• Accueil
  •  > 
  • La destruction du mur anti bruit de Garry Faif fait du boucan
Rejoignez Cyberarchi : 

La destruction du mur anti bruit de Garry Faif fait du boucan

© Cyberarchi 2017

La destruction du mur-sculpture anti-bruit de Gary Faif, architecte, urbaniste et sculpteur (1942-2002), à Romainville (93), provoque la consternation du monde de l'architecture, de New York à Moscou en passant par Paris. Simone Faif, veuve de l'architecte, tente de s'opposer à la démolition. CyberArchi, par cette tribune, lui apporte son soutien.

 
 
A+
 
a-
 

Courrier de Madame Simone Faif

Je vous prie de trouver ci-joint l'historique et les lettres de soutien (toutes de spécialistes de premier plan), concernant la préservation de la partie monumentale de ce mur anti-bruit, condamné à être scalpée.

Un mur anti bruit à Romainville (93), le long de l'autoroute A3. Une amputation programmée dans le contexte des travaux entrepris pour le recouvrement en aval de la partie d'autoroute mitoyenne.

La situation mondiale et dans notre pays, où beaucoup survivent avec difficultés, devraient m'inciter à ne pas poursuivre puérilement ma lutte contre la démolition d'une partie de l'oeuvre artistique de Garry Faif. Et bien non : il est actuellement aussi essentiel 'de ne pas laisser filer' au nom d'un pragmatisme de confort, la qualité de notre vie culturelle et esthétique et, surtout, dans le 93.

Trois mois se sont écoulés depuis la démolition de la première sculpture, sans aucune avancée !!! Après une première rencontre, le 9 septembre en mairie de Romainville, avec Madame le Maire Corinne Valls et les représentants des Maîtres d'ouvrage et d'oeuvre (DREIF/POD/DMO3 et DIRIF/DI/SIR Est), il avait été convenu qu'une étude "d'adaptation" serait lancée. Mais la réunion suivante, envisagée début octobre, n'a jamais à ce jour, été concrétisée.

Le temps joue en notre défaveur

Les Maîtres d'oeuvre et d'ouvrage jouent le pourrissement puisque nous n'avons ni accès au dossier, ni obtenu une proposition de jonction ou d'adaptation, entre les deux écrans anti-bruit, permettant de garder l'intégrité du mur existant qui doit toujours être amputé de la deuxième portion en sursis...

Mon avocat a envoyé plusieurs courriers d'usage, restés sans réponse à Madame le Maire + copie au sous-préfet.

L'étape suivante consiste à essayer de les motiver par la pression des médias, avant d'entamer une action en justice qui leur permettra d'éterniser le conflit juridiquement et de démolir.

Respectueusement

Simone Faif
Veuve de l'artiste
42 rue du château d'eau
75010 Paris

Quelques messages de soutien

"Je viens d'apprendre la destruction du mur-sculpture anti-bruit de Gary Faif à Romainville et notamment de l'une des deux sculptures structures qui en symbolisaient les fonctions de protection, d'hospitalité (ce sont aussi des portes) et de création. Une telle décision me paraît d'une extrême gravité dans la mesure où elle méconnaît le caractère fondamental du droit d'auteur posé par le code de la propriété intellectuelle qui stipule que "l'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous". Je ne suis pas un juriste et si j'invoque ici ce droit imprescriptible c'est parce qu'il est le symbole le plus vif de notre tradition culturelle et de son respect de l'art considéré comme forme supérieure de l'expression".
François Barre, ancien délégué aux arts plastiques du ministère de la Culture puis président du Centre Pompidou avant de revenir au ministère pour y créer et conduire la direction de l'architecture et du patrimoine - 20 août 2008

"Je viens d'être informé de la démolition d'une des deux sculptures réalisées par votre mari, Garry Faif, dans la ZAC dite 'du Chemin Vert' à Romainville. Cette nouvelle m'atterre à plus d'un titre. Comme professionnel de l'architecture, la démolition de l'oeuvre d'un Architecte-Sculpteur de renommé internationale, me paraît un acte grave, que seul l'absolue nécessité du service publique peut justifier, après recherche de toutes les solutions possibles.

Je pense qu'il faut prendre en compte l'aspect expérimental de cette oeuvre. En effet, la construction de murs antibruit en béton répondant au simple aspect fonctionnel, est aujourd'hui largement répandue. L'expérience d'un mur antibruit, intégrant des pignons d'immeubles, ponctué par des sculptures marquant l'entrée d'un quartier, est exceptionnelle. Il faut impérativement en conserver l'exemplarité.

Enfin, je suis particulièrement choqué, qu'en tant qu'héritière de Garry, vous n'ayez pas été contactée avant cet acte impardonnable. Il s'agît, à mon sens, d'une faute grave de la Maitrise d'ouvrage et de la Maitrise d'oeuvre".
Laurent Govehovitch, Architecte, Directeur de la SEMINO, Ancien Responsable de l'aménagement à la Mairie de ROMAINVILLE - 20 août 2008

"Un attentat contre l'architecture et l'art contemporain est en train de se préparer à Romainville. La destruction d'une partie essentielle de l'ensemble réalisé en 1992 par l'architecte/sculpteur Garry Faif risquerait de priver le paysage du Paris métropolitain d'un ensemble unique".
Jean-Louis Cohen, architecte, professeur des universités Institute of Fine Arts - New York University - 28 août 2008

"J'ai été extrêmement étonné et indigné d'apprendre qu'avait été détruite une partie du mur anti-bruit de 200m de long, conçu par G. Faif en 1992, se trouvant sur l'autoroute A3, à Romainville, ainsi que la moitié de la porte d'entrée.

Cet ensemble qui accueille et accompagne les voyageurs est une des plus célèbres oeuvres architecturales et urbanistiques mettant en pratique les principes de la grande avant-garde des années vingt : "l'art dans la ville, l'art pour les masses". Son ampleur montre la force du talent de G. Faif, sculpteur, architecte et urbaniste qui a créé un milieu urbain unique, fondalement novateur, ce qui lui a valu d'être célèbre non seulement en France, mais dans le monde entier et en particulier en Russie.

Nous nous adressons aux autorités parisiennes pour leur demander de réexaminer leur décision concernant ce noeud urbain, en prenant en compte sa valeur artistique, au-delà de sa fonction utilitaire ; c'est ce par quoi Paris s'est toujours distingué et qui en fait la capitale culturelle du monde".
Аlexandre P. Koudriavtsev, Président de l'Académie russe d'architecture et des sciences de la construction, Président de l'Institut d'architecture de Moscou, Vice-président du Centre européen de la culture, Membre honoraire de l'Académie française d'architecture - 16 septembre 2008

La destruction du mur anti bruit de Garry Faif fait du boucan
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER