• Accueil
  •  > 
  • Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Rejoignez Cyberarchi : 

Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser

© Cyberarchi 2019

Un milliard de Chinois, et moi. Et pourtant, aucun Chinois sous la main pour illustrer les perspectives de ce concours d'architecture, qui doit partir dans une semaine. Comment faire ? Chronique informatique de Christophe Hébert.

 
 
A+
 
a-
 

D'autant que je ne vous ai pas annoncé la meilleure : il me faut des Chinois assis pour illustrer une salle de spectacle. Assis et attentifs, de préférence. Déjà que je ne trouve pas mon bonheur sur Google image, même debout et dissipés, autant le dire tout de suite : la situation semble désespérée.

Bien sûr, j'ai bien quelques minois occidentaux en position adéquate, avec l'air détaché comme si ils venaient de croiser André Rieux chez Costes, mais je risque de me faire repérer dans la compétition ! (Précisons le au Tout Paris™ de l'architecture qui me lis peut-être : les Chinois ne nous attendent plus dans le domaine de l'architecture... d'ailleurs on ne nous attend plus nulle part).

C'est là qu'entre en scène le logiciel Poser, que j'ai acquis pour le prix d'une mise à jour, grâce à l'achat d'une ancienne version à moins de deux euros, sur un site marchand qui pratiquait le
déstockage de logiciels défraîchis... astuce !

Imaginez : une agence de mannequins à votre disposition

Poser est un logiciel qui permet de créer des personnages, humains ou animaux, et leur faire prendre toute sorte de positions ou d'expressions, voir de les animer. Peu répandu ou usité dans les agences d'architecture, cette application s'adresse tout particulièrement aux graphistes, créateurs de jeux, de bande dessinée, etc. ou bien aux architectes comme moi, bannis de l'accès aux concours hexagonaux grâce à un système de sélection qui privilégie une notabilité... assise (voir couchée) et probablement moins dissipée.

Poser permet maintenant de réaliser toutes sortes de personnages de plus en plus réalistes à partir de quelques modèles génériques, James (homme) et Jessi (femme). Poser ne vous permet pas de modéliser en 3D une figurine en partant de rien, ce qui serait trop complexe, pour vous comme pour les programmeurs du logiciel, mais de travailler à partir de figurines pré-définies. Le logiciel est en fait une application subtile de déformation avec de très nombreux réglages ciblés.

Au moyen de curseurs, ces modèles génériques permettent d'obtenir une combinaison infinie de visages et d'expressions. Ils ne leur manqueront plus que la parole. Un bouton permet même d'explorer des combinaisons aléatoires de réglages pour les plus paresseux, et ensuite d'ajuster le modèle.

L'interface dispose d'onglets qui permet de passer d'un "atelier" à un autre : "Pose", "Textures", "Visage", "Cheveux", "Vêtements", mode "SetUp", et magasin d'achat en ligne sur Internet pour ajouter des options.

Pour en revenir à notre problème chinois, une molette "ethnicity" permet de transformer un même visage selon les différences observées sur les cinq continents. Des visages plus ou moins asiatiques, indiens, africains ou européens et toute sorte de métissages... Poser permet d'évoluer dans un monde de différences, un monde multicolore, un peu comme dans la réalité... bref c'est un logiciel de simulation. Il est également possible de régler le nombre de printemps de la figurine et la part de féminité ou de masculinité (que nous avons tous en nous).

Sur la partie droite de l'interface, un petit tiroir permet de sélectionner et ajuster les ambiances lumineuses, les poses, les expressions ou les accessoires, appelées "props". Vous pouvez soit déplacer à la souris un bras, orienter une main ou le visage, soit double-cliquer une des poses pré-enregistrées, et le modèle, quel que soit les réglages qui en façonnent la "personnalité", prend la pose souhaitée. Il y a même un mode "cinétique" où le fait de tirer sur une extrémité, entraîne le corps tout entier dans une posture, parfois assez drôle. Pour compléter ce qui vous est livré avec le logiciel, il est possible d'acheter des sets de poses sur Internet ; vous pouvez également créer les vôtres et les enregistrer.

