• Accueil
  •  > 
  • L'architecte est un architecte qui n'est peut-être pas un architecte
Rejoignez Cyberarchi : 

L'architecte est un architecte qui n'est peut-être pas un architecte

Dans le cadre de son projet d'ordonnance relatif à la réforme de l'enseignement, la DAPA propose de remplacer le titre 'Architecte' par celui d''Architecte-maître d'oeuvre'. Les organisations professionnelles s'insurgent, c'était prévisible. Mais c'est au final le particulier, déjà bien peu au fait de ce qui traite d'architecture, qui risque de ne plus du tout s'y retrouver.

 
 
A+
 
a-
 

Le grand public aura bientôt besoin d'étudier leur code barre pour différencier les architectes entre eux. En effet, Ann-José Arlot, directrice adjointe au directeur de l'architecture et du patrimoine (DAPA), chargée de l'architecture, est passée à l'acte deux de la mise en place de la réforme de l'enseignement de l'architecture en inscrivant dans le projet d'ordonnance (pris en application du projet de loi d'habilitation du gouvernement à simplifier le Droit) une modification de la Loi sur l'architecture qui conduit notamment à remplacer le titre protégé d' «architecte» par celui d' «architecte-maître d'oeuvre».

Les trois organisations professionnelles représentatives des architectes (UNSFA, Syndicat de l'Architecture et CNOA) dénoncent vivement «la confusion ainsi créée, tant pour le public que pour les professionnels» puisque le titre d' «architecte» reviendrait, selon elles, «à tout titulaire d'un diplôme d'architecture, qui ne pourrait pour autant remplir les missions réservées à l'architecte-maître d'oeuvre (dépôt de permis de construire, etc.)». Elles étaient pourtant prévenues.

En effet, lors du Congrès de l'UNSFA (Union nationale des syndicats français d'architecture) début octobre 2004 à Nancy, lors de l'atelier dédié à la formation des architectes (lesquels ?), avait eu lieu cet échange saisissant. Question dans la salle : «après 5 ans d'études en format LMD, comment appellerait-on ces diplômés ?». «Ils auront un master en architecture», avait répondu d'emblée Denis Grandjean, le directeur de l'école de Nancy. C'est alors qu'Ann-José Arlot avait bondi de son siège. «Non !», dit-elle. Précisant ne «pas dégager en touche», elle assura donc qu'après 5 ans, les étudiants seraient «diplômés Architecte d'Etat». Libre à eux, «dès la licence s'ils le souhaitent», de commencer à remplir leur «carnet de bord» leur permettant de valider plus vite un «certificat d'aptitude à la maîtrise d'oeuvre».

Les architectes (lesquels ?) s'en doutaient donc mais le choc n'en fut pas moindre. «Imaginez l'ironie d'une telle réforme lorsque demain il sera dit 'vous ne pouvez construire ce bâtiment, car vous n'êtes qu'architecte !'», s'exclament de concert François Pélegrin, président de l'UNSFA, Patrick Colombier, président du Synd'Arch. et Jean-François Susini, président du CNOA dans une lettre ouverte à Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture.

La modification proposée par la DAPA ne paye pourtant pas de mine puisqu'il suffit, selon elle, de remplacer dans la loi sur l'architecture le mot 'architecte' par celui d''architecte maître d'oeuvre'. Sauf que le sens du mot architecte (lequel ?) s'en trouve immédiatement et foncièrement transformé. «Sans pousser loin la caricature, on pourra dire à l'usager : Ne faites pas appel à un architecte pour construire votre maison !», s'insurgent les représentants des architectes (lesquels ?). Il est vrai que le particulier, qui a déjà bien du mal à se repérer entre architecte, maître d'ouvrage et maître d'oeuvre, risque de se retrouver face à quelques situations 'abracadabrantesques'.

Dialogue imaginaire entre un particulier et un (futur) architecte.

- Bonjour, je recherche un architecte.
- Bienvenu, je suis architecte.
- Voilà, je veux construire ma maison.
- Ah, ce n'est pas mon travail.
- ???

Il est vrai que la solution proposée par les organisations professionnelles ne manque pas d'épice non plus puisque, aux titulaires d'un master en architecture, elles promettent le titre de «maître en architecture».

Dialogue imaginaire entre un particulier et un architecte

- Bonjour, je recherche un architecte.
- Bienvenu, je suis maître en architecture.
- ??? Ah Maître, Super ! Bien, voilà, je veux construire ma maison.
- Ah, ce n'est pas mon travail.
- ???

Sans compter que d'ici cinq ans, quand les premières classes diplômées d'un master en architecture rejoindront les rangs des architectes (DPLG - il devrait y en avoir encore) et se disperseront comme architectes et architectes maîtres d'oeuvre, trouver l'homme de l'art qui lui construira sa maison va relever, pour le particulier lambda, du jeu de piste.

Heureusement, cette modification entre dans le cadre du projet d'ordonnance destiné à simplifier le droit. Le droit peut-être ? Et encore ! Pour le reste...

Lire également l'argumentaire des organisations professionnelles en cliquant ici.


Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER