces. Leur disposition est librement composée : elle aussi rappelle qu'ici chacun est différent tout en maintenant une cohérence d'ensemble.

Différentes typologies pour un même paysage

Les baies bénéficient d'une occultation extérieure par volets coulissants à galandages intégrés dans l'habillage des façades. Un système simple permet d'y accéder depuis l'intérieur des logements pour assurer leur entretien. Les rez-de-chaussée sont travaillés pour mettre en valeur les transparences de part et d'autre du bâtiment. Ils sont vitrés, tramés verticalement, de façon aléatoire, et font apparaître une alternance de verre clair et de verre dépolis.

Trois maîtres d'ouvrages se partagent cette opération de logement : Logipostel, logements sociaux ; toit et Joie, logements sociaux ; Office HLM, logements en accession. La typologie des logements est différente selon le maître d'ouvrage : logements en accession encadrée, logements en accession, logements sociaux. Tous les bâtiments semblent appartenir à la même « famille » mais chacun a sa propre « identité » : ce sont des pièces d'un paysage.

Le haut des tours sera couvert de capteurs solaires

Les ateliers occupent le rez-de-chaussée des bâtiments. Ils sont à l'alignement sur les façades sud, ouest et nord et en retrait à l'est pour mettre en valeur le porte-à-faux des loggias et traiter le rapport à la place.

Le long de l'allée piétonne, le volume des loggias à R+2 forme une galerie protégeant les habitants de la pluie et connectant les halls à la rue.

Des ateliers connectés à la rue et au quartier

Les halls traversants sont décalés par rapport aux volumes arrière pour offrir des percées visuelles et des accès depuis la promenade des provinces françaises et permettre des vues sur les jardins. Ils permettent également l'accès aux locaux poubelles, vélos et locaux techniques accessibles par des zones couvertes sur les coursives.

Les ateliers sont principalement traversants afin de créer des transparences et permettre les livraisons par la coursive arrière. Ils sont pour la plupart agrémentés d'une mezzanine profitant de la hauteur offerte par la pente du terrain et donnant la possibilité de créer des logements attenants. La structure poteaux poutre et les cloisonnements légers permettraient une affectation différente nécessitant des surfaces de grandes dimensions.

Ils disposent de vitrines sur la promenade et ses jardins et participent ainsi pleinement à l'animation du quartier et pourraient accueillir également un petit équipement pour les familles, par exemple une halte-garderie ou une crèche parentale associative.

S'inspirer des expériences menées à Cuba

Les nouveaux urbains aspirent aujourd'hui à profiter de l'extérieur, du soleil et du vent, retrouver un contact avec le végétal et participer chacun à leur manière à l'amélioration de l'environnement. Des loggias-serres offrent aux appartements un gain de surface et permettent de bénéficier de calories gratuites en hiver et de se protéger du vent. elles donnent la possibilité d'expérimenter de vraies cultures individuelles hors sol. espaces de transition intérieur/extérieur, les loggias permettent également une circulation circulaire autour des chambres pour diversifier les cheminements. Elles participent également à l'atténuation du bruit et à la régulation thermique. Des terrasses végétalisées sont conçues pour recevoir des potagers, au septième étage pour les logements ne disposant pas de façades sud ou de loggias, en s'inspirant des expériences menées sur les toits urbains à cuba. Des terrasses colorées sont disséminées en creux dans les façades et offrent quand cela est possible des espaces extérieurs abrités.

MAÎTRISE D'OUVRAGE ET PROGRAMME
Aménageurs : EPADESA
Logements sociaux : Toit et Joie, OPHLM de Nanterre
Logements en accession / Galerie d'art : Logipostel / CAUE 92
Label : Ceref - 20 Ubât

MAÎTRISE D'OEUVRE
Architectes
X-TU Nicolas Desmazières et Anouk Legendre
chef de projet : Nicolas Jomain
Mission complète type loi MOP
Bureaux d'étude
Economie : CET
HQE : Le Sommer Environnement
Acoustique : Lasa

Surface du terrain : 2.317 m2
Surfaces utiles : 13.252 m2 (1.948 m2 en RDC)
164 logements dont 67 locatifs toit et Joie
45 en accession Logipostel
52 locatifs OPHLM de nanterre

Commande : juillet 2007
Début du chantier : mai 2010
Livraison : octobre 2012
Coût : 22.7 M€ HT

Mot clefs
Catégories
CYBER