• Accueil
  •  > 
  • Fibres de verre et de carbone pour un abri « vivant »
Rejoignez Cyberarchi : 

Fibres de verre et de carbone pour un abri « vivant »

NAARO : Copyright 2019

Un pavillon qui se construit de lui-même, avec l'aide d'un robot, sous les yeux des visiteurs. C'est le projet un peu fou d'un architecte et d'un ingénieur pour la cour du Victoria & Albert Museum à Londres. 

 
 
A+
 
a-
 

Elytra est un abri évolutif qui a littéralement « grandi » au cour de la V&A Engineering Season, en Français la saison d'ingénierie du Victoria and Albert Museum, à Londres.

Son design est inspiré des principes de constructions légères que l'on rencontre dans la nature ; en particulier la structure en filaments des élytres (du grec, elutron signifiant étui), ces secondes ailes qui servent, au repos, à protéger les véritables ailes des coléoptères (du latin coleus, étui). Chaque composant de la « canopée ondulante » est fabriqué à l'aide d'une technologie robotique innovante développée par les ingénieurs. 

« Il y a la fibre de verre blanche, explique Jan Knippers, ingénieur en structure, la même que pour les planches de surf, qui est souple et donne la structure, et la fibre de carbone qui est très rigide, autant que l'acier, donnant sa solidité au système. Pour nous c'est une façon de montrer comment les matériaux composites peuvent contribuer à élaborer de nouvelles formes structurelles, au-delà des typologies constructives que nous avions jusqu'à présent ».

Une structure à la fois légère et résistante

Comme les ailes qui lui donnent son nom, la structure en filament du pavillon est, selon ses concepteurs, à la fois très résistante et très légère : pour une surface de 200 m2 elle pèse moins de 2,5 tonnes.

Pendant toute la durée de l'exposition, de mai à novembre 2016, des capteurs dans la canopée de fibres ont collecté des données sur la façon dont les visiteurs « habitaient » le pavillon, tout en étudiant le comportement de la structure elle-même, renseignant finalement sur « quand et comment » la canopée effectuait sa croissance. Les visiteurs ont ainsi eu l'occasion, pendant les évènements de la Engineering Season, d'observer en live la construction du pavillon, réalisée composants par composants, sur site, par un robot de la firme allemande Kuka.

« L'un des principaux aspects du projet était d'avoir une vision pour un espace urbain vert, explique Achim Menges, architecte du projet, qui ne doit surtout pas se retrouver à être un espace statique et prédéterminé. Ce doit être au contraire quelque chose qui puisse évoluer, se reconfigurer et s'adapter selon l'usage de la cour du musée. »

Architecte et ingénieur, Achim Menges et Jan Knippers dirigent des instituts de recherche à l'Université de Stuttgart, en Allemagne, explorant les champs de l'intégration du biomimétisme, de la fabrication robotique, et de nouveaux matériaux en architecture.


About the Elytra Filament Pavilion from Victoria and Albert Museum on Vimeo.


Laurent Perrin

Elytra
Elytra
Elytra
Elytra
Mot clefs
Catégories
CYBER