• Accueil
  •  > 
  • L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
Rejoignez Cyberarchi : 

L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension

© Cyberarchi 2019

"Plus précisément, le rez-de-chaussée était du XVIIe, le parc et le bel étage portaient la marque du XVIIIe, la façade était remise à neuf et légèrement gâtée au XIXe, de sorte que l'ensemble avait cet air 'bougé' des surimpressions photographiques". Une chronique en images du photographe Jean-Philippe Hugron.

 
 
A+
 
a-
 

Cette description signée Robert Musil n'est autre que celle de la « demeure qui appartenait à l'homme sans qualité ». Le célèbre auteur viennois rappelle en ces mots le mélange composite des architectures de la capitale impériale. Depuis déshéritée de ces provinces, mutilée par les guerres assassines, Vienne continue de vivre la modernité.

Aujourd'hui elle s'inscrit sur les toits de la capitale. Autrefois à l'instar des villes de la Mitteleuropa Vienne exhibait tourelles, clochetons, dômes et flèches. Bombardements et incendies détruisirent nombres de toits aux formes généreuses, aigues, vives ou tranchantes.



La reconstruction nécessaire et rapide délaissa désirs et plaisirs de combles extravagants pour privilégier les formes simples et économiques de toits ordinaires. Toutefois en quelques adresses prestigieuses fut réalisé un effort vague. Il fallu attendre la fin des années 80 pour que l'agence Coop Himmelb(l)au signe une audacieuse architecture déconstructiviste sur l'un des toits du premier arrondissement.



Depuis la mode est lancée, Vienne retrouve le goût de ces toits. La spéculation immobilière permet de vastes réhabilitations lesquelles redonnent aux immeubles de fières et audacieuses extensions modernes.



Et Paris ? Paris qui refuse les tours, refuse la hauteur, qui refuse en partie la modernité ou ne sait composer son image moderne, et bien Paris refuse aussi ces expressions sommitales... D'ailleurs, quand de jeunes architectes audacieuses proposent de créer une terrasse de 20m² sur le toit d'un immeuble haussmannien en plein Paris, soit "créer un objet hybride qui soit la combinaison du toit en zinc d'origine et de son évolution possible" (lire à ce sujet l'article de Cyberarchi «Votez Metek» ), c'est pour se voir renvoyées sèchement à leurs études. Un billet pour Vienne pourrait pourtant facilement convaincre leurs contempteurs...

L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
L'air 'bougé' de Vienne ou la modernité en extension
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER