• Accueil
  •  > 
  • La crèche Guignier entre deux mondes
Rejoignez Cyberarchi : 

La crèche Guignier entre deux mondes

Joan Bracco : Copyright 2017

A Paris, sur une parcelle exiguë de Belleville, les architectes Devaux & Devaux ont réussi le tour de force de faire rentrer un programme de 66 berceaux alors que la maîtrise d’ouvrage – la direction des Familles et de la Petite Enfance de la ville de Paris – n’y escomptait initialement qu’une quarantaine de places. Un ouvrage sérieux, sans bavardage, qui forme un enclos le long de la rue pour mieux s’épanouir latéralement en façade nord.

 
 
A+
 
a-
 

C’est une enveloppe assez fermée que proposent de prime abord les architectes Devaux & Devaux sur la rue du Guignier. Sans ouverture principale, les grandes parois de béton brut piquetées de pavés de verre ronds annoncent d’emblée un changement d’échelle. Comme s’il s’agissait de protéger les enfants de l’environnement a priori hostile de la ville, elles marquent une limite au-delà de laquelle un autre univers pourra se dessiner.

Confortant cette volonté de mettre à distance l’espace public, les architectes ont conçu la séquence d’entrée comme un long parcours initiatique. Le porte-à-faux du bâtiment forme un seuil sous lequel un portail s’ouvre sur un jardin. Depuis ce jardin, on gagne l’entrée proprement dite de la crèche. Mais ce n’est qu’une fois monté à l’étage que l’on trouve les lieux de vie des enfants, le rez-de-chaussée étant réservé aux espaces de services (vestiaires, …).

Recherche d’extériorité

Au cœur de ce parcours, un escalier à volées droites superposées, dont on pourra regretter l’encloisonnement pour des raisons de sécurité incendie, révèle la forme longitudinale et la profondeur de la parcelle. Il distribue la totalité du programme (salles d’éveil et de sommeil, biberonnerie, salle de motricité,…), hormis le logement de fonction de la directrice qui, posé sur le toit, dispose de son propre moyen d’accès depuis la rue.

Mais ce qui caractérise peut-être le mieux le projet de la jeune agence parisienne est la recherche d’extériorité malgré le manque de place. Pour David Devaux, « il fallait trouver un prolongement aux salles d’éveil. Les enfants devaient pouvoir jouer dehors. » L’astuce ? Créer des balcons filants le long de la façade nord en profitant du fait qu’ils peuvent réglementairement se situer à moins de 8 mètres de l’immeuble en vis-à-vis (contrairement au corps de bâtiment).

Opacité versus ouverture

Compensant l’opacité de façade sur la rue et la mise à distance de l’espace public frontal, la façade nord – qui est perceptible depuis la chaussée - est en effet largement ouverte sur le jardin et sur la domesticité arrière d’un immeuble faubourien d’habitation. Les balcons filants qui la bordent sont dessinés selon une ligne brisée qui, à l’origine, préservait un marronnier (malade, cet arbre protégé a fini par être abattu). Ils présentent des garde-corps vitrés très sécurisants de 1,40 mètres de hauteur pour permettre aux enfants d’observer l’extérieur sans obstacle visuel. Délicate et prudente attention contre les chutes, ils sont recouverts d’une gomme souple, semblable à celle que l’on trouve dans les squares.

Au final, ce sont des espaces clairement identifiables et très déterminés qu’ont mis en œuvre les architectes David et Claudia Devaux. Les dilatations extérieures devant les salles d’éveil trouvent leur exact contraire dans la fermeture des salles de sommeil dont quatre d’entre elles se dissimulent derrière la façade sur rue. Implantés régulièrement, les pavés de verre ronds y dessinent des points lumineux et font office de veilleuse. Une constellation poétique diurne qui devrait bercer l’imaginaire des petits…

Tristan Cuisinier

Fiche technique :

Maître d’ouvrage : Ville de Paris, direction des Familles et de la Petite Enfance

Maître d’œuvre : Devaux & Devaux architectes (DDA)

Chef de projet : Marie Fernandez

Economiste : Bureau Michel Forgue

BET structure : Batiserf ingénierie

BET fluides : Louis Choulet

Acousticien : Studio DAP

Entreprise générale : GTM Bâtiment

Bureau de contrôle : BTP Consultants

Calendrier : juillet 2012 (démarrage des travaux) / avril 2014 (livraison)

Surface SHON : 1032 m2

Coût : 3,5M€

La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
La crèche Guignier entre deux mondes
Mot clefs
Catégories
CYBER