• Accueil
  •  > 
  • 'Home sweet home', par Alice Decocq
Rejoignez Cyberarchi : 

'Home sweet home', par Alice Decocq

© Cyberarchi 2014

Alice Decocq (Cycle Habilitation à la Maîtrise d'Oeuvre (H.M.O) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Toulouse), troisième prix du concours SABINE*, a imaginé 'Home Sweet Home', une maison en harmonie avec la nature s'implantant au nord-ouest de la parcelle pour profiter, entre autres, des apports solaires du sud et des vues dégagées.

Publié le 01/04/2010

 
 
A+
 
a-
 

'Home sweet home' est une maison en harmonie avec la nature, sa maison, notre maison. Pour ceci, elle s'appuie sur les trois piliers du développement durable : l'écologie, le social, l'économie indissociable pour la symbiose de l'homme avec la nature.

Le volume chauffé est un bloc compact. L'isolation par l'extérieur en textile recyclé Métisse d'Emmaüs permet de manière économique de garantir un confort thermique aux habitants tout en favorisant l'aide aux plus démunis. Emmaüs prouve que le bonheur des uns peut faire le bonheur des autres grâce à une initiative mêlant social, économie et écologie.


Une mixité de matériaux optimise les capacités de chacun et limite leur quantité mise en oeuvre :

  • la structure poteaux poutres en lamellé collé a un faible bilan en énergie grise et une bonne durabilité ;
  • les planchers bois / béton collaborant réduisent l'épaisseur et la quantité de béton utilisée, le tout garantissant une bonne inertie thermique. Les sous-faces des prédalles sont en bois brut et les surfaces des dalles en béton poli ;
  • le cloisonnement ainsi que le reste des matériaux en contact direct avec l'utilisateur sont sains (Fermacell, bois brut...).

La préfabrication des murs de la structure et d'une partie des planchers réduit les coûts, les délais et les nuisances de chantier.

Sur ce bloc compact comme une coquille, une structure secondaire, désolidarisée, optimise l'isolation par l'extérieur du volume chauffé (zéro pont thermique). Elle porte notamment les loggias qui font office de protections solaires (dimensionnées pour éviter les surchauffes d'été). Les infrastructures énergétiques (panneaux solaires thermiques, ballon), l'enveloppe en textile (étanche, recyclé, économie de matière), les stores en toile ETFE (transparente, étanche, isolante, autonettoyante, recyclable à 100%) permettent de transformer les loggias en serres (automne, hiver, printemps). La serre évite d'avoir recours à des solutions onéreuses comme le triple vitrage tout en offrant une augmentation de la surface habitable aux mi-saisons.

La maison est évolutive, au fil des saisons (serres / loggias), des goûts (l'enveloppe peut être facilement personnalisable : couleur, motif), des usages. La cage d'escalier, centrale, est facilement encloisonnée, ce qui rend dissociables le rez-de-chaussée et l'étage et réaménageable grâce à la disposition des niveaux. Par exemple, si les enfants s'en vont, l'étage peut être loué.

Par ailleurs, le rez-de-chaussée surélevé est accessible aux handicapés : quand les parents vieillissent, ils peuvent l'occuper et faciliter une aide à domicile...

En symbiose avec la nature, le projet prévoit une piscine écologique filtrée uniquement par des végétaux et des minéraux, des lampes phyto-luminescentes absorbant du CO² le jour et éclairant la nuit et aussi trois éoliennes à axe vertical fournissant de l'électricité même avec de faibles vents et ce, sans bruit (l'électroménager est sélectionné pour une faible consommation, l'éclairage est exclusivement en LED, le chauffage par le sol est alimenté par les panneaux solaires thermiques et une chaudière gaz à condensation basse température d'appoint).

Des cloisons coulissantes permettent à la plupart des pièces d'être traversantes et de faciliter les dispositifs de ventilation naturelle. La récupération des eaux pluviales permet autant l'arrosage que l'approvisionnement en eau de la piscine.

Trois bacs à déchets, dont un pour le compost, sont installés. Au nord-ouest, une bande de domaine privée participe à l'espace public ouvrant de nouvelles perspectives d'échanges sociaux et d'appropriations.

Si cette bande offre à l'habitant une transition public / privée, elle offre aussi des avantages aux passants, comme l'éclairage ou la végétation. L'interpénétration privée / public instaure des opportunités d'intérêt commun.

Alice Decocq

Lire également les articles concernant les deux autres prix :
>> 'Pitch House, de la tradition à l'évolution' ;
>> 'Le cadre modulable de Julien Lecointre et Timothée Poisblaud'.

* La seconde édition du salon SABINE (SAlon du Bâtiment Innovant du Nord-Est) s'est déroulée à Reims du 3 au 5 février dernier.

Avec 47 candidats, 3 projets primés parmi 17 présentés, le Concours d'Architecture SABINE 'Sweet Eco-Home', placé sous le thème de la 'maison basse consommation de 2020', a remporté un franc succès auprès des étudiants. Le Concours d'Architecture SABINE est en effet réservé aux étudiants (en équipe ou individuellement) des écoles d'architecture européennes. Son but est de récompenser la qualité architecturale d'un projet dans le respect des normes environnementales, le choix et la pertinence d'utilisation de matériaux sains, la capacité du bâti à générer des économies d'énergie tout en tenant compte des contraintes topographiques du terrain. Plaçant l'architecture au service de l'environnement, le projet de la maison basse consommation de 2020 devait s'inscrire sur une parcelle située à Fagnières (51), au sein d'un programme d'aménagement.

Le jury, présidé par Lipa Goldstein, architecte parisien, était composé d'Alain Niboyet, architecte du groupe Plurial, d'Olivier Lemont, architecte représentant le CROA (Ordre des Architectes de Champagne Ardenne) et d'Annabelle Royer, architecte-urbaniste au sein de l'ARCAD (Agence Régionale de la Construction et de l'Aménagement Durable).

Mot clefs
Catégories