• Accueil
  •  > 
  • Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Rejoignez Cyberarchi : 

Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas

© Cyberarchi 2019

Qui, quand, consacrera à l'architecture colombienne contemporaine la présentation qu'elle mérite ? Le grand Rogelio Salmona* n'a pas seulement signé une oeuvre en Colombie, il a construit une culture architecturale moderne appropriée à son pays, "endogène", fondée sur la brique comme matériau d'architecture et comme filière de développement. Cet héritage a fécondé l'architecture de ce pays, à Bogota, devenue "la ville rouge" grâce à la brique, à Medellin, Cali, Carthagène...

 
 
A+
 
a-
 

La qualité de ce débat tient à ses architectes, formés en Colombie ou dans d'autres pays du continent car le panaméricanisme n'est pas un vain mot. Il faut dire que les architectes sud-américains affrontent des réalités communes puissantes : leur terrain est celui des mégapoles, avec leur croissance démographique et leur culture métropolitaine, avec aussi la crise écologique et les inégalités sociales dont les favelas sont le symbole. Etre architecte au Sud, répète inlassablement Alejandro Aravena**, est vouloir parvenir à "construire dans les 20 ans une ville d'un million d'habitants par semaine, avec 10.000 dollars par famille". Tout architecte qui perd de vue cet objectif n'est, estime-t-il, pas dans son siècle.

L'urgence urbaine appelle à l'invention et c'est au Sud que l'on mène les expériences les plus innovantes. La ville de Medellin est devenue depuis 15 ans un des symboles de ce basculement. Cette ville où les tragédies s'enchaînaient (paupérisation, absence d'état de droit, violence armée, sociale, économique...) a lancé des actions de rénovation audacieuses et qui confient un rôle certain à l'architecture. Parmi plusieurs programmes lancés par le maire de Medellin Sergio Fajardo de 2003 à 2007, deux ont 'cadré' le travail de Giancarlo Mazzanti.

La première est le 'Metrocable', réseau de tramways-funiculaires lancé sur les collines des favelas. Ce réseau a désenclavé ces zones de non-droit et de non-ville. Ses stations ont servi de point d'appui pour combattre un travail d'irrigation attentif et continu, créant des places, sécurisant des voies, offrant aux habitants des espaces publics commodes et sûrs.

La seconde est la création des Bibliothèques-Parcs, réseau d'équipements culturels placés à des noeuds stratégiques (souvent en lien avec le Metrocable) pour ranimer la vie collective. Les Parque Bibliotecas offrent, outre des salles de lecture, des lieux de spectacle et des ateliers, des jardins publics et sûrs...

Le site comme ressource du projet, le projet comme ressource de la ville

Giancarlo Mazzanti, né en 1963, fait partie des architectes qui participent à cette entreprise de reconquête. Ses principaux travaux ont été réalisés dans les favelas de Medellin, à la suite de concours publics.

L'homme est d'abord un géomètre qui emploie les formes canoniques : carré, cercle, triangles...

Les projets commencent par ces diagramme et tracés. Puis, ils rencontrent le lieu et les hommes. L'architecte change alors de registre et s'empare de la géographie physique, urbaine, sociale, avec une grande ampleur de saisie. Le projet garde sa rigueur d'épure mais il s'enracine sur chaque site, avec ses voies, ses pentes, exploite chaque opportunité pour donner un peu plus aux usagers. Il utilise les dénivelés des collines pour sortir projets et habitants de la nappe qui les encercle. Il transforme des toitures en amphithéâtre, une cour d'école en arène urbaine, la ville informelle en paysage, rend aux habitants la vue, c'est-à-dire la maîtrise de leur lieu de vie.

La Biblioteca Espana construite en 2007 symbolise cet usage de la ville "comme ressource illimitée pour construire l'égalité"**. Nous sommes dans une favela qui fut la plus dangereuse au temps des cartels et où la Ville a voulu implanter un lieu de reconquête. Le programme comprenait une bibliothèque, des salles de cours et un auditorium, dans un volume si possible compact. L'architecte a préféré séparer les choses et les a logées dans trois grands 'rochers', réunis par une plate-forme qui fait belvédère sur la ville, reliés au quartier par des terrasses plantées. Sous chaque rocher, une coque haute, lumineuse et aérée, à laquelle les salles sont suspendues. Les rochers, en briques comme toute la favela, sont échancrés au niveau du sol pour faciliter les accès et libérer les vues.

'Tres rocas' est devenu le symbole de la reconquête de la ville par elle-même : "the site is composed by small brick houses, product of autoconstruction ; and residues of green areas as a result of the impossibility to construct on it. This organizational system produces a uniform texture of the city and defines its landscape. Like an icon, the building keeps the tension that already exists. Geography becomes the element of hierarchy ; and architecture is the epitome of texture"****.

Marie-Hélène Contal

Giancarlo Mazzanti Sierra est né à Barranquilla, Colombie, en 1963. Il est architecte diplômé de l'Universidad Javeriana de Bogota (1987) et a passé en 1999 un master d'histoire et théorie de l'architecture à l'université de Florence en Italie. Il est professeur invité à l'Universidad Javenaria et à l'Université des Andes de Bogota. Très présent sur la scène sud-américaine, avec de nombreuses conférences au Pérou, Mexique, Argentine, Chili, il a reçu en 2008 le Prix de la Bienal Paramericana de Arquitectura de Quito et de la Bienal Iberoamaricana de Lisbonne.

Lire les articles concernant les autres nominés au 'Global Award for sustainable architecture 2010' :
>> 'Steve Baer (Albuquerque, NM, USA) : Sobriété et autosuffisance' ;
>> 'Snøhetta (Oslo, Norvège - New York, USA) : architecture radicale et sensible' ;
>> 'Junya Ishigami (Tokyo, Japon) ne minimalise pas la complexité des valeurs' ;
>> 'Troppo Architects (Darwin, Australia) on the top end de l'architecture australienne'.

Consulter notre album-photos ''Global Award for Sustainable Architecture' 2010 : Ce que font les nominés'.

* Rogelio Salmona (1927-2007), architecte né à Bogota, a travaillé 10 ans à l'atelier de Le Corbusier avant de repartir en Colombie, à 30 ans, où il est considéré comme le fondateur de l'architecture moderne de ce pays.
** Alejandro Aravena, directeur d'Elemental, lauréat du Global Award 2008 in Sustainable design - Birkhauser 2009
*** Ce slogan a porté l'action du Grupo Compromiso Ciudadano (Citizens Commitent movement) créé à la fin des années 90 par Sergio Fajardo.
**** Giancarlo Mazzanti - The library as catalyst for social change - 2007

Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Giancarlo Mazzanti (Bogota, Colombie) à la reconquête des favelas
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER