• Accueil
  •  > 
  • Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Rejoignez Cyberarchi : 

Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.

© Cyberarchi 2019

Si parents et enfants le trouvent "beau", "lumineux", avec le sentiment d'être "loin des voisins", c'est sans doute que l'IME de Corbeil, réalisé par Arnaud Basselier et Patrick Jarzaguet (B.J.A.) remplit parfaitement et au-delà, les missions pour lesquelles il a été commandé. Rien de mystérieux pourtant, juste une architecture de qualité. Visite.

 
 
A+
 
a-
 

Martine Segala, adjointe à la directrice s'en amuse : "Je suis la seule avec un bureau dont la fenêtre ne s'ouvre pas", dit-elle. A la décharge des architectes, ce bureau n'était pas prévu pour elle ni même d'être occupé. Patrick Jarzaguet, qui fait le tour du propriétaire pour lever les dernières réserves, prend note ; sa fenêtre sera changée. Pour le reste, Martine Segala, qui s'improvise guide pour le journaliste de CyberArchi, ne peut qu'exprimer sa satisfaction quant aux nouvelles conditions de travail du personnel et, surtout, nouvelles conditions d'accueil des enfants.

L'ancien bâtiment en pierre meulière datant du 19ème siècle n'étant plus adapté, l'opération menée par B.J.A. consistait donc en la conception et construction, sur le même site, d'un nouvel ouvrage regroupant et intégrant les différents pôles d'activités de l'IME ainsi qu'un service d'Education Spéciale et de soins à domicile (SESSAD). "Le projet visait avant tout le confort d'utilisation", expliquent les architectes. Cette volonté se traduit par une vraie facilité de fonctionnement issue d'une part d'une grande lisibilité des espaces et, d'autre part, par des ambiances de qualité (lumière, volume), notamment pour les espaces de circulation et d'activités. "Toutes les circulations sont largement dimensionnées et disposent d'un éclairage naturel provenant du jardin", note Patrick Jarzaguet..

Le terrain, d'une surface de 2.009m², de forme rectangulaire, consiste en une parcelle profonde, close et ayant pour seule possibilité d'accès (public et service) un boulevard fortement passant. Entouré par une gendarmerie, un immense collectif de R+3 et un ensemble de maisons individuelles, les contraintes de prospect étaient impérieuses, tant pour les habitants en périphérie du bâtiment que pour les enfants eux-mêmes.

De plus, aux contraintes des règles d'urbanisme de Corbeil-Essonnes, notamment en ce qui concerne l'emprise au sol autorisée (coef=0,50), les marges de recul en limites séparatives (8 mètres minimum lorsque la façade comporte des ouvertures créant des vues directes) et la hauteur maximale des constructions fixée à 9 mètres, il convenait d'ajouter les contraintes d'implantation induites par le programme ; soit un accès public pour l'I.M.E., un accès indépendant pour le SESSAD et le logement, un accès pour les véhicules de livraison, un accès parking, des espaces de détente extérieurs en relation directe avec les lieux de vie, la salle à manger, la salle de sport,...

"Notre parti a donc été de concevoir un projet au fonctionnement rationnel, en utilisant au mieux les orientations, afin de composer un bâtiment harmonieux, dont les espaces et les volumes sont des outils mis au service de la pédagogie. Le bâtiment se développe sur la profondeur du terrain, avec toutefois un premier corps de bâtiment faisant front au boulevard, afin de protéger le coeur de la parcelle tout en animant la façade sur rue", expliquent les architectes..

De fait, les jardins et la cour sont orientés de manière à profiter au maximum d'une lumière du sud et, en coeur de parcelle, ils sont ainsi protégés des nuisances sonores du boulevard. De plus, les lieux de vie - la salle à manger et salles d'activité physique notamment - sont prolongés par des espaces extérieurs. Toutes choses invisibles du boulevard.

Le bâtiment forme ainsi une sorte de S dans la parcelle et est irrigué par une voie centrale de circulation intérieure sur une partie de sa longueur. Cela n'a l'air de rien mais c'est cette option qui structure de façon étonnamment efficace, sur les deux niveaux, la conception intérieure. Une seule anecdote. A 16h, quand les 55 enfants sortent de classe ou d'atelier pour être ramenés chez eux, aucune bousculade dans les couloirs et quasiment pas de bruit tant il est aisé de se rendre d'un point à un autre. La lisibilité des espaces fait aussi que les enfants, d'instinct, savent quel est le meilleur et plus court chemin pour se rendre en classe ou à l'atelier ou pour rejoindre les navettes scolaires.

