• Accueil
  •  > 
  • Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Rejoignez Cyberarchi : 

Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »

© Cyberarchi 2019

Après deux ans et demi de travaux, la Cité de la musique et de la danse de Soissons vient d’ouvrir ses portes au public. Sur plus de 4000 m2, elle dispose d’un auditorium de 500 places, d’un amphithéâtre de 120 sièges, d’une salle d’orchestre, d’une salle d’orgue, de deux salles de danse et de tout un arsenal de salles de pratique collectives et individuelles. Un équipement remarquable qui, pour une ville de 30 000 habitants, a de quoi faire pâlir la plupart des responsables des conservatoires parisiens.

 

 
 
A+
 
a-
 

« L’architecture n’existe que dans le rapport », explique Henri Gaudin en s’émerveillant encore de la chance qui lui a été donnée de construire dans l’axe des vestiges de Saint-Jean-des-Vignes. Fondée en 1076, l’abbaye est en effet avec la cathédrale l’une des grandes attractions touristiques de la ville de Soissons. Démantelée durant la Révolution, il ne reste de son église qu’une façade gothique complètement évidée. « C’est en s’inspirant de cette architecture que nous avons tiré les grandes lignes de composition du projet. L’élancement et la qualité de ses voûtements ont généré le tracé principal du bâtiment », affirme l’architecte qui a conçu une superbe nef pour articuler les différents éléments du programme.

 

Située sur le site de l’ancienne caserne Gouraud, requalifiée par Jean-Michel Wilmotte, la Cité de la musique et de la danse présente en effet un vaste hall traversant le bâtiment d’est en ouest. Cet espace de déambulation en trois dimensions est pourvu de portions d’arcs d’intersections complexes à l’endroit du ciel. Un formidable moment d’architecture où la qualité du vide fait écho à l’articulation entre les notes et au soupir musical : « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique », déclare Henri Gaudin.

 

Sans lyrisme

 

D’aucuns verraient dans la richesse des voûtements de la Cité de la musique et de la danse de Soissons une forme de néoromantisme, un lyrisme circonstancié. Mais, l’architecte n’a pas de mots assez durs pour décrire la gratuité du sentiment en architecture : « J’ai appartenu à l’école des beaux-arts, autrement dit l’école la plus imbécile qui soit. C’était un amoncellement de sentimentalisme », assène-t-il en faisant l’éloge de la précision.

 

Pour l’architecte de l’université de biologie d’Amiens - où il avait déjà réalisé des sortes d’ailes qui donnent de l’envergure à l’entrée -, l’art de bâtir relève de l’exactitude constructive : « On m’a affublé de toutes les écoles possibles. Mais les architectures qui m’ont véritablement influencées sont les architectures romanes et gothiques avec leurs plis et leurs commissures. Ménisques, segments curvilignes, lunules doivent quelque chose à ma fascination pour les voûtes en portions d’arc et pour la conjugaison de courbes et de droites qui font l’ordinaire de ma nourriture créative. » Et d’ajouter en louant toute la richesse mathématique : « Ma base solide est celle de la géométrie. »

 

Solennité

 

De fait, c’est une floraison de figures géométriques que propose Henri Gaudin face à l'abbaye Saint-Jean-des-Vignes. Alors que les façades nord et sud, parées de briques, sont globalement tracées à l’équerre, les élévations est et ouest annoncent la nef avec leurs pignons curvilignes, fiers comme les tours de l’abbatiale. Mise en exergue devant le corps de bâtiment, la salle d’orgue vient compléter la composition qui s’ancre dans des bassins d’eau dont le dessin en quart de lune rappelle les façades. Cette salle d’orgue, sorte de proue du navire dont la grande poésie intérieure évoque la solennité d’une chapelle, est formée à partir d’un cône dont l’axe est incliné sur la verticale.

 

Conjointement lieu d’enseignement et de diffusion, la Cité de la musique et de la danse entend rayonner sur toute la Picardie. L’orchestre “Les Siècles” de François-Xavier Roth se produira régulièrement dans l’auditorium de 500 places qui présente une forme de type « boite à chaussure ». Comme pour la plupart des salles du conservatoire, « cette boite contient une seconde boite, isolée de la première, pour éviter les problèmes de vibration acoustique », signale Bruno Gaudin qui a secondé son père dans la maîtrise d’œuvre de l’édifice. Sobrement habillé de contreplaqué de peuplier, l’auditorium est marqué par une belle simplicité de traitement. Une simplicité qui inspire à Henri Gaudin le célèbre aphorisme de Ludwig Mies van der Rohe. « Less is more », souligne volontiers l’architecte qui déclare signer à Soissons « la dernière œuvre de (sa) vie d’architecte. »

 

Tristan Cuisinier

 

 

Fiche technique :

 

Maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération du Soissonnais

Maîtrise d’oeuvre : Henri Gaudin et Bruno Gaudin (architectes), Olivier Peyrard (chef de projet) / SIBEO Ingénierie (bureau d’études) / Cabinet RPO (économiste) / Peutz et associés (acoustique) / Laboratoire IRB (signalétique)

Missions: MOP, SSI, EXE

Calendrier : 2007-2015

Surface utile : 4118 m2

Coût : 19M€

Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Henri Gaudin: « L’espace est à l’architecture ce que le silence est à la musique »
Mot clefs
Catégories
CYBER