Pomme-Z

Seul bémol, malgré une interface très ludique, un peu comme Artlantis (chronique du mois dernier), il faut faire très attention à ne pas se retrouver dans l'impasse. Il n'existe qu'une possibilité d'annulation, et certains réglages peuvent s'avérer hasardeux. Il ne faut pas hésiter à sauvegarder plusieurs versions d'un même modèle, et bien sûr sauvegarder régulièrement votre travail. Vous verrez, vous serez tenté d'abandonner et re-charger une version précédente.

De même, les débutants, pour ne pas rester bloqués, doivent savoir que double-cliquer sur un vêtement ne suffit pas à transformer le pantin digital en moine plus vrai que nature. Le vêtement arrive sur l'écran, tombé d'un camion de grossiste, sans être mis proprement. La procédure à suivre est alors de bien sélectionner le vêtement, puis de choisir dans la barre de menu "Figure" -> "Conform to...", choisir le nom de la figure (par exemple Jessie) et valider.

Tue-l'amour

Encore un petit problème... concevoir un personnage féminin est quelque peu déconcertant dans Poser, puisque l'on conçoit les visages sans cheveux... chauves quoi. Les cheveux étant visibles dans l'atelier "Pose" ou dans l'atelier "cheveux" justement. Autant vous dire qu'il faut avoir le coeur bien accroché (si vous avez vu le cadavre d'alien dans Roswell...) et faire des allers-retours avec le mode "Pose", puisque les visages chauves sont très éloignés du résultat final....

A propos des cheveux, il existe deux familles : les perruques toute faites et les chevelures "procédurales". Pour ces dernières, mieux vaut avoir la documentation pas loin, mais c'est intéressant, puisqu'il existe plus de possibilités comme la densité, la longueur. C'est un petit peu plus coûteux en temps de calcul aussi.

Acteurs de second plan

Il semble loin le temps où Poser 4 proposait des rendus de personnages très playmobiles. Depuis la version 6, il est possible pour les plus doués (ou les plus patients) d'obtenir des rendus de plus en plus réalistes, avec notamment des cheveux qui ressemblent... à des cheveux.

L'intérêt pour nous est d'obtenir un résultat très rapide. On pourra très vite détourer les personnages créés grâce à l'outil "baguette magique" dans Photoshop (vous rendrez vos figurines sur un fond gris par exemple) et régler la luminosité et le contraste du sujet pour
mieux intégrer un personnage un peu trop artificiel dans une scène.

En mélangeant l'image photo et l'image artificielle, on pourra tromper l'oeil critique, ou bien réserver l'utilisation de Poser à des personnages de second plan. Tout est possible, tout dépend de votre dextérité et du temps que vous disposez pour travailler votre image.
Prochainement : Poser 7

Vendu actuellement un peu moins de deux cents euros, si vous achetez la version 6, vous accéderez automatiquement à un programme de mise à jour gratuite vers la nouvelle version 7. Pour les autres, la mise à jour s'élève à 104 euros, depuis... la version Poser 4, 5 ou 6. Celle-ci est annoncée avec quelques avantages dévoilés. Nous ne connaissons pas encore toutes les améliorations, mais un nouveau couple vedette de figurines génériques fera son apparition : Simon et Sydney.

D'autres nouveautés de la version 7 vous seront dévoilées sur le site de l'éditeur durant les prochaines semaines. On peut supposer que les rendus seront peut-être plus réalistes encore dans cette nouvelle mouture. Il est également utile de vous préciser que les anciennes figures restent disponibles dans un souci de compatibilité avec vos anciens travaux.

www.e-frontier.com

The End

Christophe Hébert

Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Le marché Chinois enfin accessible grâce à Poser
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER