• Accueil
  •  > 
  • Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe
Rejoignez Cyberarchi : 

Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe

© Cyberarchi 2019

Lancé il y a six mois, le chantier du temple bouddhiste de Bussy Saint Georges en région parisienne devrait s'achever en février 2012. Dessiné par Frédéric Rolland, l'édifice de 5000 m2 se veut un lieu de métissage entre le développement urbain et la mixité sociale.

 
 
A+
 
a-
 

C'est dans le cadre de l'aménagement de la Zac du Sycomore à Bussy que se construit le temple bouddhiste imaginé par l'architecte angevin Frédéric Rolland. A l'initiative de l'ordre monastique Fo Guang Shan, cet édifice, dont la construction est estimée à environ 15 millions d'€, cherche à concilier les cultures orientales et occidentales. Installé au coeur d'un grand parc structuré et riche en végétation, le bâtiment longera la ligne du RER et sera accessible par une rue principale créée pour l'aménagement de cette zone. Destiné à la pratique religieuse, le lieu se veut à la fois cultuel et culturel. Il sera donc ouvert en partie vers l'extérieur, s'inscrivant ainsi dans le contexte de développement urbain de la ville.

Créer l'histoire du lieu

Le bâtiment imaginé par Frédéric Rolland est construit autour de quatre murs surdimensionnés, atteignant entre 9 et 12 m de hauteur, et de volumes intermédiaires, fermés ou de plein air, qui accueillent différents programmes. Les proportions des murs inscrivent le bâtiment dans l'histoire du site, lui conférant ainsi atemporalité et pérennité. En parallèle, une rampe prolonge l'espace public réduisant la frontière entre l'intérieur du bâtiment et l'extérieur. Pour ce projet inédit, l'architecte a choisi de privilégier des matériaux bruts comme le béton, le bois, le verre et la pierre naturelle, cherchant à les mettre en harmonie ou en confrontation avec les éléments naturels qui entourent le lieu. Omni-présente dans le projet, la végétation apparaît sous la forme de toitures et de murs végétalisés, de jardins et de haies bocagères.

Un espace hiérarchisé en trois zones

Le bâtiment a été conçu pour créer des degrés entre les espaces public et privé. Ainsi la première zone formalise l'ouverture à l'environnement. En contact direct avec la rue, elle abrite, sur deux niveaux, les différents espaces d'échanges culturels comme la salle d'exposition, les salles de classe, ou le salon de thé. D'accès contrôlé, la deuxième zone est réservée à la prière et à la méditation. Elle est composée, sur deux niveaux, d'une cour principale, d'un hall, d'une salle de conférence et d'un espace de méditation. Quant à la troisième zone, elle est consacrée à l'hébergement des personnalités accueillies sur le site. Elle accueille, sur trois niveaux, 38 chambres et des jardins fermés.

Avec ce lieu de culte pas comme les autres, Frédéric Rolland offre à la ville de Bussy Saint-Georges une image innovante et dynamique, et un rayonnement international. Parce qu'il est unique en Europe, ce lieu devrait fait oeuvre de référence pour les futurs projets locaux du même ordre. D'autres lieux de culte devraient rejoindre cette zone, montrant ainsi que la diversités culturelles et cultuelles peuvent parfaitement cohabiter en toute harmonie.

Agnès Delcourt

Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe
Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe
Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe
Frédéric Rolland dessine le plus grand monastère bouddhiste d'Europe
Mot clefs
Catégories
CYBER