• Accueil
  •  > 
  • L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre
Rejoignez Cyberarchi : 

L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre

© Cyberarchi 2019

Tout a commencé soudainement par un coup de fil à l'agence en décembre 2008. Puis, tout s'est terminé, brusquement, par une phrase sibylline d'Abdoulaye Wade, président du Sénégal, prononcée à New York le 14 juillet 2009. Entre ces deux dates, ROZO (Philippe Zourgane, Séverine Roussel) a vécu une étonnante aventure. Récit.

 
 
A+
 
a-
 

Un peu d'histoire sénégalaise. En 1966, Léopold Sédar Senghor (1906-2001), premier président du Sénégal indépendant (1960-1980), crée à Dakar le premier Festival mondial des arts nègres (Festman). Une seconde édition a eu lieu en 1977 à Lagos (Nigéria). Elu président du Sénégal en 2000, Abdoulaye Wade propose d'organiser une nouvelle édition, Festman III, qui doit accueillir 200.000 participants venus de 80 pays. Initialement prévu pour avril 2006, le festival est reporté une première fois à 2007 ; puis une seconde à juin 2008, avant d'être finalement calé du 1er au 14 décembre 2009.

Voilà pourquoi ROZO reçoit ce fameux coup de fil en décembre 2008 avant que le président sénégalais n'annonce six mois plus tard, un nouveau report "en 2010", voire 2011*. Sauf que durant cette période, ROZO a connu une accélération phénoménale de particules qui a transformé le quotidien de l'agence. "Six personnes ont bossé intensément sept jours sur sept, douze heures par jour parce qu'il fallait tout faire en même temps, comme si nous devions courir un 100m, un 200m, un 800m et une course de demi-fond le même jour avec un décalage d'une demi-heure", raconte Philippe Zourgane. "Tous les documents devaient par ailleurs être rendus le même jour ; c'est rare mais violent".

Si une seule agence avait été retenue pour ce projet monumental, c'est, pense Philippe Zourgane, afin de garder, dans un souci d'efficacité, une unité et cohérence au projet dans une contrainte de calendrier ahurissante. Et ce d'autant plus dans le cadre d'un projet 'présidentiel' a priori rigide en ce qu'il implique d'interventions des ministres, sous-ministres et fonctionnaires, etc. "L'astuce a été pour le maître d'ouvrage de désigner Mediatic Events (elle-même une coordination de l'agence française WEAP et Mediatic Africa NdA) en tant que 'production déléguée' (une sorte de délégation de service public NdA) spécialisée dans l'évènementiel, ce qui permettait d'échapper aux pressions internes au sein du pouvoir ainsi qu'aux pressions locales externes", souligne-t-il. C'est ce qui explique sans doute aussi le choix d'une agence française.

Pourquoi ROZO ? Apparemment, la 'production déléguée' a consulté plusieurs agences en France avant de sélectionner ROZO. Philippe Zourgane et Séverine Roussel n'ont jamais eu l'explication de cette sélection mais il est permis de penser que le travail de ROZO concernant l'architecture post-coloniale**, exposé lors d'une discussion informelle, y est pour quelque chose. Puis "ça s'est enchaîné très vite", se marre Philippe Zourgane.

"Le programme comptaient des aspects assez précis (bâtiments, projets), d'autres peu précis car issus parfois de données assez fulgurantes", se souvient l'architecte. "Il s'agissait pour nous, en premier lieu, d'articuler les 'paroles' politiques avec les 'paroles' économiques", dit-il. Très vite, Séverine Roussel et Philippe Zourgane se sont rendus sur place tant pour comprendre les réalités physiques des sites que pour adapter au plus juste les besoins. C'est un processus relativement habituel sauf que là tout devait aller très vite ; "au lieu d'une réunion tous les 15 jours, nous en avions parfois trois par semaine". Les études d'archi et d'ingénierie ont pris deux mois, à peine moins que le timing de validation. De fait, les premiers chantiers étaient déjà engagés début juillet 2009 quand le président sénégalais a tout arrêté.

Tout n'est pas perdu pour ROZO. En effet, sur le site officiel de Fesman III, il est indiqué que "la production déléguée chargée de l'organisation du Fesman 2009, à la lumière des travaux produits par l'ensemble des équipes professionnelles et internationales pour la réalisation effective du troisième Festival Mondial des Arts Nègres en terre d'Afrique, souhaite confirmer à l'ensemble des acteurs et publics engagés sa volonté de préserver l'investissement de chacun". Dont acte.

Christophe Leray

Résumé des projets proposés par ROZO :

>> Centre Culturel Blaise Senghor ;
>> Centre International du Commerce Extérieur du Sénégal (CICES) ;
>> Fespencc ;
>> Gare de Dakar.

Consulter également notre album-photos 'Un menu copieux pour ROZO dans le cadre du festival Festman III au Sénégal'.

* Ces précisions sont issues d'un article signé Abdou Rahmane MBENGUE paru le 15 juillet 2009 dans Xibar.net (Sénégal).
** Lire à ce sujet les 'Chroniques Métisses' publiées sur CyberArchi et nos articles 'Processus de Créolisation en architecture' et 'Crèche municipale Ste Thérèse et maison marronnage à La Réunion'.

L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre
L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre
L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER