• Accueil
  •  > 
  • La RT 2005 sera applicable en été 2006 : axes et obligations
Rejoignez Cyberarchi : 

La RT 2005 sera applicable en été 2006 : axes et obligations

Dans le cadre d'une conférence intitulée 'Les enjeux et les principes de la nouvelle réglementation thermique RT 2005', Sylvie Caffiaux, chargée de projet RT 2005 à la DGUHC (Direction Générale de l'Urbanisme, Habitat et Construction) a offert quelques clés de compréhension. Détails.

 
 
A+
 
a-
 

Face au défi majeur du changement climatique, la France a signé le protocole de Kyoto dont l'objectif est de réduire les émissions de CO2. Or, la consommation en énergie du secteur du bâtiment représente 40% de la consommation nationale. Par conséquent, le bâtiment constitue un enjeu majeur tant dans l'engagement du gouvernement par rapport au Protocole de Kyoto qu'au Plan 2004 élaboré par le ministère en charge de l'environnement, lequel poursuit dans une politique d'incitations du type crédit d'impôt. La RT vise à améliorer la performance énergétique des bâtiments, encore faut-il que celle-ci soit connue. C'est le but de la loi du 9 décembre 2004 qui introduit la notion de diagnostic de performance énergétique aussi bien dans le domaine de l'existant que dans celui de la construction. La loi de programmation sur l'énergie complète ce dispositif.

Cycliques, les réglementations thermiques sont renouvelées tous les cinq ans. La RT 2000 avait été introduite avant que les exigences européennes en la matière soient définies. La RT 2005, qui vise à réduire de 15% les consommations des bâtiments neufs, a dû en tenir compte.

C'est ainsi que la notion de calcul de l'apport solaire, à peine évoquée dans la RT 2000, occupe une place prépondérante cinq ans plus tard. En effet la RT 2005 passe d'une logique de réduction de la consommation pour s'engager dans un processus de valorisation et de recours aux énergies renouvelables ou EnR dans les systèmes de référence (chaudières à bois, ECS solaire, PACs ou pompe à chaleur). Elle invite ainsi à désormais prendre en compte la conception bioclimatique (apports solaires, protection solaire, orientation). En clair, économiser n'est plus seulement consommer moins mais mieux utiliser ce que l'on a déjà. Du coup, la RT 2005 a dorénavant pour but également de renforcer les exigences de confort d'été sur certains matériaux et équipements et de mieux prendre en compte l'inertie thermique. Cette exigence a pris tout son sens lors de la canicule de 2003.

Il reste que même dans le domaine de la consommation d'énergie, des évolutions sont notables. Ainsi, là ou la RT 2000 ne faisait qu'encourager les économies en matière de consommation d'énergie, la RT 2005 impose désormais un seuil de consommation maximale défini en fonction de la zone climatique (H1 : nord, H2 : centre, H3 : sud). Autre nouveauté en ce domaine avec la RT 2005, les consommations de refroidissement doivent désormais être intégrées au calcul énergétique global.

Par ailleurs la RT 2005 renforce les exigences sur le bâti, notamment en ce qui concerne l'enveloppe en terme d'isolation technique et les équipements. Dans la continuité de la RT 2000, le principe de la compensation entre les postes de déperdition est conservé. Ainsi, si un équipement est plus performant il est possible de moins isoler. Les améliorations dans les domaines des rupteurs de pont thermique et des fenêtres s'inscrivent dans ce cadre.

Dans le futur, le renforcement portera notamment sur une meilleure prise en compte des performances des chaudières à bois, des ECS, des PACs, dans le domaine du chauffage.
L'application de la RT 2005 est prévue pour l'été 2006. Par conséquent, les permis de construire délivrés fin août-début septembre seront assujettis à la RT 2005. Par ailleurs, "nous travaillons pour la définition d'un label HPE (Haute Performance Energétique)", explique Sylvie Caffiaux, lequel pourrait être intégré à la RT 2010. Selon elle, c'est le gisement de progrès technologiques qui en définira les objectifs exacts. Il est clair cependant que cette série de RT va plus que jamais modifier les pratiques des acteurs de la construction. Encore que... D'aucun peut déplorer l'absence de statistiques qui permettraient de tirer des enseignements de l'impact de la RT 2000 et l'insuffisance de mesures coercitives ou de contrôle dans la mise en application du dispositif.

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER