• Accueil
  •  > 
  • Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Rejoignez Cyberarchi : 

Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...

© Cyberarchi 2019

Compilement ? Rien moins qu'un néologisme, créé à partir de compiler (réunir des documents) et empilement (mettre en pile), n'est susceptible de qualifier à raison cet immeuble mixte signé Isabelle Hérault et Yves Arnod. Un tribut à l'urbanité, dans les deux sens du terme.

 
 
A+
 
a-
 

Deux maîtres d'ouvrage différents pour un seul édifice, une identité affichée et revendiquée, une volonté de maintenir ensemble les habitants malgré les deux systèmes d'entrée imposés, trois logiques structurelles dans une région sismique, une façade plissée, élément récurrent à Grenoble, pour ménager des vues, ... Ce ne sont là que quelques-unes des trouvailles des architectes pour un bâtiment qui donne d'emblée le sentiment "d'avoir toujours été là", c'est-à-dire quand la ville n'était encore ni gentrifiée, ni boboisée mais offerte à tout un chacun.

Le texte ci-dessous est signé Isabelle Hérault et Yves Arnod

Cet immeuble, réalisé dans des conditions économiques très strictes, réunit deux maîtres d'ouvrage ainsi que quatre entités fonctionnelles indépendantes : des locaux d'activité et commerces, un parking public en étage, des logements sociaux et une copropriété.
Le parti architectural de ce projet est très politique, il exprime la nécessaire mixité sociale et fonctionnelle de la ville en fondant son identité sur l'assemblage des différences.

La parcelle, de forme triangulaire, est bordée de rues sur chacune de ses faces. Elle est construite au maximum du gabarit autorisé afin d'intégrer un parking public qui était au départ un projet indépendant : ce dernier devait initialement être construit par la ville en sous-sol de notre parcelle et sous le jardin public voisin. Cette opération nécessitait des dispositions techniques complexes et très coûteuses car, pour permettre les plantations au-dessus, la construction devait être réalisée dans la nappe phréatique. Nous avons alors proposé, au cours d'une réunion de coordination, d'intégrer le parking à l'immeuble dont nous avions la charge, ce qui permettait de réaliser une économie substantielle. Les deux maîtres d'ouvrage ont accepté de « cohabiter » à l'intérieur du même projet.

Le bâtiment affiche sans ambiguïté sa mixité, chaque élément du programme étant regroupé selon une strate horizontale de un ou plusieurs niveaux. L'ensemble est dessiné de manière à respecter les gabarits imposés (9, 17, 24 et 30 mètres selon les voies) :

- Garages privatifs et caves au sous-sol
- Halls d'entrées, locaux tertiaires et commerciaux au rez-de-chaussée.
- Parking public aux 2ème et 3ème étages, sous une horizontale à 9 m de haut.
- Logements locatifs aux 3ème et 4ème étages : ils sont conçus sur un principe de maisons en bande, selon une trame de 4.65 m, et sont organisés autour d'une cour-terrasse commune (R+3). On arrive chez soi par l'extérieur, les appartements possèdent une terrasse privative d'entrée et un balcon côté rue. La façade plissée permet d'orienter tous les logements au sud.
- Au-dessus, les appartements en accession sont regroupés dans un volume autonome hérissé de balcons (du 5ème au 9ème étage), ils sont distribués par des coursives vitrées au nord.

Cet immeuble est notre première réalisation en centre urbain, les constructions précédentes étant presque toujours situées en périphéries de villes ou en pleine nature. La ZAC se trouve à l'emplacement des anciennes usines Lustucru, dans un quartier hétérogène mais typique du style "moderne grenoblois", mélangeant petits collectifs et grands immeubles des années 50 et 60, parfois de grande qualité.

La structure, entièrement en béton, est irrégulière et complexe du fait des contraintes de gabarit et de l'empilement des fonctions, chaque programme nécessitant des trames constructives différentes : le parking public libère des travées de 16 mètres, il reçoit par-dessus la trame serrée des refends des maisons en bande, elles-mêmes surmontées du volume asymétrique de la copropriété, qui "remplit" l'épanelage autorisé.

L'utilisation et le détournement des énergies présentes sur le site sont une des clefs de ce projet, elles lui confèrent une présence amicale, un sentiment de déjà là.


Lire également notre article 'Hérault-Arnod : architecture mixte, à l'agence comme à la ville' et découvrir leurs ouvrages dans notre album photo ' Hérault-Arnod ou à la découverte d'une ville par ceux qui la fabriquent'

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d'ouvrage
· Logements et activités : Grenoble Habitat - Mandataire : SCIC développement
· Parking public : Ville de Grenoble - Mandataire : Grenoble Habitat

Coût des travaux
· Total : 6.008 M€ HT
· Appartements locatifs : 930 € / m² habitable, y compris box et cave en sous-sol
· Appartements en accession : 984 € / m² habitable, y compris box et cave en sous-sol
· Parking public : 343 € / m²

Surface
· 5 853 m² SHON + 4 883 m² SHOB parking public

Programme
· Activés (commerces et bureaux)
· Parking public : 160 places
· 32 logements sociaux
· 26 logements en accession
· Boxes et caves en sous-sol pour les logements

Calendrier
· Projet / DCE janvier 2002,
· Début chantier novembre 2002
· Livraison bâtiment décembre 2004

Maîtrise d'oeuvre
· Hérault Arnod Architectes - Chef de projet : Florent Bellet
· Thermibel, bureau d'études fluides
· Michel Forgue, économie
· Batiserf, bureau d'études structure
· IBSE, conduite de chantier

Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Immeuble mixte à Grenoble : un 'compilement' improbable, et pourtant...
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER