• Accueil
  •  > 
  • Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Rejoignez Cyberarchi : 

Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin

© Cyberarchi 2020

Reims 2020-2050, une stratégie de l'attractivité part d'une vision prospective et propose des actions à court terme, 2020, premiers jalons d'un projet qui améliore durablement la ville et la vie urbaine à l'horizon 2050.

 
 
A+
 
a-
 

Il s'agit d'abord, en attirant habitants et entreprises, d'associer croissance démographique et développement économique. Mais ce regain de dynamisme ne prend son sens que dans une perspective de développement durable et de redistribution des richesses propres à donner à l'agglomération la cohésion sociale nécessaire pour anticiper les mutations profondes qui vont toucher la ville et son économie. Mutation des modes de vie et des manières de travailler, mutation des modes d'habiter et de consommer vont en effet avoir des conséquences profondes sur l'organisation urbaine et la forme de la ville.

Pour proposer une stratégie urbaine répondant à ces défis, notre travail s'appuie sur les qualités et potentialités du territoire, la géographie de ses paysages, la vivacité de son agriculture - champagne et agro ressources - ; la richesse de son patrimoine historique - origines romaines, culture romane, floraison gothique, villes nouvelles de la Renaissance et embellissements classiques - ; sa tradition industrielle : verrerie et chimie, mécanisme automobile et aviation... et ses expérimentations architecturales art nouveau et art déco, cités-jardins et logement social.

Il aborde l'avenir de la métropole en articulant trois échelles.

Le G10, métropole discontinue, est la première échelle de réflexion pour constituer une ville moyenne de niveau européen, capable de développer des fonctions métropolitaines et d'atteindre la taille critique permettant un rayonnement international. La taille critique, telle qu'elle apparaît dans les rapports Perben ou Balladur, c'est une métropole dépassant 400.000h dont une ville centre supérieure à 200.000h. Avec le G10, 600.000h dans les agglomérations, 750.000h en englobant le semis des petites villes et des bourgs agricoles, l'Eurométrople rémoise devient comparable à Francfort (670.000h), Gênes (615.000h) ou Séville (617.000h), villes moyennes qui ne sont pas de grandes capitales (Paris, Londres, Madrid...) ni de grandes métropoles économiques (Milan, Barcelone, la Randstadt...) mais jouent un rôle important au plan économique ou financier, universitaire, touristique ou culturel et jouissent d'une reconnaissance mondiale que Reims possède déjà avec le champagne.

Reims ville-jardin est la seconde échelle. Elle engage une économie de territoire et une nouvelle relation ville / campagne, caractéristique de la ville durable du XXIe siècle. Elle s'appuie sur les savoir-faire du champagne et du luxe pour réintroduire l'industrie à Reims et développer son attractivité. Remarquablement compacte, Reims a su maintenir un rapport franc avec la campagne voisine en même temps que la ville conserve une tradition de jardins : promenades, cités-jardins, jardins familiaux, vignes encloses. En nous appuyant sur cette tradition, nous proposons une économie du territoire urbanisé. Construire la ville sur la ville en rapprochant les logements des équipements et des transports est le premier pas d'une ville durable ; maintenir les zones humides et développer l'agriculture vivrière et les vignobles à la porte de la ville marque la rupture avec la logique de l'extension consommatrice d'espace, d'énergie et de temps.

L'utilisation judicieuse des friches existantes et des délaissés, la requalification des zones industrielles et des grands ensembles permettent de créer autant d'éco quartiers accueillant habitants et activités dans de bonnes conditions d'environnement et d'économie énergétique. Ces actions associées à un meilleur usage du bâti existant dont souvent certaines parties sont peu utilisées et à une légère densification des tissus anciens permettront à l'agglomération (RM) d'atteindre 230.000h en 2020 et de dépasser 250.000h en 2050.

La troisième échelle est celle de la proximité et de la vie quotidienne. Elle s'appuie sur les qualités paysagères de la ville, le sillon de la Vesle et du canal, le patrimoine historique, le maillage des places et des centres de quartier reliés par un réseau de mobilité combinant transports publics et modes doux. Il s'agit, grâce à un travail sur l'espace public et les équipements, de ponctuer l'ensemble du territoire de l'agglomération par des centres de vie : centres de quartier de Reims même, centres-villes des communes voisines apportant à chaque habitant les services, l'accès à la mobilité, les lieux de culture, de formation et de rencontres propres à la vie urbaine.

Dans cette perspective, la requalification et l'amplification du centre-ville de Reims s'appuient sur une stratégie de "place en place" pour relier le centre nord (place d'Erlon / cathédrale) au pôle sud (Saint-Rémi / Saint-Nicaise) et donner à l'Euro Métropole une centralité attractive à l'échelle de ses ambitions. A côté de ce centre majeur, d'autres polarités ponctuent l'agglomération qui a vocation à devenir une ville-jardin polycentrique. Ainsi sommes-nous particulièrement attentifs à différents sites comme celui du quartier de la gare TGV de Reims-Bezannes, nouvelle porte de la métropole dont nous proposons une édification rapide en partant du projet existant, tout en réservant la possibilité d'une densification ultérieure progressive afin d'accompagner le développement économique et de retrouver la capacité de la ville à évoluer dans le temps, caractéristique essentielle d'un urbanisme durable.

De même, dans l'hypothèse d'un rassemblement de l'Université Reims Champagne Ardennes sur le site de Croix-Rouge, proposons-nous en nous appuyant sur les grandes maisons existantes de créer à côté du Parc des Expositions une cité du champagne et du luxe donnant à l'industrie du champagne une façade internationale qui manque à Reims. En rénovant les savoir-faire techniques et artistiques liés au champagne et en les ouvrant à d'autres productions une telle cité peut être un moteur pour l'économie de l'Euro Métropole et susciter une gamme d'emplois diversifiés, du commerce international (appuyé sur Reims Business School) au conditionnement, du design (appuyé sur les formations existantes) à la redynamisation des industries de la verrerie et de la cartonnerie.

Philippe Panerai (et son équipe)

Lire également nos articles :
>> 'Reims 2020 : les trois projets' ;
>> 'Reims 2020 : campagne urbaine, campagne politique'.

Et consulter notre album-photos 'Reims 2020 : un nouveau cycle de développement urbain'.

Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Equipe Panerai : Reims 2020 - Euro métropole et ville-jardin
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER