• Accueil
  •  > 
  • Livres : De la nécessité des ruines et autres ouvrages
Rejoignez Cyberarchi : 

Livres : De la nécessité des ruines et autres ouvrages

© Cyberarchi 2019

Les Editions Picard étonnent par la permanence de leurs collections qui s'inscrivent autour de l'histoire et de l'archéologie, au carrefour desquels se trouve, souvent, l'architecture. Deux ouvrages - 'L'Institut d'art et d'archéologie' et 'L'autel de Pergame' - en témoignent de nouveau. A noter également un étonnant petit ouvrage aux Editions du Linteau.

 
 
A+
 
a-
 

L'Institut d'Art et d'Archéologie (1)

Simon Texier est un amoureux de Paris. Après avoir le mois dernier publier un Paris Contemporain (Parigramme), il propose ce mois-ci aux Editions Picard, sous sa direction, un bel ouvrage entièrement consacré au seul Institut d'art et d'archéologie, l'un des bâtiments les plus singuliers du paysage parisien.

Dessiné par Paul Bigot en 1920, achevé en 1932, il étonne par son architecture composite et la richesse de son revêtement de briques. Et ce d'autant plus qu'à cette date, la brique était loin d'être aussi 'noble' qu'elle ne l'est aujourd'hui. Atypique et décalée, l'oeuvre de Bigot témoigne moins d'une conception académique que d'une vision romantique et personnelle de l'architecture, sensible dans l'ensemble de ses projets.

Entité autonome créée à l'initiative de la Sorbonne et de la marquise Arconati-Visconti, l'Institut d'art et d'archéologie constitue aussi une étape décisive dans l'histoire de ces deux disciplines : consécration pour une génération d'enseignants (Emile Mâle, Gustave Fougères, qui se chargent d'ailleurs de sa programmation), il est conçu par Henri Focillon et Pierre Lavedan, qui en suivent pour leur part le chantier, comme un laboratoire d'enseignement et de recherche. Le bâtiment accueille en effet un exceptionnel ensemble de collections : le musée de moulages de la Sorbonne, qui fait l'objet d'enrichissements progressifs, la maquette de Rome reconstitue par Paul Bigot, qui occupe le quatrième étage, puis la bibliothèque Jacques Doucet, installée en 1935. Déplacées ou partiellement détruites, ces collections font partie intégrante de l'histoire de l'Institut, classé Monument historique en 1996.

Historien de l'art, Simon Texier est maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne (paris IV). Il mène des recherches régulières sur l'architecture et l'urbanisme contemporains, auxquels il a consacré plusieurs expositions, ouvrages et articles.

L'autel de Pergame, Images et pouvoir en Grèce d'Asie (2)

Pourquoi ici présenter cet ouvrage de François Queyrel ? D'une part parce qu'ils sont quelques architectes qui revisiteront avec plaisir leurs années Beaux-arts mais, surtout, parce qu'à l'heure où nombreux sont ceux qui s'interrogent sur le pouvoir (réel ou supposé) de l'image numérique, il peux être intéressant de (re)découvrir que les Grecs anciens avaient déjà abordé, avec bonheur en l'occurrence, cette problématique. En clair un rappel salutaire venu de la Grèce antique.

Voyons. L'art grec de l'époque hellénistique, entre la mort d'Alexandre et la bataille d'Actium, nous a légué peu de monuments aussi bien conservés que le Grand Autel de Pergame, découvert dans les fouilles allemandes de ce site proche de la côte égéenne de la Turquie actuelle, dans une des régions les plus riches du monde grec antique.

Cet édifice monumental, en partie reconstruit au musée de Berlin, est orné d'une frise qui déroule sur plus de 110 m de long le combat des dieux contre les géants. L'ouvrage aborde l'histoire de l'exploration archéologique de l'Asie Mineure en rappelant les circonstances de la découverte du site par Carl Humann. La révélation de tout un pan méconnu de l'art grec a dès le début suscité l'enthousiasme, de Tourguéniev par exemple, mais a aussi conduit à quelques méprises sur l'esthétique souvent qualifiée de baroque de la grande frise.

L'étude de la bataille des dieux contre les géants prend en compte les résultats des dernières recherches et permet d'avancer des éléments nouveaux d'interprétation grâce à l'identification de certaines divinités. Les dieux des Grecs étaient ici représentés en lutte contre les géants révoltés. L'examen des restes de la petite frise, moins bien conservée, qui narrait l'histoire du fondateur légendaire de Pergame, le héros Télèphe, conduit aussi à proposer une nouvelle reconstitution de la geste du héros fondateur de Pergame.

L'étude des sources qui subsistent sur le Grand Autel donne des indices intéressants qui permettent de préciser sa fonction : le monument était consacré au culte des douze dieux et du roi Eumène II après son apothéose. L'iconographie a été conçue pour donner au Grand Autel un rôle central dans la capitale du royaume. Une conception originale de l'image s'impose ainsi à nous : au service de la politique royale, mais aussi de la grandeur de la polis, de la cité, elle mobilise tous les prestiges de la fable pour faire passer un message à la gloire du roi.

François Queyrel, ancien élève de l'Ecole normale supérieure et ancien membre de l'Ecole française d'Athènes, enseigne l'archéologie grecque comme directeur d'études à l'Ecole pratique des Hautes Etudes à Paris. Il est spécialiste de la sculpture grecque à l'époque hellénistique, sur laquelle il a publié des études monographiques sous forme d'ouvrages et d'articles.

De la nécessité des ruines et autres sujets (3)

Pour finir, un petit ouvrage étonnant de John Brinckerhoff Jackson. Figure majeure et originale des landscape studies anglo-saxonnes, Jackson (1911-1996), fut successivement touriste-reporter un Europe, romancier, cow-boy, officier de renseignement, ranchero, éditeur, et visiting professor dans quelques-unes des plus grandes universités américaines.

Les nombreux essais qu'il a consacrés à la lecture des paysages occidentaux et a leurs mutations conjuguent une observation de première main avec une culture historique exceptionnelle et une grande indépendance d'esprit qui s'exprime dans une prose souple et maîtrisée. Dans la Nécessité des Ruines, l'un de ses recueils les plus aboutis, ce précurseur de l'enseignement du paysage livre une sorte de testament : de la balade considérée comme un des beaux-arts. Bref, une découverte singulière et originale des paysages américains.

(1)L'Institut d'Art et d'Archéologie, sous la direction de Simon Texier. Editions Picard ; Format 220x270mm (Broché) ; 144 pages, 185 illustrations en noir et en couleurs. Prix : 28 euros.
(2) L'autel de Pergame, Images et pouvoir en Grèce d'Asie, de François Queyrel. Editions Picard ; Format 220x280mm (Broché) ; 208 pages, 200 illustrations dont 21 en couleurs. Prix : 45 euros (jusqu'au 30 septembre 2005, 55 euros ensuite)
(3) De la nécessité des ruines et autres sujets, de John Brinckerhoff Jackson. Editions du Linteau ; Format 130x205mm (Broché) ; 190 pages. Prix 23 euros

Livres : De la nécessité des ruines et autres ouvrages
Livres : De la nécessité des ruines et autres ouvrages
Livres : De la nécessité des ruines et autres ouvrages
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER