• Accueil
  •  > 
  • Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Rejoignez Cyberarchi : 

Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine

© Cyberarchi 2019

Oublié le marché couvert qui périclitait au 33 de l’avenue Secrétan, à Paris 19e. Depuis le 1er octobre, la halle Secrétan accueille un supermarché à dominante bio (Les 5 fermes), un boucher « star » (Hugo Desnoyer), une boutique de vêtements (Camaieu), mais aussi un club sportif de remise en forme en sous-sol (Neoness) et une ludothèque associative. Une renaissance commerciale, accompagnée d’une profonde rénovation du bâtiment que l’on doit à l’agence d’architecture de Patrick Mauger.

 
 
A+
 
a-
 

Quasi vidée de ses commerces depuis de nombreuses années, la halle du Second Empire, construite en 1868 par l’architecte Louis-Adolphe Janvier sur le modèle des édifices de Victor Baltard, était en effet très endommagée. Certaines parties s’étaient enfoncées de plus de 30 cm ! A la fin des années 2000, prenant le problème à bras le corps, la Ville de Paris a lancé une consultation pour la réhabilitation et l’exploitation de l’édifice vieux de près de 150 ans. Un partenariat public-privé (PPP), avec à la clé un bail emphytéotique de 50 ans, porté ultérieurement à 70 ans, en échange duquel la Ville percevra des loyers.

 

Repris en sous-oeuvre

 

C’est le groupement constitué par le promoteur Sodéarif, l’investisseur Banimmo, le cabinet d’architecture Patrick Mauger et l’entreprise générale Bouygues Construction Île-de-France qui a été retenu en 2010 au terme de la consultation à laquelle participaient quelques noms bien connus du monde de l’architecture (Moatti & Rivière, Reichen & Robert,…) et quelques grandes enseignes (Monoprix,…). Ralenti par un recours gracieux, puis par un recours contentieux, le début du chantier n’a eu lieu qu’à l’été 2013. Des travaux de confortement du sous-sol (comblement des carrières par l’injection de béton) ont précédé les travaux de réhabilitation de la halle proprement dite qui n’a démarré qu’en octobre de la même année. Un chantier de 18 mois, achevé en avril 2015, durant lequel la toiture, les façades, la structure et les intérieurs du bâtiment ont entièrement été revisités à l’aune de son inscription à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

 

Côté structure, les poteaux en fonte cassés sur la rue de Meaux ont été comblés à la résine. Avenue Secrétan, le poteau central manquant a été remplacé. En proie à des déformations importantes, l’ensemble des structures en fonte a été repris en sous-œuvre. Un voile périphérique en béton armé a été réalisé sous les façades existantes. Une cinquantaine de micropieux de 22 mètres de profondeur ont été mis en oeuvre sous les poteaux intérieurs de la halle. Le long des façades, sur la face intérieure de l’édifice, une discrète structure secondaire en acier, invisible de l’extérieur et dessinée dans l’esprit du bâtiment originel, a même été mise en place de manière à stabiliser l’ouvrage et reprendre les charges périphériques de la toiture en zinc.

 

Vision globale du volume originel

 

Côté enveloppe, la halle non chauffée a troqué ses carreaux de verre contre des doubles vitrages aux rythmes verticaux. « Avec des croisillons collés pour diviser les vitrages, l’ensemble aurait eu l’air d’un pastiche », justifie Nadine Turquaud, chef de projet chez Patrick Mauger qui précise qu’un « relevé en 3D de la halle déformée a permis de réaliser des baies sur mesure. » Fruit d’un travail avec la conservatrice des Monuments historiques, les ornements des chéneaux qui avaient disparu ont été restitués. Quant aux soubassements, ils ont été partiellement supprimés sur la rue de Meaux pour ouvrir plus largement les commerces. Les soubassements restants ont été débarrassés de leur peinture pour laisser apparaître un appareillage de briques de cinq teintes différentes.

 

Mais c’est le concept spatial que l’on retiendra surtout de cette réhabilitation de la halle Secrétan malgré sa division en plusieurs surfaces commerciales. L’idée ? « Assurer la réversibilité de cette répartition et préserver une visibilité globale de l’intérieur du bâtiment original », énonce Nadine Turquaud. Pour ce faire, le supermarché « Les 5 fermes » occupe la majeure partie des surfaces disponibles en rez-de-chaussée et la zone centrale de l’édifice. La ludothèque en mezzanine et les autres commerces, qui disposent de leur propre accès de plain-pied depuis la rue, prennent place dans des « boites » en parpaings, indépendantes du reste de la structure et transformables dans le futur. Ces boites, agencées sur le pourtour du bâtiment, sont coiffées de toitures en pente orientées vers l’espace central des « 5 fermes ». Un dispositif qui permet d’embrasser d’un seul regard le volume originel depuis l’intérieur du supermarché dont la vocation alimentaire se rapproche de la destination première de la halle Secrétan.

 

Tristan Cuisinier

  

Fiche technique :

 

Investisseur : Banimmo

Promoteur : Sodéarif

Architecte mandataire : Architecture Patrick Mauger, Nadine Turquaud (chef de projet)

Entreprise générale : Bouygues Construction Île-de-France

SHON : 4 228 m2

Calendrier : décembre 2008 (remise du projet), octobre 2010 (sélection du groupement), Juillet 2011 (dépôt du permis de construire), juillet 2012 (obtention du permis de construire), octobre 2013 (démarrage du chantier), avril 2015 (réception)

Coût : 12 M€ HT

Didier Boy de la Tour
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Halle Secrétan : Patrick Mauger parie sur le volume intérieur d’origine
Mot clefs
Catégories
CYBER