• Accueil
  •  > 
  • L'Hexagone lave plus vert. La rupture tranquille ?
Rejoignez Cyberarchi : 

L'Hexagone lave plus vert. La rupture tranquille ?

© Cyberarchi 2020

Après la vague bleue, la vague verte déferle sur l'hexagone. Il s'agit d'un vert à l'eau de rose teinté de bleu, de blanc et de rouge. En ces temps de crises écologique, financière et sociale annoncées sur fond de récession mondiale, nous pouvions penser qu'une petite expo 'Développement Durable' donnera du courage pour affronter l'hiver. Chronique de M.Feigelson.

 
 
A+
 
a-
 

La baisse du pouvoir d'achat ne facilitant pas les choses, je m'étais dirigé sur l'expo gratuite du moment, le Développement Durable au pavillon de l'Arsenal. Hulk n'a qu'à bien se tenir : Paris est dans la place!

Comme vous le savez, depuis les deux premiers chocs pétroliers, les architectes français, poussés par leurs Maîtres d'Ouvrage, n'ont cessé d'avoir une démarche écolo. Ils sont même LA locomotive européenne dans ce domaine, si si... Loin derrière : les pays nordiques, la Grande Bretagne, la Suisse et même l'Espagne c'est vous dire ! C'est quand même la France qui a inventé la Haute Qualité Environnementale (HQE) à la fin des 90's, soit presque 30 ans après le sommet de la terre de Stockholm (1972) : respect !

L'architecture de Paris et d'ailleurs s'est donc mise au vert pendant l'été. Comme beaucoup de lieux qui exposent l'architecture ou l'urbanisme, difficile d'échapper à la green-touch ! En effet, qui n'est pas pour la paix dans le monde et pour un cessez-le-feu en ce qui concerne le réchauffement climatique ? Même la firme Dassault vend des maisons en bois pour compenser la taxe carbone due à la surconsommation de carburant de ses coucous... C'est la voie du progrès non ?

Nous sommes tous des petits hommes verts à défaut parfois de prétendre être HQE, sorte de compteurs de méga-green, notion comptable de l'environnement qui se transformera petit à petit en norme malgré le mécontentement de quelques-uns.

Depuis les dernières élections (présidentielle et municipales), la Greenwashing machine a tourné à plein régime. D'un coup de baguette magique, les projets de Paris et du reste du monde sont devenus d'un seul coup hyper-green. Dingue non ? (Pas sérieux s'abstenir, je vous rappelle). Il faut juste regretter que les quelques projets sérieux soient noyés au milieu de projets recyclés. C'est déjà un début.

Cela va de la dernière crèche à toiture végétale garantie AOC au philharmonique, en passant par des projets tendance 'Bling-bling' et une tour à La Défense. Le tout est présenté sur des gradins en vrai bois de forêt même pas traité. En plus de la toiture végétale d'usage et sans OGM, il y a de la façade en bois et du panneau solaire pour assurer l'eau chaude dans les chiottes et du parpaing bio véritable. Cela ressemble à du général russe de compète, toutes les médailles sont de sortie sur le revers du veston pour le défilé.

Cela dégouline de vert, arrêtez c'est presque trop d'un seul coup. On frôle l'indigestion de salades.

C'est simple, s'il nous était, par le plus grand des hasards, présenté une tour Montparnasse labellisée Développement Durable, elle serait construite immédiatement, sans discuter, puisque "green washed". Je suis d'avis de prévoir son extension assez rapidement, ça urge même ! Il paraît que c'est prévu mais... aux portes de Paris, nous sommes sauvés ! Alléluia.

Cette sélection de projets, issus tous d'un élevage bio garanti sans colorant, est présentée "Développement Durable". Cette notion est plus abstraite et fourre-tout face au HQE trop trésorier pour une expo sérieuse. Quelques vidéos viennent ponctuer le parcours de la nouvelle bio attitude confraternelle. Il manque juste, quand même, le tag "vu à la TV" !

On nage enfin dans le bonheur. Soyons 'green' et dieu est amour à ce qu'on dit.

Du coup, je me demande si ce n'est pas plus efficace pour sauver la planète de faire sa vaisselle avec un produit green ou de se laver au gel savon Ushuaia, plutôt que faire l'architecte et rouler au plein super avec ou sans plomb.

Dans ce grand concours du plus vert que moi tu meurs, je cherche désespérément le Développement Durable ailleurs que dans le titre qui évoque un éco-emballage d'usage. Oui, il y a bien les derniers projets parisiens recyclés dans une expo d'archi. Je cherche juste la rupture entre une expo d'architecture et une autre expo d'architecture, entre du vert clair et du vert foncé.

Le commissaire d'expo est incontestablement green, la scénographie réalisée par les pur-sang d'un des haras bio du ministère de l'archi-culture. Le grand recyclage de notre profession a commencé... C'est bio! (en Ch'ti véritable dans le texte).

Dernière interrogation: tous ces projets recevront-ils une des saintes certifications HQE, seules références officielles à ce jour permettant de mesurer une bio éthique ?

Depuis la chasse au gaspi et l'abandon de l'architecture écolo des années 70, notre vert pays s'est illustré dans une architecture spectacle qui produit le pire et le meilleur. Mais aujourd'hui, il faut être vert comme le billet qui sert à l'achat du pétrole. L'Hexagone ne compte pas encore beaucoup de réalisations 'Développement Durable véritable'. Il y a bien un ou deux murs végétaux à montrer par-ci par-là mais ce n'est pas suffisant ; alors il faut ripoliner ou ressortir les revues des 70's mais les photos sont encore en N&B. Ripolinons donc en vert pour la couleur.

Le b(i)ob(i)o gobera la mouche 'verte' et reprendra son 4x4 pour rentrer chez lui en rassurant ses enfants sur le monde qui change en bien ou... en rien. C'est green pâle.

Un 'Green'elle de l'environnement plus tard, il faut montrer aux populations des illustrations d'engagements pris pendant les vertes campagnes. Comme dans le Vème élément, film de Besson, c'est "suuper Greeeeeeen" grâce aux deux 'Verts' Nicolas. L'un est vert fluo (le bling bling) tandis que l'autre devient pâle. Faut-il passer la vitesse supérieure ?

De mauvaises langues ont même colporté l'info suivante : seul le buffet était bio, le soir du vernissage, mais vu le peu de quantité, il n'a pas été, lui, durable.

Je ne crois pas que je serais invité à la prochaine inauguration. En attendant, la date limite de consommation de l'expo était arrêtée au 19 octobre 2008. Pour en apprendre un peu plus, il faudra peut-être retourner à l'école ou se payer une formation qui n'a pas été dispensée dans ces élevages du ministère (les écoles d'archis).

L'emballage sous vide et l' exposition suivante n'ont pas permis de jouer les prolongations. Sans conservateur la date de consommation est déjà dépassée. Je vous rassure, il doit rester du stock de catalogue .

Adoptez quand même la maxi green attitude : plus vert que moi tu ne meurs pas forcément et cela semble assez facile d'être "greenwashed". Allez les verts ! Nous sommes tous bio, man ! Tous verts : la rupture tranquille !
Etc.

Mathieu Feigelson

L'Hexagone lave plus vert. La rupture tranquille ?
L'Hexagone lave plus vert. La rupture tranquille ?
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER