• Accueil
  •  > 
  • Et les primés du Praemium Imperiale sont…
Rejoignez Cyberarchi : 

Et les primés du Praemium Imperiale sont…

© Praemium Imperiale : Copyright 2018

 

Pour sa 30e édition, la Japan Art Association récompense avec le Præmium Imperiale 2018, Christian de Portzamparc pour l’architecture mais aussi d’autres personnalités tout aussi reconnues comme Pierre Alechinsky pour la peinture, Fujiko Nakaya pour la sculpture, Riccardo Muti pour la musique et Catherine Deneuve pour le théâtre et le cinéma.

 
 
A+
 
a-
 

Créé en 1988 par la Japan Art Association, la plus ancienne fondation culturelle du Japon, le Praemium Imperiale est l’unique récompense artistique à couvrir des disciplines si variées : la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique et le théâtre-cinéma, ce qui en fait le prix le plus prestigieux dans les arts.

 

Christian de Portzamparc

 

Né le 9 mai 1944 à Casablanca, au Maroc, Christian de Portzamparc a été, à l’âge de 50 ans, le premier lauréat français du prix Pritzker d’architecture. Après ses études à l’École nationale des beaux-arts de Paris, il part vivre à New York en 1966 où il côtoie la communauté artistique, avant d’obtenir son diplôme de l’École des beaux-arts en 1969. Il établit l’Atelier Christian de Portzamparc en 1980 et lance alors sa carrière d’architecte.

 « Quand j’avais 15 ans, j’ai découvert un croquis de Le Corbusier et mon intérêt artistique s’est aussitôt tourné vers l’architecture. » Attiré dès l’enfance par la peinture et la sculpture, c’est plus tard qu’il commence à s’intéresser à l’architecture. Cependant, le style de l’homme de l’art se démarque du modernisme de Le Corbusier. Christian de Portzamparc est reconnu par la grande importance qu’il accorde à l’espace urbain mais aussi à l’être humain. 

Parmi les œuvres majeures de l’homme de l’art nous pouvons compter notamment Nexus II (1991), un complexe résidentiel à Fukuoka, la Philharmonie de Luxembourg (2005) ainsi que l’Ambassade de France à Berlin (2003), projet qu’il réalise avec sa femme, Élizabeth de Portzamparc. Les réalisations de Christian de Portzamparc se situent sur plusieurs continents comme à New York, où, après la Tour LVMH (1999), il crée une tour résidentielle, la Tour Prism. Cette dernière a été inaugurée fin mai 2015. Sans oublier la Tour One57 dont la réalisation a été achevée en 2014.

L’architecte crée également le Musée Hergé (2009) à Louvain-la-Neuve, la Cité des Arts (2013), un complexe culturel à Rio de Janeiro, et Paris La Défense Arena (2017), un stade couvert à Nanterre. Il travaille actuellement sur de vastes projets qui vont de Casablanca jusqu’en Chine en passant par la France.

 

L’architecture et l’urbanisme vont de pair

 

L’architecte français n’a jamais séparé architecture et urbanisme. Construire un quartier est pour lui une mission fondamentale. Son concept de l’îlot ouvert » est aujourd’hui utilisé dans de nombreux projets de développement urbains. L’architecte a déjà reçu plusieurs prestigieuses distinctions dont le Grand Prix de l’Urbanisme.

Le Praemium Imperiale, dans sa 30e édition rend hommage à Christian de Portzamparc pour la catégorie « architecture ». « Ce sera pour nous l’occasion de redécouvrir et revisiter le Japon » dit l’architecte lors de son discours Mercredi le 11 juillet 2018. La cérémonie de la remise du prix se tiendra le 23 octobre prochain à Tokyo, elle sera présidée par le parrain d’honneur de la Japan Art Association, le prince Hitachi qui est le frère de l’empereur Akihito.

 

Sipane Hoh

Et les primés du Praemium Imperiale sont…
Mot clefs
Catégories
CYBER