Rejoignez Cyberarchi : 

Francis Soler (1990)

© Cyberarchi 2019

Il faut s'appuyer sur l'idée que la banlieue est à conserver comme entité indétricotable. Il faut démolir quand ça touche à la dignité, faire disparaître ce qui nourrit les cauchemars, apprendre à regarder autrement ce qui, au contraire va bien... oublier la prétendue vulgarité dont on les accable depuis les années 1960 et concerner les populations en les aidant à fabriquer réellement une "France des propriétaires" (vive Giscard ! NdA) en les attachant à un patrimoine qu'elles reconnaîtront alors comme le leur, entièrement et culturellement.

 
 
A+
 
a-
 

Si des choses sont à effacer, ce sont notamment toutes les expériences ridicules de relooking qui ont contribué à plonger les bâtiments de banlieue dans le fond...

Sarcelles : il faut classer parce que personne ne voudra récupérer les terrains démolis pour investir sur le territoire de Sarcelles (!!! NdA).

On invente de fausses idéologies. On ne sait plus vraiment pourquoi on agit. On se fait opportuniste et éclectique par circonstance ou manque d'idées. On favorise l'architecture de communication qui satisfait les commanditaires : coups de projecteurs pour publicité municipale au moindre coût (autocritique ? NdA).

Lire notre article : 'Grands Prix et Grands Ensembles'.

Francis Soler (1990)
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER