• Accueil
  •  > 
  • Le « Grand prix des hommes architectes » pointé du doigt
Rejoignez Cyberarchi : 

Le « Grand prix des hommes architectes » pointé du doigt

© Cyberarchi 2018

 

Pour la 36ème fois sur 36, depuis sa création en 1975, le Grand Prix national de l'architecture est allé à un homme. Une situation dénoncée par Catherine Guyot, qui milite pour que la place des femmes soit reconnue dans la profession. Interview.

 
 
A+
 
a-
 

Vous avez récemment poussé un "coup de gueule" contre le manque de reconnaissance des femmes dans l'architecture. Pourquoi ?

De façon générale, les femmes sont peu mises en lumière dans la profession. C'est ainsi que le Grand Prix national de l'architecture est allé à un homme 36 fois sur 36, depuis sa création en 1975. Il n'y a que deux femmes qui l'ont eu, mais parce qu'elles sont en couple avec un homme. Il s'agit des architectes Myrto Vitart et Anne Lacaton. Pour moi le prix est une confrérie patriarcale d'hommes qui s'auto-congratulent.


Les femmes sont pourtant présentes dans le monde de l'architecture ?

On compte 30 % de femmes dans la profession. Et à part Zaha Hadid en 2004, il n'y en a presque aucune qui a été récompensée du Prix Pritzker. Nous avons pourtant parmi nous des femmes remarquables. Exemple, Christiane Schmuckle-Mollard, l'architecte en chef des monuments historiques, qui a travaillé sur la Cathédrale de Strasbourg (1999–2012). Elle a été lauréate 2014 du Prix des Femmes Architectes, mention spéciale patrimoine.


Vous avez créé ce Prix pour tenter de rééquilibrer la situation ?

Cela fait six ans que je fais le Prix des Femmes Architectes, au regard du peu de représentativité des femmes dans le domaine de l'architecture. Les sarcasmes me sont évidemment tombés dessus. Passant outre, je pense que c'est important pour la profession qu'on sache reconnaître des femmes architectes. Quand on pose la question dans un colloque, "Connaissez-vous trois femmes architectes", beaucoup restent muets.

 

Quelle place attribue-t-on généralement aux femmes dans l'architecture ?

Quels sont les chantiers que l'on confie aux femmes ? Très souvent cela sera une petite maison, une petite réhabilitation, une extension, les plus chanceuses une crèche, une école maternelle. On va aller jusqu'au lycée, là c'est extraordinaire, et des logements sociaux. Mais les projets d'envergure comme les musées internationaux c'est Nouvel, Portzamparc, des gens comme ça, mais on ne va jamais prendre une femme.

 

Vous ne vous arrêtez pas là, puisque vous lancez d'autres initiatives.

On a créé Women In Architecture France qui va permettre de nouer des contacts avec des associations internationales. En France il y a six-cents associations de femmes, tous secteurs confondus. À plusieurs occasions je me suis entendu dire, "Les femmes, ce n'est pas un sujet". Cela fait trente ans que j'entends ça. C'est quand même un sujet puisqu'on a la moitié de la Terre, même 51 %, et qu'il y a 59 % de femmes en études d'architecture.

 

Les inégalités hommes-femmes sont-elles similaires à d'autres secteurs ?

Les écarts de salaire sont à peu près les mêmes que le reste de la population française. C'est à dire moins 20 % dans les salaires. Par contre, les femmes gagnent un tiers de ce que gagnent les hommes en libéral. Cela prouve que les hommes ont les gros chantiers. Au niveau international, une étude (en Anglais) faite par The Architects' Journal montre que quand on monte dans la hiérarchie, les écarts se creusent. Les hommes progressent plus vite que les femmes, et atteignent des montants que les femmes n'atteindront jamais.

 

Catherine Guyot est Présidente du WIA fr et Directrice de l’ARVHA

 

Propos recueillis par Laurent Perrin

 

Évènements

Le 10 décembre remise du Prix Femme Architecte au Pavillon de l'Arsenal de 17 à 19h
Inscription gratuite

 

Visites architecturales à Paris et Ile-de-France de projets des femmes architectes

Le mardi 11 décembre 2018

Visites architecturales associées au Prix des Femmes Architectes de l’ARVHA
Enregistrement obligatoire, prix du billet 25 euros avec le car et le panier repas.

9h30 Visite de la ZAC Clichy-Batignolles tour ALLURE en présence de Ingrid Taillandier, lauréate Prix Femme Architecte Mention 2016

11h Visite de l’école maternelle Avenue Vincent Auriol réalisée par LA Architectures dans Paris 13eme avec Linda Gilardone et Axelle Acchiardo, lauréates Jeunes Femmes Architectes 2017

14h Visite du centre scolaire Anatole France au 8 avenue Anatole France, Charenton le Pont avec Sophie Berthelier lauréate Prix Femme Architecte 2017

16h Visite de la ZAC Seguin 79-81-83 allée Georges Askinazi 92100 Boulogne Billancourt avec Sophie Berthelier lauréate Prix Femme Architecte 2017

 

 

Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Grand Prix national de l'architecture
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
 
 
CYBER