• Accueil
  •  > 
  • Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Rejoignez Cyberarchi : 

Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot

Vincent Fillon : Copyright 2019

A Metz, les Galeries Lafayette ont mis à profit une mise aux normes et la location à la FNAC d’une partie de leurs murs pour « relooker » l’image des façades de leur établissement. Une opération signée Manuelle Gautrand qui renoue avec les ouvrages verriers de la belle époque des grands magasins.

 
 
A+
 
a-
 

Le e-commerce a le vent en poupe. A l’instar d’Amazon et du géant chinois Alibaba, les grandes enseignes du web rêvent d’une introduction en bourse. Face à cette montée en puissance, le commerce physique organise sa riposte. Occuper une position privilégiée dans la ville, aussi prestigieuse soit-elle, ne suffit plus pour résister à la pression d’Internet. Eric Costa, président de Citynove, la filiale qui gère l’activité immobilière des Galeries Lafayette, résume la situation : « Le shopping est une activité de loisirs. Si le lieu n’est pas accueillant, les gens ne viendront pas. »

A Metz, comme à Marseille (arch : Alain Moatti), Citynove a désigné un maître d’oeuvre qui n’est pas spécialisé dans la réalisation de surfaces commerciales pour améliorer l’aspect des façades des Galeries Lafayette. « Nous voulions un architecte qui conçoive "des musées" », indique Eric Costa. La démarche ? Rapprocher les grands magasins des équipements culturels. « Le groupe a compris qu’il fallait dépenser de l’argent pour faire de l’architecture ! » poursuit-il. Et l’architecte en question, Manuelle Gautrand, de souligner : « Les Galeries Lafayette sont conscientes de la qualité de leur patrimoine. Elles participent à la ville et souhaitent continuer à écrire son histoire. »

Mémoire collective

Sélectionnée pour son œuvre architecturale – sans concours préalable -, Manuelle Gautrand a choisi de ne pas reconsidérer entièrement l’enveloppe opaque en pierre calcaire du magasin d’origine. La raison ? Un budget très serré et une volonté de ne pas anéantir la mémoire collective du lieu : « Je n’ai pas voulu masquer la belle massivité des façades dont la pierre est identique à celle de la place de la République, affirme-t-elle. Je suis assez critique des projets qui méprisent l’existant. » De fait, l’architecte a concentré son intervention sur la partie basse de l’édifice. Puisant son inspiration dans les ouvrages verriers qui caractérisent la fin du 19e et le début du 20e siècle, elle a conçu une immense marquise qui court sur 120 mètres de long.

Tel un origami, cette marquise se présente comme une feuille plissée qui s’élève aux angles du bâtiment pour inviter le chaland à entrer. Sur la place de la République, l’envolée atteint 11 mètres de hauteur de manière à mettre en adéquation l’échelle de l’ouvrage avec celle de l’espace public.

Dimension féerique

Un travail étroit avec le bureau d’études Tess a permis de réaliser une ingénieuse structure composée de consoles diagonales et perpendiculaires aux plans de façade. Légèrement visibles par transparence, ces consoles – contribuant à la vibration géométrique de l’ensemble – portent des néons qui, la nuit tombée, renforcent la présence spatiale de la marquise et lui donne la dimension féerique qui sied à un grand magasin.

Constitués de deux verres trempés, les vitrages de 22 mm comprennent quatre intercalaires PVB de teintes différentes. « Manuelle Gautrand avait une idée très précise de la couleur et de l’opacité qu’elle souhaitait », indique Alain Astié d’AMCL (groupe Fayat). De fait, la couleur choisie est un rouge coquelicot qui n’est pas sans rappeler l’intérieur du showroom de Citroën des Champs-Elysées que l’architecte a livré en 2007. Un côté « pop art » et une opération de séduction réussie compte tenu de son coût (moins de 1,5 millions d’euros pour la marquise) rapporté au chiffre d’affaires du magasin de Metz que Roger Villeneuve, directeur des ventes des Galeries Lafayette, annonce entre 50 et 80 millions d’euros.

Fiche technique :

Maître d’ouvrage : Citynove

Maître d’œuvre : Manuelle Gautrand architecture

Maître d’œuvre d’exécution : Blaser & Schott

BET structure et verrière : Tess

Ingénierie hors verrière : Ote ingénierie

Concepteur lumière : On

Calendrier : études (2011-2013) / chantier (2013-2014) / livraison (juillet 2014)

Tristan Cuisinier

Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Galeries Lafayette : Manuelle Gautrand signe la marquise en rouge coquelicot
Mot clefs
Catégories
CYBER