• Accueil
  •  > 
  • L'Etat dans le sable mouvant du Mont-Saint-Michel
Rejoignez Cyberarchi : 

L'Etat dans le sable mouvant du Mont-Saint-Michel

L'Etat, déplorant une "dérive des coûts", a limité le coût total des travaux de désensablement du Mont-Saint-Michel à 140 millions d'euros, soit à peine la moitié du budget envisagé par les collectivités locales (220 millions).

 
 
A+
 
a-
 

En 2002, le syndicat mixte pour le rétablissement du caractère maritime du Mont St Michel a dévoilé les résultats d'une enquête d'utilité publique menée du 23 juillet au 23 septembre, selon laquelle 80% des observations écrites, consignées ou annexées étaient favorables au projet de désensablement.

Classé au patrimoine de l'humanité de l'UNESCO, depuis 1979, le Mont-Saint-Michel souffre de deux maux, le sable et les voitures. En effet, ces dernières années, les herbus ont littéralement envahis le site, passant de 600 à 1.500 hectares, soit une progression annuelle d'une trentaine d'hectares et les parkings ainsi que la digue route ont contribué à cette dégradation.

Le budget prévisionnel a été plusieurs fois réévalué depuis 1995, pour arriver à un total de 220 millions d'euros fin 2005, au point que l'Etat, le principal pourvoyeur de fonds a déploré une "dérive des coûts". Le financement est répartit comme suit : 60% pour l'Etat et 40% pour les collectivités, après déduction des financements européens et de l'Agence de l'eau (20 millions d'euros). Bref, ça coince.

En tout état de cause, la bonne nouvelle est que les premiers gros travaux devraient commencer "dès la deuxième quinzaine du mois d'avril 2006", a indiqué Philippe Duron, président de la région Basse-Normandie et du Syndicat mixte pour le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, maître d'ouvrage. Il s'agit de construire un barrage hydraulique sur le Couesnon qui remplira le fleuve d'eau de mer à marée haute avant de la libérer à marée basse, pour chasser petit à petit les sédiments autour de ce site touristique classé depuis 1979 au patrimoine de l'Unesco. La digue qui sert actuellement de voie d'accès au Mont, à l'origine de l'ensablement, va être détruite pour être remplacée par un pont-passerelle.

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER