• Accueil
  •  > 
  • Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Rejoignez Cyberarchi : 

Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN

LAN : Copyright 2019

L’agence d’architecture LAN annonce l’achèvement du projet de résidences du Carré Lumière à Bègles, en périphérie de Bordeaux, aujourd’hui habitable. Cette résidence de 72 appartements en accession libre et aidée, commissionnée par la société de gestion immobilière Ataraxia, succède à la démolition des tours du quartier Terre Neuve.

 
 
A+
 
a-
 

Dans le cadre de ce projet urbain supervisé par la SAEMCIB (Société Anonyme d'Economie Mixte de Construction Immobilière de Bègles) et impulsé par la Mairie, l’objectif était de « créer un exemple », avec l’intention de porter de nouvelles propositions pour le logement collectif.

 

 

Cette demande a été traduite par 4 grands principes :

 

 

1 - Réinventer le logement collectif, ou au moins envisager des formes d’habitat intermédiaire susceptible de conjuguer le désir d’intimité et le plaisir de sociabilité.

 

Le Carré Lumière présente les mêmes qualités qu’une maison individuelle (notion de privatif, un espace extérieur privé, indépendance et un fort contact sensoriel avec l’extérieur) sans ses inconvénients sur le plan de l’impact environnemental (allongements des réseaux, pollution visuelle et atmosphérique, consommation du territoire).

 

 

2 – Donner la possibilité aux gens d’habiter un endroit qui puisse évoluer avec eux

 

Le projet n’est pas un projet fini, mais une « forme en mouvement ». C’est une enveloppe capable de doubler de taille, donc de densité. Chaque appartement dispose d’un jardin d’hiver qui permet d’augmenter sa surface habitable. Ainsi en fonction de l’évolution d’une famille, il est possible d’ajouter une pièce dans un cadre déjà construit, et de l’enlever par la suite.

 

 

3 – Donner un exemple de « sobriété économique »

 

Ce projet a été construit avec 1000E du m2, un prix bien inférieur à celui pratiqué dans cette région pour le double de la surface. Ce résultat a été possible grâce à un travail de rationalisation, de contrôle et gestion du budget, de sobriété architecturale. Une économie des opérateurs intermédiaires a également permis de simplifier les transactions immobilières.

 

 

4 – Imaginer un modèle climatique spécifique et durable

 

Le parti formel, mis en place pour des raisons urbaines, a aussi permis de travailler sur un modèle climatique hybride qui correspond au climat de cette partie de la France. A mi-chemin entre le modèle sur-isolé nordique et l’architecture à patio de la Méditerranée, la conception bioclimatique se base sur un principe de compacité variable qui introduit la notion d’adaptabilité d’un logement au rythme des saisons ou du jour. Chacun d’entre eux a ainsi la possibilité d’utiliser son espace extérieur comme protection au vent, une mini serre climatique ou à l’inverse comme une machine à rafraîchir.

 

 

Les deux bâtiments du Carré Lumière sont très éloignés des standards actuels de production de logements : d’une épaisseur de 7m, leur structure est proche de celle d’un parking, et leurs façades sont constituées d’éléments issus de l’architecture industrielle.

 

 

Malgré sa radicalité, le projet est déjà devenu en peu de temps une pièce fondamentale dans la définition de l’identité et de l’espace public de ce nouveau quartier.

 

Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Les résidences du Carré Lumière à Bègles signées LAN
Catégories
CYBER