• Accueil
  •  > 
  • La Ville Rose préfère les architectes étrangers
Rejoignez Cyberarchi : 

La Ville Rose préfère les architectes étrangers

© Cyberarchi 2020

La Communauté d'Agglomération de Montpellier a annoncé mardi avoir choisi l'équipe de l'architecte Néerlandais Kees Christiaanse pour l'urbanisme d'un nouveau quartier autour de la future gare TGV, prévue à l'horizon 2017 à la périphérie de la ville. Le choix d'un architecte étranger plutôt que local est-il selon vous un facteur de surcoût ?

 
 
A+
 
a-
 

Ce projet sur de 350 hectares à construire ex-nihilo autour d'une gare TGV, intitulé "0Z Montpellier Nature Urbaine", est un programme pour les 30 ans à venir. Il comportera à terme 5.000 logements, 50.000 à 80.000 m2 pour un pôle hôtellerie et 350.000 m2 de pôle tertiaire qui permettront d'accueillir 1.500 entreprises et créeront 10.000 emplois, prévoit Montpellier Agglomération.

Kees Christiaanse (Agence KCPA) a été préféré au Français Christian de Portzamparc et à l'Américain Daniel Libeskind, les deux autres candidats retenus pour "un dialogue compétitifs après un appel d'offres auquel 25 architectes avaient répondu", précise la collectivité.

Surcoûts et critiques

Ce nouveau quartier, qui doit comporter 200 hectares d'espaces verts, sera situé sur les territoires des villes de Montpellier et de Lattes, entre l'autoroute A9 et le quartier de Boirargues à Lattes, à proximité de la gare TGV qui doit être érigée en 2017, dans le cadre du contournement de Nîmes et Montpellier.

Depuis les années 1980, la capitale héraultaise fait régulièrement appel à de grands noms de l'architecture mondiale, en dépit du surcoût et parfois de critiques, comme l'Espagnol Ricardo Bofill pour le quartier Antigone, le Français Jean Nouvel pour l'hôtel de Ville ou encore l'Irako-Britannique Zaha Hadid pour les archives départementales inaugurées jeudi.

AFP

La Ville Rose préfère les architectes étrangers
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER