• Accueil
  •  > 
  • La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris
Rejoignez Cyberarchi : 

La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris

© Cyberarchi 2019

Historien et docteur en Sciences économiques, Patrice de Moncan est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages parmi lesquels 'Le Paris d'Haussmann'*. A l'heure du Grand Paris, ce dernier rappelle notamment que le Paris d'aujourd'hui est le résultat d'annexions menées par le Baron Haussmann en 1860. Entretien.

 
 
A+
 
a-
 

CyberArchi : Selon vous, il y a une leçon d'Haussmann à retenir pour le futur Grand Paris. Quelle est-elle ?

Patrice de Moncan : Il y a plusieurs leçons à retenir d'Haussmann, certaines étant de son fait, d'autres moins.

La première leçon à retenir est son traitement de l'urbanisme. Quand il transforme et agrandit Paris en 1860, Haussmann envisage tout de façon globale. Paris est alors entourée de villages complètement hétérogènes. Les voies de communication sont en terre et mènent toutes à Paris. Avant de densifier, Haussmann restructure les infrastructures en commençant par le boulevard des Maréchaux et le train de la petite ceinture pour créer un véritable lien entre les villages annexés.

Tout ce travail, notamment la densification urbaine et la création de voies de communication, est un véritable modèle pour le Grand Paris.

C'est-à-dire ?

Si la petite couronne est composée de villes telles que Boulogne, Issy-les-Moulineaux, Neuilly ou Levallois, qui s'apparentent à Paris en termes de densité urbaine, plus on s'éloigne de la capitale et plus cette structure urbaine se délite.

La grande couronne ne ressemble plus du tout à Paris et à sa proche périphérie. C'est surtout là qu'un travail de densification à la Haussmann devrait être mené. A l'instar de Paris à l'époque d'Haussmann, les axes de communication de la grande couronne mènent vers Paris mais ne relient pas entre elles les villes de ce territoire. Aménagée dans les années 1950, 1960, la grande couronne est un exemple d'anti-haussmannisme à outrance avec ses barres d'habitations construites sans que personne ne se soit soucié ni des systèmes de communication, ni des équipements sociaux, écoles, des lieux de culte, commerces, etc. Les habitants de Cergy-Pontoise ont attendu le RER pendant 15 ans !

En fait, la grande couronne est un territoire qui fut négligé par les pouvoirs publics qui ont souvent laissé le soin aux acteurs privés d'y multiplier des centres commerciaux, supermarchés et autres hypermarchés. Quand, en 1860, Haussmann annexait des villages, il y créait des marchés telles les Halles de Baltard, qu'il accompagnait d'équipements publics, d'écoles, de lieux de culture et de lieux de culte avant même d'achever les habitations. Ni haussmannienne ni même corbuséenne, la grande couronne est le fruit d'une mauvaise interprétation de la charte d'Athènes.

L'échec de l'urbanisation des années 1960 a bien été reconnu comme tel et le Paris d'Haussmann est aujourd'hui valorisé par tous les acteurs du Grand Paris...

Oui, je ne pense pas que les erreurs d'alors seront à nouveau commises. Quant à la reconnaissance portée au travail d'Haussmann, elle est unanime chez les architectes, de Jean Nouvel à Roland Castro, mais elle est récente. Lorsque j'ai commencé à m'intéresser à l'oeuvre d'Haussmann il y a 25 ans, il était encore très mal considéré. Quand j'ai publié ses 'Mémoires' en 1991, j'ai été très étonné de constater combien il était mal connu et peu considéré. Pour les personnes les plus cultivées, Haussmann était le symbole 'de la vieille pierre', pour les autres, un boulevard tout au plus.


A ce titre, il est important de rappeler que le Grand Paris a lieu dans un contexte politique très différent. La démocratie a remplacé l'Empire. Le rôle du pouvoir politique en urbanisme est d'ailleurs l'autre 'leçon' à retenir pour le Grand Paris, celle dans laquelle Haussmann n'y est pas pour grand chose. En 1860, des maires se sont opposés à l'annexion de leur village mais, hormis le maire de Belleville qui a démissionné, ils ont tous fini par obtempérer. Ce ne sera pas si simple dans les années à venir. En 2007, lors du deuxième discours du Président Sarkozy sur le Grand Paris, l'association des maires d'Ile-de-France s'est opposée d'emblée au projet.

Aujourd'hui, nous sommes d'une part à l'époque de la démocratie participative, avec le droit aux recours quasi illimité des associations et, d'autre part, face à la superposition des pouvoirs à travers les différentes structures : de la commune à l'Etat en passant par la région et le département. Cela me rend pessimiste en ce qui concerne la mise en oeuvre du Grand Paris. Un exemple illustre mon inquiétude : Alors qu'Haussmann a mis 17 ans pour créer 300 kilomètres de voies nouvelles, construire 30.000 immeubles, planter 1.000.000 d'arbres et créer 600 kilomètres d'égouts, il a fallu autant d'années pour créer, à la fin des années 1990, les 12.000m² du centre commercial 'Les Passages' à Boulogne-Billancourt.

Une autre chose qu'il faudrait réformer est la centralisation du travail. Il y a de gros problèmes de migrations alternantes, c'est-à-dire le chassé-croisé quotidien des banlieusards qui vont travailler à Paris et des Parisiens allant chaque jour vers la banlieue. C'est une perte de temps, d'énergie et d'argent énorme, gaspillés avec de moins en moins de raison puisqu'à notre époque où l'activité en Ile-de-France est devenue principalement tertiaire.

Bref, le droit au recours illimité des associations, la superposition des structures administratives et la centralisation du travail forment des freins à l'aménagement du territoire. La route est longue avant que le Grand Paris ne soit réalisé. Quand on compare les 105km² de Paris aux 889km² de Berlin ou aux 1.579km² de Londres, le retard que nous avons pris en matière de développement urbain paraît colossal.

Propos recueillis par Emmanuelle Borne

*Le Paris d'Haussmann, Patrice de Moncan, Les Editions du Mécène, 2009.
Patrice de Moncan est le commissaire et l'auteur du catalogue de l'Exposition 'Baltard, les Halles de Paris - 1853, 1973' qui se tient jusqu'au 31 juillet au Louvre des Antiquaires.

La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris
La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris
La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris
La leçon d'Haussmann pour le Grand Paris
Mot clefs
Catégories
CYBER