• Accueil
  •  > 
  • L'Ordre déplore la mauvaise communication de la Convention collective
Rejoignez Cyberarchi : 

L'Ordre déplore la mauvaise communication de la Convention collective

Nous publions ci-après une lettre que le Président du Conseil national de l'ordre des architectes a adressé le 6 décembre 2004 aux cinq organisations syndicales signataires de la convention collective nationale des entreprises d'architecture (UNSFA ; Syndicat de l'architecture ; CFE/SAPBEIC ; SYNAPTAU/CFDT ; SNAUM/CGT). Elle fait suite à un courrier du 9 novembre ainsi qu'à la fin de non recevoir, à de rares exceptions, de leurs Présidents ou Secrétaires généraux.

 
 
A+
 
a-
 

Depuis l'extension de la convention collective nationale des entreprises d'architecture, les architectes ont été très nombreux à interroger l'Ordre sur différents points d'interprétation de ce texte et même sur son existence ce qui en dit long sur l'information qui leur a été fournie. Il nous avait donc semblé utile de rapprocher les signataires pour pouvoir, en accord avec eux, publier un guide pédagogique.

L'hostilité manifeste de la plupart d'entre vous nous conduit à renoncer à la mise en place de ce dialogue intelligent qui pouvait aussi permettre d'opérer un réel rapprochement entre les architectes et leurs divers syndicats.

L'ordre s'estime donc contraint de poursuivre ce travail seul et il continuera, comme il le fait depuis plusieurs mois, à informer directement les confrères qui se considèrent mal renseignés par les organisations signataires au motif parfois qu'ils ne sont pas adhérents.
Je regrette de n'avoir pas réussi à vous sensibiliser à la nécessité de mieux communiquer au bénéfice de tous les architectes. Cette situation m'empêche désormais de poursuivre une politique de temporisation qui passait par un devoir de réserve de l'ensemble des architectes, dirigeants ou salariés, actuellement élus de l'ordre. Nombre d'entre eux m'avaient déjà averti qu'en cas d'insuccès de ma démarche, ils reprendraient immédiatement, comme professionnels, leur entière liberté critique sur ce dossier.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire général, à l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Le Président,
Jean-François SUSINI.

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER