• Accueil
  •  > 
  • Le BIM monte en puissance dans les agences d'architecture
Rejoignez Cyberarchi : 

Le BIM monte en puissance dans les agences d'architecture

Fotolia : Copyright 2017

 

Le Conseil National de l’Ordre des Architectes vient de publier les principales conclusions du sondage : « Le BIM dans le secteur du BTP, le ressenti des architectes ». Au total, 205 agences d’architecture se sont prêtées au jeu du question-réponse. Si le BIM monte en puissance et n'est pas perçu comme « compliqué », son coût reste le principal frein à son développement.  

 
 
A+
 
a-
 

205 agences d'architecture, principalement des PME et TPE (moins de 10 salariés), ont accepté de répondre au questionnaire proposé par l'Ordre des architectes le 4 mai dernier et intitulé « Le BIM dans le secteur du BTP : le ressenti des architectes »*. 

L'objectif de ce sondage était d'évaluer le niveau d'intégration des outils numériques au sein des agences d'architecture et de percevoir l'intérêt des architectes pour le BIM.

Il en ressort que, si la maquette 3D est fortement utilisée au quotidien par 80 % des agences, seulement la moitié d'entre elles utilisent la maquette numérique BIM enrichie de données. 15 % l'utilisent depuis peu, environ un an en moyenne.

Cependant, cette dynamique tend à s'accélérer avec un passage au BIM qui est en cours dans 35 % des cas. De plus, 53 % des répondants qui n’utilisent pas encore la maquette numérique déclarent envisager de passer au BIM au cours des douze prochains mois.

Concernant le marché des logiciels, 4 sont principalement cités et utilisés par les personnes interrogées : Sketchup, Autocad, Revit, Archicad.

Un passage « compliqué » avec un frein avant tout financier

Les agences qui n'utilisent pas encore la maquette numérique perçoivent, dans 55 % des cas, comme « compliqué » le passage du 2D/3D au BIM, ce qui n'est pas le cas pour les agences qui ont déjà passé le cap.

Un « constat intéressant », souligne l'Ordre des architectes. « Ces pourcentages tendent à démontrer que la perception de la complexité du BIM diminue en fonction de son utilisation », explique-t-il.

Outre la complexité du passage à l'acte, le premier frein évoqué par les agences reste financier : 80 % des répondants considèrent la mise en place du BIM « onéreuse ».

Pourtant, tous s'accordent au moins sur trois gains attendus du passage au BIM : une conception simplifiée, des échanges facilités et des méthodes de travail améliorées. Les gains de temps et d'argent en revanche ne font pas partie des raisons principales invoquées par les agences d'architecture.

 
* Le sondage  a été réalisé en mai et juin 2016 dans le cadre d’une thèse professionnelle sur le déploiement des nouveaux outils numériques et publié le lundi 19 juillet sur le site de l'Ordre des architectes.
Le BIM monte en puissance dans les agences d'architecture
Mot clefs
Catégories
CYBER