• Accueil
  •  > 
  • Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Rejoignez Cyberarchi : 

Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex

Cyril Weiner : Copyright 2019

 

Depuis peu, plusieurs authentiques chefs d’œuvres de l’art africain ont été regroupés et protégés dans un nouveau lieu conçu et réalisé par l’agence d’architecture NeM (Lucie Niney et Thibault Marca) en collaboration avec l’architecte Pierre-Emmanuel Gernay. Un équipement au goût du jour qui répond aux diverses exigences des normes actuelles.

 

 

 
 
A+
 
a-
 

Consciente de la nécessité de protéger ses collections et de les mettre en valeur, la Congrégation du Saint-Esprit a souhaité la création d’un nouveau musée, répondant aux standards modernes de sécurité, de conservation et d’accueil du public. Un projet confié conjointement aux deux agences d’architecture NeM et Gernay architecte.

 

Partage de patrimoine

 

La Congrégation du Saint-Esprit est une société missionnaire catholique fondée en France en 1703. Elle a fait de l’Afrique sa principale terre de mission. À partir des années 1840, les Spiritains sont connus dans plusieurs localités comme l’actuel Gabon et le Congo où ils ont partagé le quotidien des populations locales et surtout dans des milieux en difficulté sociale. Souhaitant témoigner sur la découverte des différentes cultures, les Spiritains commencent à collecter de nombreux outils du quotidien comme des plats, des armes, des instruments de musique mais aussi certains objets sacrés comme des masques et des sculptures.

A partir de 1880, les divers artefacts ont été exposés au sein de petits musées dans des conditions souvent précaires. Au fil du temps, ces objets qui constituaient, au départ, un moyen de propagande missionnaire, ont attiré moins l’attention jusqu’aux années 1950 où ils manquent de considération. Depuis quelques années, une réflexion d’envergure menée avec l’expert et historien de l’art Nicolas Rolland a conduit la Congrégation à une véritable prise de conscience vis-à-vis de ces morceaux patrimoniaux répartis dès lors dans divers lieux.

De ce fait, un long travail de recollement a été mené et a fini par la redécouverte de nombreux objets inédits, dont quelques authentiques chefs d’œuvres de l’art africain.

Des recherches qui ont mis les collections retrouvées sous les projecteurs. Après la publication d’un ouvrage et suite à la restructuration récente des sites de la congrégation, cette dernière a souhaité le regroupement des œuvres en question dans un lieu unique pour permettre d’exposer ce patrimoine à tous. Le projet du Musée Spiritain des arts africains a ainsi vu le jour.

 

Encourager les rencontres et les échanges d’idées

 

Situé à Allex entre Valence et Montélimar, c’est un équipement de taille modeste mais d’une grande portée qui a réussi non seulement à encourager les rencontres et les échanges d’idées autour des thèmes exposés, mais aussi à partager la collection avec le public tout en préservant les oeuvres. L’ensemble prend discrètement place au rez-de-chaussée d’un bâtiment existant, où le visiteur découvre les œuvres dans un agréable cheminement en enfilade, ainsi que tous les objets, du plus commun au plus sacré. Au programme s’ajoute, un espace multifonction qui s’ouvre sur le parvis et le parc. Ce dernier a vocation à accueillir un panel d’activités annexes au musée.

La capacité d’accueil de la salle initiale étant satisfaisante, les architectes ont décidé de se concentrer sur le confort thermique tout en conservant au maximum l’existant. L’accueil et la salle de projection complètent l’ensemble et constituent un agréable espace de transition entre les deux entités, celle dédiée aux hommes et l’autre dédiée aux oeuvres. Cette dernière, avec la réserve, occupe un seul espace aux murs épais, éclairé de plusieurs hautes fenêtres doubles qui renforcent le caractère sacré du lieu.

Le musée se glisse habilement sous le sanctuaire et le clocher existant. La scénographie, adroitement menée par les architectes met en scène l’univers singulier  d’une collection restée longtemps confidentielle. Au fond de l’exposition se devine la réserve, visible, mais inaccessible au public. Les architectes ont même pensé à l’installation de vitrines mobiles, qui viennent compléter le dispositif pour définir des cheminements au besoin. A la fois sobre et discret, le musée Spiritain des arts africains participe à la découverte d’un art longtemps inconnu dans un univers architectural des plus frugaux.

 

Sipane Hoh

 

Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Le Musée Spiritain des arts africains, un lieu paisible à Allex
Mot clefs
Catégories
CYBER