Pour les enfants, dont certains avaient connu l'ancien bâtiment, les architectes ont rythmé ce couloir central de 'ports d'attache' colorés pour y laisser leur vestiaire dotant ainsi ce couloir d'un aspect fonctionnel plus valorisant que la seule fonction de passage. Il peut d'ailleurs être regretté ici que le programme n'ait pas offert de possibilité de nuance aux architectes concernant les dimensions des salles de classe. Ainsi, celle des petits est aux mêmes mesures que celle des grands. Sauf que 13 ados y sont plus à l'étroit que 13 bambins. A l'étage, la fonction passage prédomine mais pour ouvrir sur des ateliers (musique, cuisine, peinture, etc.) aux dimensions généreuses (autant que possible du moins dans le cadre d'un programme très dense - la salle de musique et la salle de sport notamment sont sous-dimensionnées -, au détriment d'ailleurs de la taille des bureaux des intervenants (psychologue infirmière, orthophoniste, etc.). Les architectes répondaient en cela à la volonté du maître d'ouvrage de privilégier le confort des enfants ; c'est encore le cas pour la salle à manger, par exemple. Ils n'ont pas pour autant bâclé le confort du personnel et seule Martine Segala a matière à se plaindre.

Dans le domaine des circulations, c'est un détail sans doute mais l'aire de livraison distribue facilement la cuisine ainsi que les locaux de service. Et les différents types d'accès (piétons, automobiles) sont clairement identifiables. Le parvis d'entrée, largement dégagé, offre un maximum de sécurité vis-à-vis de la rue et ouvre sur un hall d'accueil qui lui-même, sur toute la hauteur du bâtiment, confère un sentiment d'espace généreux, accueillant autant que tourné vers l'extérieur, vers la ville.

La ville, les enfants la vivent plus qu'avant et peuvent en remercier les architectes qui n'avaient pas prévu une telle évolution. En effet, l'ancien bâtiment tout en longueur possédait, en lieu de jardin, un long corridor extérieur qui permettait aux enfants d'apprendre à faire du vélo. Ce corridor ayant disparu, les éducateurs ont dû mettre en place une nouvelle sortie 'vélo' pour les enfants. Lesquels vélos sont aujourd'hui rangés dans l'atelier du technicien de maintenance, en attendant leur propre hangar. "Ce bâtiment change aussi notre façon de travailler", soutient Martine Segala.

"Le traitement architectural du bâtiment donnant sur rue en fait un élément fort, le volume en suspension dispose d'une façade vitrée, contrôlée par de grands panneaux de bois créant une animation visuelle et favorisant ainsi une intégration passive et visuelle", expliquent les architectes. Certes, ils ont gardé un bout de l'ancien mur d'enceinte en pierre meulière, seul rappel du passé. Mais sur ce boulevard tristounet, animer la rue avec une façade contemporaine n'était pas gagné d'avance. Martine Segala se souvient d'ailleurs de l'inquiétude des voisins lors du chantier. Ils sont aujourd'hui rassurés, au point, rapporte l'adjointe de la directrice, qu'ils sont nombreux à penser qu'il s'y déroule une nouvelle activité.

Tout cela précisé, il reste à relever deux aspects particulièrement réussis que B.J.A a parfaitement su traiter. Le premier est lié à la diversité des matériaux utilisés, dans le cadre pourtant d'un système constructif sans originalité et d'un budget sans beaucoup de gras. Ainsi, au fil de la visite apparaissent des vues - tant à l'intérieur qu'à l'extérieur - sans cesse renouvelées et des effets de contraste qui offrent le sentiment d'un bâtiment beaucoup plus grand et 'riche' qu'il ne l'est réellement. Un garde-corps de bon goût, ou encore le choix du luminaire de l'accueil, en témoignent notamment.

Le second est une toute petite pièce à l'étage appelée 'Lieu ressource'. C'est, explique Martine Ségala, l'endroit où l'on emmène un enfant énervé ou en colère pour qu'il se détende et se ressource, seul ou accompagné. A partir de ce concept, les architectes ont imaginé une toute petite pièce, différente de toutes les autres, sans exposition sinon à la lumière indirecte et avec une vue sur le ciel. Une couleur chaude, quelques meubles dessinés avec sensibilité, aucun aspect contraignant visible ou invisible. C'est là, dans ce lieu apaisant comme peut l'être une chapelle pour les croyants par exemple, que l'on sait que quand les architectes disent "avoir travaillé en premier lieu avec le confort des enfants à l'esprit", ils sont sincères.

Christophe Leray

Fiche technique

Programme : reconstruction d'un institut médico-éducatif regroupant et intégrant différents pôles d'activités (éducatif, thérapeutique ou rééducatif et pédagogique), ainsi qu'un Service d'Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD).
Maître d'ouvrage : Institut du Val Mandé
Maître d'oeuvre : Basselier et Jarzaguet Architectes (B.J.A)
Mission complète
Surface : SHON 2.100m²
Budget : 3,4 millions d'euro HT
Livraison : Eté 2008

Lire également notre article 'Pour BJA, architectes au quotidien, c'est Byzance' et consulter notre album photos 'B.J.A., ou les architectes de 'l'anti-geste''.

Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Institut Médico-Educatif de Corbeil-Essonnes (91), signé B.J.A.
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER