• Accueil
  •  > 
  • Les halles toujours d’actualité
Rejoignez Cyberarchi : 

Les halles toujours d’actualité

Guillaume Grasset : Copyright 2019

Dans le cadre de l’aménagement de l’écoquartier des Mézières, la Ville de Marly-le-Roi (Yvelines) a lancé en 2011 un concours dédié à la construction d’une halle pour un marché couvert. C’est le projet des architectes Philippe Ameller et Jacques Dubois (Ameller, Dubois et Associés) qui a été sélectionné et approuvé à l'unanimité par le conseil municipal. Découverte d’un espace neuf qui remémore les halles d’autrefois.

 
 
A+
 
a-
 

Avant, chaque ville avait ses halles. Comme un bazar immense, ces lieux qui fourmillaient de marchands et qui symbolisaient l’activité économique, sociale et politique, sont devenus au fil du temps plus structurés, propres et mieux agencés. L’architecture a aussi eu son mot à dire. Souvent en acier et en verre au départ, elle a cédé la place à du béton. De nos jours, à l’heure où les centres commerciaux vident nos cités, il est de plus en plus rare que les marchés couverts d’autrefois soient encore construits. La ville de Marly-le-Roi en fait partie et sa décision de la reconstruction d’une halle de marché avec une toiture végétalisée, donc « au goût du jour », est à souligner.

Un lieu de vie qui revit

La restructuration du quartier des Mézières comprend l’aménagement d’un parvis et d’un parking paysager, la construction de logements collectifs intermédiaires et la démolition puis la reconstruction de l’ancienne halle de marché entourée de pavillons et surplombée par les voies ferrées.

Pour les architectes, l’enjeu était de taille : Comment engendrer un repère fort dans le quartier sans pour autant négliger les facettes esthétiques et fonctionnelles de l’équipement ?

Une question à laquelle répond la nouvelle bâtisse qui marque sans ostentation son identité, s’insère dans son environnement sans s’imposer et engendre un espace généreux libéré de poteaux. Une démarche importante qui autorise une souplesse dans l’aménagement de l’ensemble.

Le bois pour la chaleur, dans un écrin de verdure

Concernant le bâtiment, de forme simple, il est strictement carré. Pour respecter la mémoire du lieu, les accès de l’ancien marché ont été conservés tandis qu’un portique périphérique supporte une poutraison métallique. La toiture qui par ailleurs présente des ondulations, comprend des sheds qui permettent à la lumière du nord d’éclairer les étals.

L’ambiance acoustique a été châtiée via la face intérieure de la toiture habillée en bois. La couverture végétalisée non seulement améliore le confort technique mais permet de régler la gestion des eaux pluviales. Les façades sont équipées de brise-soleil en bois et en acier placés verticalement et horizontalement.

Sur la façade nord de l’édifice, nous pouvons discerner une longue et haute baie aux motifs arborés, un clin d’œil à la présence du bois dans l’édifice et aux forêts environnantes. 

A Marly-le-Roi, là où il ne reste plus rien de l’ancien marché, d’autres conceptions viendront compléter le tableau où la nouvelle halle constituera pour le moment la clé de voûte du récent écoquartier.

Sipane Hoh

Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Les halles toujours d’actualité
Mot clefs
Catégories
CYBER