• Accueil
  •  > 
  • L'Espace Andrée Chedid installé au coeur d'Issy-les-Moulineaux
Rejoignez Cyberarchi : 

L'Espace Andrée Chedid installé au coeur d'Issy-les-Moulineaux

© Cyberarchi 2019

L'Espace Andrée CHEDID sera installé dans le Centre-ville d'Issy-les-Moulineaux (au 60 rue du Général Leclerc), dans les anciens locaux du commissariat de police jouxtant l'Hôtel de Ville qui font l'objet d'une profonde restructuration avec des travaux prévus pour une durée de 13 mois.

 
 
A+
 
a-
 

Particulièrement présent dans l'architecture et les paysages contemporains, Pierre Louis FALOCI a remporté le concours d'architecture lancé en 2011 pour rénover l'ancien commissariat de police à proximité de l'Hôtel-de-Ville.

Quels sont les grands enjeux de la rénovation de cet équipement ?

Pierre-Louis Faloci : La création d'un tel équipement majeur en coeur de ville est pour un architecte toujours passionnante. Il s'agit d'un projet social et culturel expérimental qui touche en particulier l'enfance mais aussi tous les âges de la vie. Ce projet est plus qu'un projet d'architecture, c'est un projet de service public, c'est la mise en valeur d'une cause profonde. Il s'agit également d'un hommage architectural à la mémoire d'Andrée Chedid, à son amitié avec Françoise Dolto et donc à la construction d'une nouvelle manière d'aborder la pédopsychiatrie autour d'une notion globale de la famille. La situation du projet, en plein centre ville, proche du marché, a une importance encore plus grande dans la mesure où il s'agit d'un prolongement urbain dans un espace intérieur qui compose à la fois un espace communautaire et une succession d'espaces intimes. Les enjeux sont donc multiples et ils représentent pour un architecte la sensation à la fois de créer et d'être au service d'une profonde cause sociale.

Avez-vous rencontré des difficultés lors de la conception architecturale de ce bâtiment ?

PLF : Lorsque j'ai visité les lieux pour le concours, j'ai tout de suite pensé à l'usage abrité de la cour intérieure qui permettait de résoudre tout l'espace public intérieur et créer immédiatement cette notion d'abri entre la ville et le sujet. Ensuite, pour répondre au programme, la difficulté principale était d'imaginer un projet qui ne nuise en aucune façon au fonctionnement permanent de la mairie en particulier dans tous ses circuits techniques. C'est dans ce souci d'accentuer la notion de cour, d'abri, que le choix de creuser la cour est immédiatement venu. Ce creux souhaité était la difficulté principale du concept car il fallait gagner de la lumière pour éclairer naturellement un étage inférieur tout en contournant et sauvegardant des éléments techniques qui n'altèrent en aucune façon le fonctionnement de la mairie.

Comment êtes-vous parvenu à conjuguer la multiplicité des services proposés tout en respectant des espaces de respiration et d'animation en conférant continuité et simplicité ?

PLF : Toujours à partir de la cour existante, l'idée fut de développer l'ensemble des circulations autour de cette cour ; passerelle de verre sur le vide créée, espace d'accueil en double orientation, couloir légèrement dégagé de la façade existante et d'organiser d'une manière générale un espace central qui permette des vues transversales, des vues diagonales, des vis-à-vis, créant ainsi une multiplicité d'espaces intermédiaires toujours en relation visuelle et bénéficiant systématiquement d'un maximum de lumière naturelle.

Pouvez-vous nous décrire les différents espaces présentés et leur circulation ? En regardant votre projet, on pense nécessairement aux rythmes, aux vibrations, de la parole comme de la lumière. On pense nécessairement également au jeu du visible et de l'invisible.

PLF : Ce projet compose avec les murs existants, c'est-à-dire l'enveloppe, et propose une architecture moderne toujours légèrement dissociée qui vient s'insérer avec l'ensemble des nouvelles fonctions. Dans ce lieu, il faut être à la fois fédérateur mais aussi permettre l'intimité, par groupe ou individuelle, ainsi le dispositif général offre un véritable espace commun à tous qu'est le jardin en creux, la passerelle d'accueil et l'espace de réception. Le jeu des horizontales et des verticales nouvellement créées permet de sentir en levant la tête les différentes fonctions, les différentes lumières, la quête de la lumière du ciel, dans un dispositif de lueur qui va tout le temps changer selon les heures du déroulement d'une journée. La peau du vieux bâtiment cale les espaces, cadre les vues sur la cour ou sur la ville et donne cette sensation d'intimiser les fonctions alors que les couloirs et passerelles sont autant d'espaces ouverts à tous.

Quels ont été vos principales motivations à sélectionner des matériaux comme le bois, le verre, l'aluminium ?

PLF : Le choix de matériaux comme le bois, le verre et l'aluminium est voulu. Nous pensons ce lieu dans un souci de pérennité avec des matériaux bruts, naturels. Ce sont les visiteurs, adultes, enfants, adolescents, personnes âgées qui apportent, dans cette base de matériaux sobres, les tonalités et les couleurs par leur regroupement, leur alignement, leur déplacement. Concernant la couleur nous préférons procéder par touches en particulier pour les revêtements de sols et conserver l'usage du blanc qui agrandit les espaces et capte le mieux les vibrations de lumières. Le verre a un rôle très important dans ce projet. La grande verrière est un élément unitaire ainsi que la grande partie vitrée de la salle de jeu des enfants très présente côté rue. La réussite d'un tel projet sera dans l'équilibre et la justesse de pouvoir faire cohabiter adolescents en difficulté, enfants, parents, personnes âgées, sans la moindre nuisance sonore à l'intérieur. Il faut arriver à créer une notion de maison tout en individualisant la nécessité intime de chacune de ses fonctions. Ce projet s'inscrit dans un bâtiment ancien. Il est une expérimentation ultra contemporaine mais il se doit d'exprimer toute la recherche et la modestie qu'exige le sujet.

Les intervenants :
La réalisation des travaux d'aménagement a été confiée par la Ville d'Issy-les-Moulineaux à :


  • Maître d'ouvrage : Ville d'Issy-les-Moulineaux - 47 rue du général Leclerc à Issy-les-Moulineaux.

  • Maître d'ouvrage délégué : SEMADS - 13 bis rue Auguste Gervais à Issy-les-Moulineaux.

  • Maîtrise d'oeuvre : Pierre Louis Faloci - Architecte - 9, boulevard de Port Royal à Paris.

  • Bureau d'études : Igrec Ingenierie - 127, avenue d'Italie à Paris.

  • Entreprise générale : CREATIS, filiale de SPIE BATIGNOLLES - 33 quai Marcel Boyer à Ivry-sur-Seine.

  • Coordination des futurs utilisateurs : le CLAVIM - 47 rue du général Leclerc à Issy-les-Moulineaux.

Calendrier de l'opération :

  • Avril 2011 : choix de l'équipe de maîtrise d'oeuvre par le Conseil Municipal.

  • Décembre 2011 : Approbation de l'Avant Projet Définitif par le Conseil Municipal.

  • Début des travaux : novembre 2012.

  • Ouverture de la structure : décembre 2013.

Surfaces :





Crédit photos: © agence Faloci

L'Espace Andrée Chedid installé au coeur d'Issy-les-Moulineaux
L'Espace Andrée Chedid installé au coeur d'Issy-les-Moulineaux
L'Espace Andrée Chedid installé au coeur d'Issy-les-Moulineaux
Mot clefs
Catégories
CYBER