• Accueil
  •  > 
  • La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
Rejoignez Cyberarchi : 

La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion

BAM : Copyright 2017

Après avoir remporté le concours international pour la construction de la grande mosquée de Marseille en mars 2008, le Bureau Architecture Méditerranée Marseille (BAM) propose de mener à bien ce projet monumental, dont l'architecture joue sur les codes méditerranéens tout en s'intégrant à la structure urbaine existante.

 
 
A+
 
a-
 

Huit équipes avaient été invitées à participer au concours international pour la construction de la grande mosquée de Marseille en Mars 2008, et c'est finalement BAM qui l'a remporté.

L'intelligence du projet est de s'inscrire en continuité avec l'architecture existante de la ville de Marseille. Une pierre identique à celle utilisée alentours a été utilisée et les pavillons existants, classés à l’inventaire des monuments historiques, ont été conservés. Dans le plan architectural, les alignements ont été également respectés pour que l'édifice reste relativement « discret » selon les architectes.

Le socle épouse ainsi les contours de la parcelle dans lequel sont disposés les éléments du programme. Il définit les rapports à la ville et au contexte urbain proche.

« Le projet de la grande Mosquée de Marseille va avoir un rayonnement positif sur le quartier, et au delà, sur la ville de Marseille dans son ensemble. C’est une opportunité et une chance pour la ville », s'enthousiasment les architectes.

Une conception différente d'une cathédrale

D'un autre côté, le projet affirme son identité. Au deuxième plan émergent la salle de prière et le minaret, revêtus de pierre blanche qui symbolisent la pureté, et qui expriment tout le caractère religieux de l'édifice.

La conception d’une mosquée est différente de la conception d’une cathédrale catholique Romaine dans son rapport à l’espace public. La cathédrale est composée d’un parvis avec un rapport monumental à l’édifice. Dans une mosquée, la monumentalité n’est jamais frontale.

« La création d’un lieu de culte digne, qui symbolise la reconnaissance de l’islam comme deuxième religion de France, permettra de donner une image plus positive de l’islam en France », espèrent les architectes.

Le projet du BAM décline aussi plusieurs éléments caractéristiques de l'architecture méditerranéenne : la patio, la pièce d'eau, le jardin, le moucharabieh (panneaux ajourés), le portique, les terrasses.

Historiquement, c'est le patio qui caractérise l’architecture des mosquées. Il crée une transition et une respiration, entre la ville et la salle de prière.

Un rapport juste entre les vides et les pleins

Au rez-de-chaussée, une galerie relie les deux entrées principales et donne accès aux différents éléments du programme (restaurant - salon de thé, bibliothèque, librairie, administration, école coranique). L’intérieur de la mosquée est un espace ouvert au public, un quartier que l’on traverse, on peut venir boire un thé ou acheter un livre, venir flâner…

A l’étage, la terrasse permet un prolongement extérieur de la bibliothèque, et offre une vue panoramique sur la ville et la rade de Marseille.

« En coupe, nous avons effectué un travail sur les proportions, en recherchant un rapport juste entre le minaret et la salle de prière, entre les vides et les pleins », expliquent les architectes.

L'apport de la lumière naturelle

D'autre part, un travail important a été mené sur l'apport de la lumière naturelle. Ainsi, la structure porteuse n’est pas magnifiée, elle disparaît au profit de la lumière. La lumière latérale indirecte donne à la coupole l’impression d’être suspendue dans l’espace.

Le minaret est également conçu comme un symbole. De structure minéral, il se termine par un volume en verre pour témoigner du passage du matériel à l'immatériel.

L’appel à la prière se fera par un signal lumineux de manière à ne pas perturber le voisinage.

Une mosquée soucieuse de l'environnement

La qualité environnementale a été une préoccupation constante dans la démarche du BAM. Elle se retrouve avec le contrôle de l’ensoleillement, les protections solaires, la régulation thermique (rafraîchissement naturel avec un puits provençal, ventilation naturelle nocturne), et la réduction des coûts de fonctionnement et de maintenance.

Le projet prévoit un forage, un système de recyclage de l’eau et de récupération des eaux pluviales pour l’irrigation des jardins dans l’objectif de réduire les coûts de fonctionnement.

C.T 

La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
La mosquée de Marseille entre monumentalité et désir de discrétion
Mot clefs
Catégories
CYBER