• Accueil
  •  > 
  • Le Fort d'Aubervilliers, un projet sur le point d'aboutir ?
Rejoignez Cyberarchi : 

Le Fort d'Aubervilliers, un projet sur le point d'aboutir ?

© Cyberarchi 2014

Une ultime réunion entre l'ensemble des parties devrait avoir lieu en juin prochain. Elle permettra de lancer le projet en attente depuis 2008. A sa tête, les architectes urbanistes Philippe Madec et Gwendoline Hamet qui ont planché sur l'aménagement de près de 175 000 m² de logements, d'activités tertiaires et d'équipements collectifs, sans oublier les 12 hectares d'espaces verts.

Publié le 18/12/2011

 
 
A+
 
a-
 

Le Fort d'Aubervilliers n'est pas un lieu comme les autres. La friche de 33 hectares située aux portes de Paris, et au carrefour des trois communes d'Aubervilliers, de Pantin et de Bobigny suscite toutes les convoitises, à tel point qu'elle est devenue l'un des terrains favoris des débats politiques autour du projet du Grand Paris. Par ailleurs, le site chargé d'histoire a su créer au fil du temps une véritable vie, autour de ces friches, que les citadins n'ont pas vraiment envie d'abandonner. Ils sont d'ailleurs associés à toutes les concertations pour y apporter leur avis et s'approprier le projet. A ce jour, le site du Fort d'Aubervilliers rassemble tout à la fois un immense parking, des jardins ouvriers, une casse automobile, et le célèbre théâtre équestre Zingaro, autour duquel se sont greffé de nombreux artistes plasticiens.

Un projet conciliant mixité et patrimoine historique

« Le projet a été retardé par de nombreux facteurs et de multiples contraintes, au rang desquels il ne faut pas oublier le changement de municipalité, la mise en place de la communauté d'agglomération « Plaine Commune », et la finalisation des études géotechniques qui a pris plus de temps que prévu », explique Gwendoline Hamet. « Il semblerait enfin que toutes les conditions soient réunies pour voir démarrer ce projet dont l'aboutissement final est programmé pour 2020 ». Quant aux premières mises à disposition du terrain, elles sont prévues pour la fin 2012.

Tout l'enjeu de ce projet, d'envergure régional, réside dans la complexité des objectifs à atteindre. S'inscrivant dans le contexte social de la banlieue nord de Paris, il doit en effet répondre aux attentes du quartier et de ses habitants, tout en mettant en valeur le patrimoine architectural, historique et paysager du Fort, et en développant un pôle autour d'activités artistiques. Outre l'aspect développement durable qui préside à l'approche du cabinet, les équipes de Philippe Madec et de Gwendoline Hamet ont repensé de nouvelles formes urbaines, avec un confort d'usage élargi et une mixité fonctionnelle et générationnelle.

Une circulation réinventée

Le projet s'articule aussi autour d'une conception alternative des transports, laissant plus de place aux piétons, aux cyclistes et aux cavaliers, l'automobile ne pénétrant quasiment pas sur le site, hormis sur les voies déjà existantes qui le bordent, comme la RN2 et l'avenue de la Division Leclerc. En outre, le site se veut ouvert sur les quartiers limitrophes avec la mise en oeuvre de nombreuses liaisons permettant de le désenclaver définitivement. Le trajet de l'Arc Express, complémentaire de la Grande Boucle mise en oeuvre dans le Grand Paris, devrait notamment passer par le Fort d'Aubervilliers.

Agnès Delcourt

Mot clefs
Catégories