• Accueil
  •  > 
  • L'Ordre contre la directive Bolkenstein et la déréglementation de la profession
Rejoignez Cyberarchi : 

L'Ordre contre la directive Bolkenstein et la déréglementation de la profession

Jean-François Susini, Président du Conseil national de l'Ordre des architectes, a écrit au premier ministre pour expliquer la position de l'Ordre contre le projet de directive européenne sur les services. Il a écrit également au ministre de l'Economie en réponse à des déclarations menaçant de déréglementer la profession en France.

 
 
A+
 
a-
 

Alors que le projet de directive européenne sur les services dans le marché intérieur a été fortement critiqué, tant par l'exécutif français que par le parlement européen, et que le président de la commission européenne a reconnu qu'il présentait des «difficultés», Jean-François Susini demande notamment, dans son courrier à Jean-Pierre Raffarin, le retour à une approche sectorielle, profession par profession, en lieu et place de l'approche horizontale actuelle. Il demande également l'abandon du principe du pays d'origine.

Par ailleurs, le président de l'Ordre réagit fermement, dans une lettre cette fois adressée à Hervé Gaymard, ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, aux propos qui lui sont attribués dans la presse. Lesquels suggèrent en effet de libéraliser, en France, un certain nombre de professions réglementées, dont celle d'architecte.

"Le 'déverrouillage' de l'économie que vous préconisez ne passe certainement pas par la déréglementation totale d'une profession qui participe fortement à la qualité et à 'enrichissement de notre cadre de vie, et qui de surcroît est l'une des moins réglementée d'Europe", écrit Jean-François Susini, rappelant au passage "qu'au même moment, le Président de la République et le Premier Ministre demandent une remise à plat de la proposition de directive sur la libéralisation des services dans le marché intérieur".

"Considérant que les déclarations que vous attribue la presse sont particulièrement graves pour notre profession", le président du CNOA demande donc à rencontrer rapidement le ministre afin de "parvenir à lever ce [qu'il] espère encore être un malentendu". Affaire à suivre donc.


Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER