Rejoignez Cyberarchi : 

Fespencc

© Cyberarchi 2019

La commande a pour objectif d'établir un réseau de salle de spectacles de plein air sur l'ensemble du pays. Un outil qui permette l'émergence d'une économie de la culture avec une offre structurée et des tournées nationales.

 
 
A+
 
a-
 

Les Fespencc sont des théâtres de plein air bioclimatiques et écologiques. Ces salles extérieures d'une capacité de 1.000 places assises sont destinées à accueillir des évènements musicaux, théâtre, conférences dans le cadre du Fesman III dans les différentes capitales de région du Sénégal. L'objectif est de continuer ces usages par la suite mais aussi de les utiliser pour la lutte Sénégalaise.

Au nombre de 11, ces théâtres ponctuent chaque chef lieu de région soit du Nord au Sud : les villes de Logua, Matam, Djourbel, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Tambacounda, Kolda, Sedhiou, Ziguinchor et Kedougou.

La colline principale assemble formel et informel. Celle-ci est modelée selon une pente suffisamment faible pour que les spectateurs puissent la gravir sans marche comme on monterait une rampe. Cette configuration permet d'envisager un type d'assises informelles (en plus des 1.000 places de gradins créées) le long de ces pentes.

Ces déformations opérées sur le terrain lui-même, les collines servent aussi à se protéger du bruit, des vents dominants ainsi que des nuisances visuelles (sources de lumières extérieures) car ces théâtres sont situés dans des sites urbains.

Un travail paysager fin veut d'une part réduire l'impact de tout objet construit et d'autre part travailler sur cette idée de jardin utile et construit à partir de l'existant. La création de cet équipement est réversible c'est à dire qu'il y a une porosité entre les différents usages du site, scène musique, théâtre, lutte Sénégalaise mais aussi parc paysager.

Cette architecture écologique se construit dans un rapport très fort au sol existant, elle émerge du substrat en s'appuyant sur la végétation existante qui détermine la forme des infrastructures même, l'écosystème existant est préservé.

Ces théâtres sont pensés comme des modèles reproduits sur les différents sites. Le mode de construction doit pouvoir s'adapter à toutes les conditions trouvées sur place dans les différentes villes. Ces projets étant pensés dans le cadre du Fesman III, la contrainte financière et temporelle était primordiale.

Un mode de construction spécifique a été mis en place. Il tient compte du fait que l'armée a été désignée comme opérateur pour la construction de ces théâtres. La terre des collines est prise sur place et déplacée à l'aide de sac de polypropylène de 25kg identiques à ceux qui servent pour le riz. Le bilan carbone est optimal. La main d'oeuvre locale est utilisée sur le chantier pour la construction de cette accumulation de sacs de terre. Le bilan développement humain est optimal. Il n'y a pas d'apport de matériaux exogènes. Le bilan carbone est encore amélioré.

La stabilité de cette accumulation est assurée par la présence régulière de tissus géosynthétiques. Un revêtement par membrane souple en élastomère est prévu comme élément de finition.

Lire notre article 'L'aventure africaine de ROZO, ou le tour du Sénégal en un semestre'.

Fespencc
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER