• Accueil
  •  > 
  • L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
Rejoignez Cyberarchi : 

L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat

© Cyberarchi 2019

Dans le cadre des conférences de Batimat, l'architecte Jean-Philippe Pargade était invité à présenter sa transformation/rénovation de l'Ambassade de France à Varsovie autour du thème 'construire en acier'. Un projet, d'abord passé inaperçu, qui n'en finit pas d'étonner.

 
 
A+
 
a-
 

"On ne peux pas banaliser la construction métallique", a expliqué Jean-Philippe Pargade. De fait, dans un contexte où l'acier devient de plus en plus cher et où les normes de protections incendie sont toujours plus drastiques, l'acier dans de grands bâtiments tertiaires se fait (plus) rare. Il n'en reste pas moins, comme en témoigne cette étonnante ambassade, que les amoureux du métal peuvent encore s'exprimer. La preuve, alors qu'il fallut à l'architecte toute la conviction nécessaire pour présenter son projet dans le brouhaha initial, c'est sans forcer la voix qu'il a terminé son intervention, bien soutenu en cela par de magnifiques images de Nicolas Grospierre, un photographe franco-polonais.

L'image du bâtiment

Le bâtiment de l'ambassade de France à Varsovie d'une surface de 6.000 m² reçoit les différents services de la Chancellerie diplomatique. Il s'agit de la transformation/rénovation d'un bâtiment existant réalisé dans les années 70 par trois architectes notables de l'époque : Bernard Zehrffuss, Guillaume Gillet et Henri Bernard.

Le bâtiment se caractérise par cinq portiques monumentaux, deux corps de bâtiments réunis par une verrière et un plateau en rez-de-chaussée surélevé par rapport au sol naturel.

L'histoire

L'histoire de l'implantation de cette représentation diplomatique à Varsovie est mouvementée. Le bâtiment initialement prévu en verre a été réalisé finalement en aluminium avec des panneaux de Jean Prouvé. Sa localisation prévue au centre de la ville a été remise en question et déplacée en périphérie.

L'existant

Le bâtiment existant souffrait de graves dysfonctionnements. Il était d'abord recouvert d'amiante et les ponts thermiques dans ce bâtiment entièrement métallique étaient nombreux dans son enveloppe. La sécurité incendie n'était pas assurée. En outre le bâtiment souffrait d'un déficit d'image à cause de son caractère défensif. La communication dans les deux corps de bâtiment par l'extérieur était difficile.

La recherche

S'agissant de la transformation d'une oeuvre architecturale d'auteurs, le choix entre ce qu'il fallait conserver et ce qu'il fallait transformer a fait l'objet d'une patiente recherche. Cet équilibre difficile a été trouvé en s'appuyant sur une analyse rigoureuse des points forts du projet à conserver et des défauts à corriger. Différentes hypothèses ont été testées, de la conversation quasi-totale à une transformation plus radicale.

Le chantier

Le chantier montre le processus de déconstruction/reconstruction rendu possible par le concept initial du bâtiment entièrement monté à sec. Le traitement des panneaux originaux de Jean Prouvé a fait l'objet d'une étude poussée en collaboration avec l'industrie offshore. Elle a aboutie à la mise au point d'un processus de rénovation des panneaux qui retrouve l'aspect initial de la fonte d'aluminium et empêche son oxydation.

La réalisation

Le jardin est mis en oeuvre par David Besson. Il met en scène la position entre architecture et nature. L'organisation du plan permet de réaliser trois plateaux horizontaux et d'ouvrir le bâtiment sur la ville. Les façades offrent une transparence sur le jardin. Le caractère sculptural des portiques est mis en valeur par l'effet miroir sur les façades de verre. La coupe transversale montre comment le hall domine à la fois la ville et le parc.
Le hall offre une vue sur l'ensemble des services et permet de se diriger facilement. Les bureaux organisés en plateaux paysagés permettent de communiquer entre les services et sont très évolutifs.

Le 1 % artistique réalisé par Georges Rousse retrace l'histoire de cette démolition : reconstruction.

L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
L'ambassade de France à Varsovie, représentation diplomatique à Batimat
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER