• Accueil
  •  > 
  • Halle de Tourny : redonner vie à du bâti délaissé
Rejoignez Cyberarchi : 

Halle de Tourny : redonner vie à du bâti délaissé

MWAH – Étienne Lemoine : Copyright 2017

 

Comment requalifier ce qui est hors d’usage ? Différents, dépassés voire anachroniques, après avoir pourtant été socialement nécessaires, combien de bâtiments sont condamnés à une désaffection à la fois symbolique et factuelle ? La masse de bâti inutilisé nous renvoie à la légitimité de nos propres actions : pour reconstruire nos milieux habités en proposant des alternatives aux politiques d’urbanisation et de construction fondées sur la consommation de masse.

 
 
A+
 
a-
 

Quels statuts donner à ces espaces en re-devenir ? Paradoxalement, c’est souvent la polyvalence programmatique d’une architecture, son manque de spécificité qui la conduit à une forme d’abandon, hors du temps et inutile. Comme si la pratique de conception de l’architecture portait en elle cette relégation et cet avenir. En quoi l’architecture peut-elle malgré tout rester un levier d’action ? Nous proposons de travailler à ce qu’elle le soit par des réponses modestes et intelligentes, vers une architecture de milieux, d’usages et d’adaptabilité, explique l'agence d'architecture MWAH, créée par Etienne Lemoine en 1998.

« Heureusement, certaines constructions portent en elles, essentiellement par leurs techniques de fabrication, leur propre capacité à survivre ou revivre. Ce sont ces modes de production que nous nous proposons de relire et de réinterpréter afin de réconcilier des moments constructifs passés avec des attentes et des contraintes du présent. »

Pour cette reconversion de bâtiments anciens de Tourny (Eure), la réactivation du patrimoine et la mise en valeur des espaces naturels associés sont les éléments fondateurs d'un projet qui dépasse largement le périmètre immédiat du centre bourg. Les enjeux ici sont de redonner vie à des bâtiments typiques d’une architecture remarquable, et de réinventer un lieu vivant pour les habitants au travers de la création d’une halle publique et d’un jardin, d’une maison médicale, d’un gîte et d’un restaurant.

 

Faire exister le moment du chantier

 

Par l'édification de bâtiments, Etienne Lemoine travaille à construire un mode de production de l'espace qui aboutirait à un lieu vivant. Cette recherche passe par la constitution d'un processus global de création comprenant les nombreux reportages organisés lors des chantiers menés par MWAH. Cette documentation fait exister le moment du chantier dans le bâtiment accompli. Les phases successives de construction, l'articulation entre la main et les matériaux, la dimension habituellement muette et invisible du travail collectif des hommes à l'œuvre dans la production de bâti sont ici une part entière de l'édifice. La visibilité de ces actions humaines fait de l'acte de construire un moment social de création dont l'espace est marqué.

« Cette réalité des gestes et des actions de la construction qualifie l'espace et le fait naître sous la forme d'un lieu en devenir, profondément sensible. Loin d'être figé, constitué d'une somme d'actions, de fabrications et de petites inventions humaines, ce bâtiment est alors une histoire et non de la matière inerte. Et c’est justement parce qu’il est déjà une histoire avant d’être habité qu’il permet aux habitants de se l’approprier. »

MWAH a conçu ce projet dans la continuité des concepts développés par l’agence : la combinaison des usages préexistants avec ceux à venir, où il s’agit de montrer les transformations successives des interventions passées, en relation avec nos propres changements. La période du chantier devient une étape, même courte, dans le temps long de cette mémoire constructive que sont les bâtiments. Cette représentation du temps construit est l’occasion de confronter les matériaux existants à leur nouvelle vie ainsi qu’à ceux dont la vie commence.

Si le chantier n’est habituellement pas vu, c’est probablement parce qu’il n’a pas pour habitude d’être considéré comme faisant partie du bâtiment. L’inversion de ce rapport vise à faire disparaître la limite factice selon laquelle il y aurait un bâtiment neuf et vierge à la livraison de l’ouvrage. L’édifice existe dès la première pierre. Il est déjà habité de bonne heure le matin par des personnes qui ont une présence physique avec lui et qui le fabriquent selon des procédés et des gestes qui n’ont que peu évolué au fil des siècles. Si les machines et les outils ont muté, le mouvement des corps, les déplacements des bras, des torses, des jambes et des doigts dans la production des espaces bâtis restent d’une grande constance.

 

Lieu : Vexin-Sur-Epte À Tourny, Eure
Programme : Halle publique, jardin, maison médicale, restaurant et gîte
Maîtrise D’ouvrage : Commune de Vexin-Sur-Epte
Maîtrise D’œuvre : MWAH – Étienne Lemoine, Architecte
Marie De Saint-Remy, Chef de projet
Verdi – BET Structures
Ingeclim – BET Fluides, Génie climatique
Sorec – Économiste
Entreprises : Bouquet, Gautier, Tma, Kit Metal, Tonon, Carelec, Abc, Revnor, Sauvage, Sntpb
Calendrier : Études 2014, Chantier 2016 – Livraison 2017
Matériaux : Recyclage, réutilisation de matériaux anciens et mise en œuvre de techniques nouvelles
Surface : 1 060 M2
Performances : BBC RT 2012 Ex / Démarche HQE® Autoproclamée
Coût : 1 145 000 € Ht
Financements : État, Région Normandie, Département de L’eure, Vexin-Sur-Epte, Parlementaires

Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Halle de Tourny
Mot clefs
Catégories
CYBER