• Accueil
  •  > 
  • LA TOUR JIN MAO, SHANGHAI
Rejoignez Cyberarchi : 

LA TOUR JIN MAO, SHANGHAI

Troisième tour la plus haute du monde et la plus haute de Chine, la tour Jin Mao est le symbole de la plus grande ville de l'Empire du Milieu, Shanghai, qui veut s'imposer comme une grande métropole internationale.

 
 
A+
 
a-
 

Le Grand Hyatt Hotel, cinq étoiles, qui occupe les étages de 53 à 86 est d'ailleurs le plus haut du monde. Situé au coeur de Pudong, une zone maraîchère transformée en moins d'une décade en un vaste complexe urbain postmodern, la tour dont le design rappelle les anciennes pagodes, est l'expression de l'ambition des Chinois de réconcilier leur histoire cinq fois millénaire - la vieille ville est à cinq minutes de ferry - avec l'histoire en marche de la Chine du XXIème siècle.

Contexte

Pour comprendre comment en quelques années Shanghai, 16 millions d'habitants intra-muros, est devenu une grande métropole internationale au skyline hérissé de gratte-ciels toujours plus nombreux, un rappel historique est nécessaire.

A partir de 1984, Deng Xiaoping réintroduit en Chine les lois du marché et la libération des prix. Une orientation développée par Li Peng, premier ministre à partir de 1987, qui ouvre la Chine. Or, jusqu'en 1993, Jiang Zemin, l'actuel président chinois, était maire de Shanghai. Lui a ensuite succédé Zhu Rongji, actuel... premier ministre. Fort de cette " Shanghai Connexion ", le pouvoir économique de la ville, premier port de Chine, et son pouvoir politique contribueront au développement de toutes les audaces, concrétisé par l'érection de la Oriental Pearl TV Tower, 468 m, en 1994 qui signe le projet de construction de Pudong.

Réalisation

Nommée en 1993 en tant qu'architectes et ingénieurs du projet, la firme de Chicago Skidmore, Owings & Merrill - la même qui a réalisé la Sears Tower de Chicago - a rapidement rencontré des problèmes liés au contexte historique.

Il s'agissait en effet du premier très grand gratte-ciel de Chine et tout ou presque était à inventer. En effet, Shanghai ne possédait pas encore de code de la construction de gratte-ciel et la firme a dû jongler entre les multiples agences locales, les consultants internationaux et la bureaucratie omniprésente en Chine pour mener ce projet à bien. Cette collaboration fut fructueuse car on la retrouve dans le produit fini qui a su intégrer tant les influences occidentales que chinoises.

Autre souci, Shanghai est situé au bord de la mer de Chine, sur un ancien marécage en zone sismique dans un couloir à typhons. Les piles de la tour ont donc dû s'enfoncer jusqu'à 80 mètres de profondeur. La tour elle-même peut résister à des vents de 90 km/heure et aux tremblements de terre.

L'atrium, une formidable réussite

A l'intérieur de la tour, du 53ème étage au sommet, un atrium central de 141 mètres de haut permet à la lumière naturelle de pénétrer l'espace. C'est autour de cet atrium que sont situées les 550 chambres de l'hôtel, les restaurants et autres équipements de loisirs et techniques. Un restaurant panoramique est situé au 87ème étage tandis que le 88ème et dernier étage est réservé à la visite panoramique. Il faut 45 secondes pour l'atteindre en ascenseur en partant du sol.

Les étages de bureaux, du 3ème au 50ème étage peuvent abriter 10.000 personnes.

L'influence de la culture chinoise

Non seulement le design de la tour rappelle celui des pagodes mais son sommet est constitué d'un mur en rideau de 50 mètres de haut qui représente la fleur de Shanghai ("Bei Yu Hua"). Par ailleurs, toute la construction est basée autour du chiffre huit, censé porter bonheur. Ainsi le nombre d'étages, 88, n'est-il pas le fruit du hasard. Il correspond à l'âge de Deng Xiaoping au moment où le concours a été lancé. Chaque segment de la tour, qui en compte huit, est 1/8ème plus petit que la base qui le supporte. Enfin, la structure porteuse est octogonale et constituée de huit colonnes en béton et huit en acier. La tour fut officiellement inaugurée le 28/8/98.

Christophe Leray

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER