• Accueil
  •  > 
  • Le budget de l'Adème réduit comme peau de chagrin
Rejoignez Cyberarchi : 

Le budget de l'Adème réduit comme peau de chagrin

896 millions d'euros, 0,3%. Ces chiffres sont frappant quand on apprend qu'ils représentent respectivement la somme allouée au titre de la protection de l'Environnement et la part de celle-ci dans le budget total de l'Etat pour l'année 2006. Avec un budget aussi modeste, quels vont être les arbitrages de ce ministère ? Détails.

 
 
A+
 
a-
 

Plus du quart du total sera destiné, comme les années précédentes, aux recherches sur l'énergie nucléaire (237 millions). Le reste sera partagé, entre autres, entre les associations de protection de l'environnement, les investissements et le fonctionnement du ministère. A noter que les crédits vont de nouveau reculé entre 2005 et 2006, -0,75% à périmètre constant, d'après des experts du ministère.

Les parents pauvres de ces choix budgétaires sont sans conteste les associations de protection de l'environnement qui voit leurs subventions diminuer de manière régulière. Ainsi, elles baisseront globalement de -20% en 2006 après avoir été diminuées de -10% en 2005.
Les crédits étant dorénavant découpés non plus par ministères mais par missions et programmes, ceux consacrés à la protection de l'environnement seront partagés à hauteur de 616 millions d'euros à la mission "Ecologie et développement durable" et pour 280 millions d'euros dans le programme de recherches sur les pollutions et les risques de la mission "Recherche et enseignement supérieur".

Pour rappel, l'Adème est un Etablissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe des ministres chargés de l'Ecologie, de l'Energie et de la Recherche. Elle pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l'environnement et la maîtrise de l'énergie.

Elle intervient dans les domaines de l'énergie, de l'air, du bruit, du transports, des déchets, des sites et sols pollués et du management environnemental. Son effectif se compose de 850 salariés (dont 359 ingénieurs). Elle s'organise autours de trois sites pour les services centraux à Angers (49), Paris (75) et Valbonne (06), vingt six délégations régionales, trois représentations dans les territoires d'outre-mer et un bureau de représentation à Bruxelles. Et son budget en 2005 s'élevait à 364 millions d'euros (294 millions pour le budget d'intervention et 70 millions pour le budget de fonctionnement).

Ces ressources proviennent essentiellement de ses trois ministères de tutelle, Ecologie (70% environ du budget total), Industrie et Recherche. 1/6 grosso modo des budgets que les ministères de l'Ecologie et de l'Industrie mettent à sa disposition chacun seront respectivement gelé et rogné. Heureusement les crédits du ministère de la Recherche (15 millions d'euros), auxquels s'ajoutent 40 millions d'euros accordés à l'Adème au titre du Plan véhicules propres, seront préservés.

En bref, avec des ressources aussi modiques, pour 2005 seuls 259,5 millions d'euros devront lui permettre de promouvoir les économies d'énergie et les énergies renouvelables ainsi que le recyclage des déchets, via de nouveaux programmes pluriannuels. D'un côté ses ressources stagnent voire baissent et de l'autre ses investissements ne cessent d'augmenter tant les besoins dans le domaine sont conséquents. Ainsi, du côté des investissements, l'Adème s'endette puisqu'elle va se trouver dans l'incapacité en 2005 d'honorer les programmes d'investissements qu'elle a lancés dans les années précédentes. En effet, 10 millions d'euros soit ses crédits de paiement, qui servent à financer les programmes en cours d'exécution, ont été annulés pour l'année 2005.

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER