• Accueil
  •  > 
  • Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Rejoignez Cyberarchi : 

Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau

© Cyberarchi 2018

Entre la rue d'Ulm et la rue Rataud, au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, l'Ecole normale supérieure de Paris est un haut lieu d'enseignement et de recherche. Phillipe Gazeau devait trouver des réponses pour faire face à l'encombrement devenu excessif de la bibliothèque littéraire et scientifique de l'école, et trouver de nouveaux espaces de stockage.

 
 
A+
 
a-
 

Lauréat, en 1997, Philippe Gazeau, conçoit une extension destinée à parachever l'îlot occupé par les anciens bâtiments de l'école, et reliée par des passerelles aux bâtiments historiques. Ce "maillon" contemporain prolonge et projette dans le futur la "mémoire" et la culture d'une des plus prestigieuses écoles françaises. Partie noble du projet, la nouvelle bibliothèque est au centre même d'un dispositif qui comprend des espaces de consultation, de stockage, d'accueil et des chambres d'étudiants. Elle possède une double orientation qui permet un important travail sur la lumière pour créer les meilleures conditions de visibilité et favoriser une ambiance propice à la lecture et à la recherche, dans une atmosphère confortable et intimiste.

Les activités sont traitées au moyen d'une superposition en strates horizontales comprenant deux niveaux en sous-sol, parkings, magasins et laboratoires ; le rez-de-chaussée est libre et offre un accueil spacieux et rationnel ; l'entresol est occupé par une salle de conférence de 80 places, un gymnase ; deux niveaux de bibliothèque renferment, au centre, des rayonnages de stockage, d'un accès extrêmement rapide et fonctionnel. Les trois derniers niveaux sont destinés aux logements des étudiants.

Le bâtiment sur toute sa longueur, au niveau 2 et 3,est protégé par un ensemble de brise-soleil verticaux, en lames en verre orientables, à l'aspect aussi fragile que des ailes de papillon. Une résille métallique d'une grande légèreté est prise dans la masse du feuilleté. L'accroche des lames sur la façade crée ainsi une double épaisseur, en mouvement selon la course du soleil. Le rez-de-chaussée a été traité comme un socle dont la transparence est optimisée par les grandes surfaces vitrées et de hautes portes coulissantes.

L'adoption de la ligne droite, de trames strictes, la composition en strates associées au jeu des pleins et des vides, des transparences du verre qui diffracte lumière en reflets irisés, dématérialisent le bâtiment et lui confèrent tout son sens de lieu d'immersion et d'intériorité qu'exige l'apprentissage de la connaissance. Cette réalisation conçue par Philippe Gazeau, il y a neuf ans, efficace visuellement, accomplie technologiquement a reçu un budget respecté de 12,7 millions d'euros pour environ 7.000m².

Note d'intention - Architecture et insertion urbaine

Les bâtiments de l'Ecole normale supérieure de Paris occupent la presque totalité d'un îlot encadré par les rues d'Ulm, Erasme, Rataud et Claude-Bernard. Cet îlot est inscrit dans le contexte urbain de la Montagne Sainte-Geneviève dont le tissu - relativement dense - a pu intégrer depuis plusieurs siècles une grande quantité de monuments et édifices publics prestigieux ayant, les uns et les autres, des caractéristiques architecturales très variées et des échelles volumétriques contrastées. La coexistence d'ensemble architecturaux d'époques et de styles différents, intégrés dans un tissu dense et complexe, a fait la richesse urbaine de ce quartier jusqu'à la période contemporaine.

A cet égard l'ENS est exemplaire puisqu'elle réunit principalement deux types d'architecture : celle du quadrangle (1850) - sur la rue d'Ulm et en coeur d'îlot - néo-classique, et celle des bâtiments bordant les rues Erasme et Rataud, moderne et brutaliste des années 30. Il n'est pas exagéré d'affirmer que rien ne rapproche, si ce n'est leur mitoyenneté, ces deux corps de bâtiment ; modénature, percements, gabarit, matériaux, toitures, chacun témoigne sincèrement du style architectural de son époque, l'architecture des années 30 ne s'étant à aucun moment soucié de mélanger son style à celui du quadrangle. La confrontation des deux est toujours brutale, notamment côté rue Rataud, sur la cour en terrasse lorsque les corps de bâtiments 1930 se retournent, perpendiculairement à la façade arrière du quadrangle.

