• Accueil
  •  > 
  • Les potentiels d'usages de Stéphane Malka
Rejoignez Cyberarchi : 

Les potentiels d'usages de Stéphane Malka

© Cyberarchi 2014

Graffitectures ! Un néologisme d'une puissante force d'évocation auquel Stéphane Malka prête bien plus que cinq sens. "Petit Paris", "Para Cité"... Si l'architecte aime autant les mots - et les lettres au sens de caractère - c'est qu'ils sont autant, entre autres, de moyens d'action d'une pensée construite qui n'a plus maintenant besoin que d'être mise en oeuvre.

 
 
A+
 
a-
 

CyberArchi : Les grandes dates de l'agence (bref une présentation de l'agence) ?

Stéphane Malka : Stéphane Malka débute chez Jean Nouvel en 1999, où il apprend à façonner son regard sur la ville. Parallèlement il développe des projets de recherche sur des stratégies d'implantations urbaines qu'il nomme aujourd'hui "Le Petit Paris".

Il ouvre son agence en 2003 et signe des petites réalisations au palais de Tokyo ou sur les toits des grands boulevards, collabore sur beaucoup de concours et termine actuellement un concours avec OMA - Rem Koolhaas et Kilo.

Qu'est-ce qui vous a convaincu de participer aux NAJA (ou dit autrement 'Pourquoi les NAJA') ?

Les Najap peuvent être un énorme moteur, un raccourci temporel d'une bonne dizaine d'années pour un jeune architecte. De plus, l'assise du ministère de la Culture permet une plus grande crédibilité, nécessaire pour rassurer les maîtres d'ouvrage sur des projets plus audacieux.

Pas de tactiques, ni de méthodologie appliquée spécialement aux Naja, plutôt une manière d'appréhender la ville ; comment densifier les porosités urbaines en s'appuyant sur le patrimoine existant ?

Quelle stratégie pour constituer le dossier : le fond (ou encore comment s'est élaboré le choix des projets / réalisations à mettre en exergue) ?

Le choix fût très clair : la mise en synthèse des différentes études et réalisations menées lors de ces sept dernières années choisies selon le thème du "Petit Paris".

Quelle philosophie pour l'agence, aujourd'hui et demain (en d'autres mots les rêves, les voeux, les espoirs, les désirs de jeunes archis désormais NAJA) ?

Au vu de l'urgence sociale, économique et écologique, il est nécessaire de "panser" la ville dans une logique de transformation ; par superposition, addition et extension du patrimoine bâti plutôt que dans celle univoque de la tabula rasa. Les projets du "Petit Paris" s'insèrent dans une reconquête du territoire sur les espaces indigents de nos villes. Para Cité la ville, le territoire, littéralement, s'y adosser.

Il me semblerait intéressant de confronter ces stratégies sur la table du Grand Paris, afin de générer de la vitalité urbaine, réactive et pertinente pour soutenir l'effervescence de celle-ci et de créer ainsi de nouveaux potentiels d'usages collectifs.

Mot clefs
Catégories