• Accueil
  •  > 
  • Le patrimoine architectural du Mali en péril
Rejoignez Cyberarchi : 

Le patrimoine architectural du Mali en péril

© Cyberarchi 2019

Les islamistes armés occupant le nord du Mali ont suspendu dimanche après-midi les démolitions de mausolées de saints musulmans à Tombouctou. Pour combien de temps ?

 
 
A+
 
a-
 

Au total, sept des seize mausolées de cette ville mythique, généralement en terre crue, ont été détruits en deux jours: après les sanctuaires de Sidi Mahmoud (nord de la ville), Sidi Moctar (nord-est) et Alpha Moya (est) samedi, les hommes du groupe Ansar Dine ont démoli dimanche à coups de houes et burins quatre autres mausolées, dont celui de Cheikh el-Kébir, situés dans l'enceinte du cimetière de Djingareyber (sud), selon un témoin.

Les mausolées, avec des tombes portant des stèles et autres insignes funéraires, sont d'importants sites de recueillement. Les opérations de démolition sont menées par Ansar Dine (Défenseur de l'islam), un des groupes armés occupant et contrôlant depuis trois mois Kidal, Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest), les régions formant le nord du Mali. Les islamistes armés ont profité de la confusion créée à Bamako par un coup d'Etat le 22 mars pour accélérer leur offensive déclenchée depuis mi-janvier dans cette région.

Patrimoine mondial de l'Unesco

Le porte-parole d'Ansar Dine à Tombouctou a déclaré que le groupe agissait « au nom de Dieu » et en représailles à la décision de l'Unesco, le 28 juin, d'inscrire Tombouctou sur la liste du patrimoine mondial en péril. L'agence onusienne a estimé que la présence des islamistes mettait en danger cette ville mythique, surnommée « la cité des 333 saints » en référence aux personnages vénérés de son passé qui y gisent.

Tombouctou compte trois grandes mosquées: Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia, joyaux architecturaux témoignant de son apogée, toutes trois sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

L.P (AFP)

Le patrimoine architectural du Mali en péril
Mot clefs
Catégories
CYBER