Pourtant, l'ensemble architectural de l'Ecole nous paraît aujourd'hui cohérent et les bâtiments "modernes" des années 30 sont considérés comme monuments historiques au même titre que ceux du quadrangle.

Pourquoi ?

Parce que l'architecte des années 30 a respecté l'essentiel, c'est-à-dire la constitution de l'îlot, en alignant ses bâtiments sur les rues Erasme et Rataud, installant son architecture au sein d'un dispositif urbain qu'il renforce, se permettant ainsi d'affirmer un style radicalement différent, mais urbainement contextuel. C'est dans cette logique architecturale et urbaine que s'inscrit le projet d'extension de l'Ecole située rue Rataud. En aucune façon, le projet d'extension ne porte atteinte à l'intégrité urbaine de l'îlot et sa densité, puisqu'il se substitue à un volume existant, de qualité architecturale très médiocre et au mur de soutènement - aveugle sur rue - de la cour haute. La présence de la cour formant terrasse sur la rue Rataud est une particularité typologique issue de la différence de niveau entre les rues d'Ulm et Rataud, ainsi que du retournement intérieur en arrondi vers la façade de quadrangle des deux bâtiments 1930 qui, en dehors du socle qui les relie, refusent ainsi l'alignement.

Tout d'abord, le projet d'extension de l'ENS respecte l'alignement au niveau du socle et reprend l'esprit du bandeau filant existant. Il respecte et renforce la continuité existant au niveau de la rue. Ainsi la volumétrie de référence du projet devient celle de la bibliothèque posée sur la terrasse de la cour. Le volume se dégage sur la rue par le recul de la façade du centre de conférence et le retrait des trois niveaux de l'hébergement qui disparaissent en arrière-plan. L'impact du nouveau bâtiment, depuis la rue Rataud, est cohérent avec la logique des extensions et apports successifs. C'est la même intention qui préside dans la cour, entre le nouveau bâtiment et l'ancien. Le recul des trois niveaux de l'hébergement fait complètement disparaître son volume, le retrait du rez-de-chaussée et la verrière éclairant la galerie basse, révélant l'existence de socle habité, élargissent l'espace de la cour. Le traitement architectural est contemporain, sans brutalisme ni provocation, attentif aux relations pouvant s'instaurer entre volumétries et style d'époques différentes. Ainsi, la toiture et l'extension présente-t-elle une pente en vis à vis des toitures du quadrangle.

Les modénatures et matériaux des immeubles donnant sur la rue Rataud étant extrêmement nombreux et variés, nous avons choisi d'ajouter à ce contexte hétérogène une architecture sobre et lumineuse. Les matériaux employés, verre et façade, béton en pignon, inox en couverture, témoignent de la modernité du projet tout en l'installant dans la rue comme une respiration attendue, offrant à celle-ci clarté et lumière par ses effets de transparence, l'animation de ses façades aux volets vitrés mobiles et la luminosité de ses matières et textures.

Consulter également notre album-photo 'Architecture sobre et lumineuse dans un contexte hétérogène'

Fiche technique

Maître d'ouvrage : région Ile de France
Conducteur d'opération : S.A.E.R.P.
Architecte mandataire, mission complète
BET : Projetud
BET façades : AR+C
Economiste : Cabinet Guilleneuf
Entreprise générale : Sicra

Coût de travaux : 12.700.000 euros HT
Shon : 7.617m²
Surface utile : 5.120m²
Concours : mai 1997
Chantier : 2003-2005

Effectif du bâtiment : 698 personnes
Programme : 2 bibliothèques, 1 salle de conférence, 1 salle de sport, laboratoires, ateliers, 59 chambres d'étudiants, parking

Places assises :
Bibliothèque littéraire : 64
Bibliothèque de mathématiques : 62
Salle de conférence : 120 + 4 places handicapées

Rayonnages
Bibliothèque littéraire : 86.628 ouvrages
Bibliothèque de mathématiques : 35.526 ouvrages
Bibliothèque enseignement : 84.960 ouvrages
Total bibliothèques : 207.114 ouvrages
Stock compact : 49.090 ouvrages
Magasins : 109.162 ouvrages
Total réserves : 158.252 ouvrages

Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Extension de l'ENS rue d'Ulm, à Paris, par Philippe Gazeau
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER