• Accueil
  •  > 
  • La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
Rejoignez Cyberarchi : 

La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense

© Cyberarchi 2019

"Une très belle tour mais une tour raisonnable", expliquait Joëlle Chauvin, PDG d'Aviva Investors Real Estate France S.A., à l'issue de la présentation de la 'Tour Carpe Diem' le jeudi 12 mars dernier dans le cadre du MIPIM à Cannes. Elle avait alors du mal à cacher sa joie et son émotion. Découverte d'une tour "à deux visages" et "extravertie".

 
 
A+
 
a-
 

Il est vrai que Joëlle Chauvin n'est pas un maître d'ouvrage tout à fait ordinaire car, d'une part, c'est bien la première fois qu'elle portait un projet de cette ampleur - soit une tour de 162m, 30 étages (38 niveaux et deux niveaux de sous-sol) et 47.100m² SHON (dont 480m² de commerces) à la Défense - et elle a mené cette aventure avec une vraie passion, visible et rafraîchissante, jusque dans le book de présentation empreint d'une sensibilité inhabituelle (consulter notre album-photo 'La Tour Carpe Diem, signée par une agence de New York, est un bâtiment 'simple''). D'autre part parce que, dans le monde de brutes aux enjeux écrasants tel que peut l'être celui de l'immobilier en général, de la Défense en particulier, il n'est pas anodin que, dans les règles du concours, le maître d'ouvrage exige l'aménagement, au pied même de la tour et dans le prolongement de l'accès à celle-ci, "d'un espace poétique". Cela écrit, la réalité a vite repris ses droits : "Nous sommes dans une logique de faire", dit-elle, la livraison étant envisagée au premier semestre 2012.

Au-delà de ces contraintes programmatiques, les architectes devaient répondre aux "contingences" (Joëlle Chauvin) propres à l'intégration de la tour sur la dalle de La Défense et à la volonté de Jacques Kossowski, maire de Courbevoie, qu'une attention soit portée quant à la "communication fonctionnelle" entre sa ville et La Défense. C'est d'ailleurs la réponse de Robert A.M Stern Architects à cette dernière exigence qui a, en partie, emporté la décision du jury.

"La position de la tour au bord de la dalle imposait une obligation de répondre au nivellement du parvis, soit sept mètres d'écart", explique Kevin Smith. D'où la création d'un escalier monumental (avec une place, des porches, une placette, etc.) en forme de "percée" afin de "relier" La Défense et Courbevoie. "Ne pas tourner le dos au boulevard circulaire, comme tant de tours, nous permet de créer un dynamisme urbain et de créer un lien fort entre le parvis et les alentours", souligne Kevin Smith.

Avec, au final, un "bâtiment à deux faces" et deux adresses : l'une sur le parvis et une autre, "traditionnelle", sur le boulevard. C'est ce qui permet, en sus de l'accueil des VIP, de la dépose taxi et de l'accès pour les pompiers, la création d'un accès direct aux cyclistes, avec un parking dédié dans lequel sont prévus "douches et vestiaires". Une attention significative de l'intégration, dans la conception des tours de nouvelles générations, des nouveaux modes de vie urbains liés au développement durable.

De fait, c'est aussi l'expérience en la matière de Robert A.M Stern Architects qui a conquis tant le jury que le maître d'ouvrage. Pour mémoire, Musiskwartier, un projet urbain a Arnhem, aux Pays-Bas, a reçu le Prix Charter décerné par le Congrès pour le Nouvel Urbanisme en 2006 et l'agence est considérée comme l'un des leaders de son secteur dans la conception de bâtiments écologiques. "L'agence ne voit aucune contradiction entre une conception et une construction de haute qualité et des objectifs de pérennité et d'efficacité", explique Kevin Smith*. Or, à La Défense, "on est toujours à l'ombre des tours", note-il. Les cinq types de façades, dont les deux façades "en pointe de diamant", au-delà du "geste esthétique fort", sont donc directement issus de l'étude des effets du soleil afin de capter au mieux la lumière naturelle et d'optimiser ainsi les gains thermiques.

Si le maître d'ouvrage insiste sur l'ambition de certifications internationales LEED** et BREEAM***, largement supérieures à la HQE française, c'est aussi que la 'Tour Carpe Diem', qui pourra accueillir 3.000 personnes, s'inscrit dans un marché international puisque elle sera louée à un siège social d'entreprise ou à plusieurs unités locatives d'un ou plusieurs étages. Quant à l'espace "poétique", il s'agit d'un jardin d'hiver "traité comme un véritable espace ouvert aux visiteurs" situé sur l'entrée principale et autour duquel est articulé, sur quatre niveaux, le hall d'entrée.

Un mot encore sur les étages de bureaux, du 5e au 34e étage inclus, qui offriront des "plateaux clairs et utilement divisibles". La configuration des locaux et leur souplesse d'utilisation permettront, selon le maître d'ouvrage, l'installation, si besoin, de plus de cent postes de travail par niveau. "Le plan d'étage est simple car nous voulions des choses simples qui fonctionnent bien", relève Kevin Smith. Un mot enfin à propos du 'club de direction', au dernier étage, qui accueillera des salles de réunions, un club, des salles à manger pour les futurs utilisateurs dans un espace privilégié entouré de jardins suspendus, "faisant de ce lieu une île végétale au milieu du ciel". Le toit comportera également une ouverture, "véritable grand écran panoramique sur Paris".

"Sur le plan technique, cette tour anticipe l'avenir même s'il s'agit d'un immeuble simple. Surtout, c'est le mouvement et les jeux d'ombre et de lumière qui lui donnent son caractère", conclut Kevin Smith.

Christophe Leray

Consulter également notre album-photo 'La Tour Carpe Diem, signée par une agence de New York, est un bâtiment 'simple''.

*L'agence est membre de l'U.S Green Building Council, organisme américain en charge de l'attribution de labels écologiques pour les constructions vertes. Robert A. M. Stern Architects a conçu l'immeuble de bureaux de Gap à San Francisco (Etats-Unis), lequel constitue une référence à l'échelle mondiale en matière de développement durable. Robert A. M. Stern Architects a été la première agence certifiée LEED pour un bâtiment public dans le cadre de la conception de l'immeuble fédéral Nathaniel R. Jones et du palais de justice américain de Youngstone dans l'Ohio et la première à être certifiée LEED pour la conception d'un musée : Musée Mark Twain à Hartford dans le Connecticut. Dans le cadre de la conception de l'immeuble Plaza à Allentown en Pennsylvanie, Robert A. M. Stern Architects s'est vu récemment attribué de la première certification LEED ' Or' pour la catégorie 'sièges sociaux d'entreprises' et a obtenu la première place dans la catégorie des 'grands immeubles' lors de la cérémonie des 10 premiers prix de l'association américaine de l'énergie durable du Nord-Est en 2004.

**LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est aujourd'hui le système d'évaluation environnementale des bâtiments le plus utilisé au monde. Ses principes : la distribution de points dans cinq catégories pour obtenir une certification ou un niveau supérieur de statut écologique. Les critères d'évaluation incluent : l'efficacité énergétique, l'efficacité de la consommation d'eau, l'efficacité du chauffage, l'utilisation de matériaux de provenance locale et la réutilisation de leur surplus.

***BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method) est une certification anglaise développée par des chercheurs du Building Research Establishment (BRE). L'attribution des 'crédits' s'appuie des "préoccupations planétaires et consommation de ressources", des "préoccupations locales" et des "préoccupations liées à la qualité des espaces intérieurs".

La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
La Tour Carpe Diem s'inscrit de manière singulière à La Défense
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER