• Accueil
  •  > 
  • En Martinique, le Mémorial de la catastrophe de 1902 vient de rouvrir
Rejoignez Cyberarchi : 

En Martinique, le Mémorial de la catastrophe de 1902 vient de rouvrir

Jean-Baptiste Barret : Copyright 2019

 

 

Mercredi le 08 mai 2019, a eu, en Martinique, l’inauguration du Mémorial de la catastrophe de 1902. Avec un parti architectural assumé, le projet de rénovation du musée, consacré à l’éruption de la montagne Pelée qui détruisit la ville et décima ses habitants le 8 mai 1902, témoigne d’une nouvelle étape dans la vie de l’institution. La réhabilitation complète du bâtiment a été dirigée par l’architecte Olivier Compère.

 

 
 
A+
 
a-
 

Le Mémorial de la catastrophe de 1902 - Musée Frank A. Perret - est un musée de la ville de Saint-Pierre, bénéficiant de l’appellation Musée de France. Il est géré depuis décembre 2018 par la fondation Clément dans le cadre d’une délégation de service public. Le but de l’intervention est d’installer le musée dans la ville.

 

Une mue régénératrice

 

Après seulement cinq mois de fermeture au public, l’équipement culturel a ouvert le 8 mai 2019. Mis à part son côté esthétique, l’opération se démarque par le recours à des matériaux simples ainsi qu’aux divers circuits courts d’approvisionnement. La pierre endommagée posée lors d’une précédente rénovation qui a eu lieu en 1969, a été remplacée par le bois, un matériau facile à approvisionner. De plus, il a été brûlé selon la technique japonaise ancestrale du shu sugi ban qui rend le bois plus résistant tout en faisant référence à l’histoire du lieu.

 

La construction originale date de 1933. D’inspiration Art Déco, l’ensemble est constitué d’un volume simple et des lignes pures. Les quelques changements opérés lors de cette dernière rénovation ont pour but d’améliorer l’aspect général tout en gardant l’existant. Il a été décidé de remettre la fontaine en service et de rénover l’esplanade et sa promenade en utilisant un simple béton désactivé dont les agrégats sont issus des flancs de la montagne Pelée. De même, une galerie a simplement été posée sur l’ancienne rampe d’accès afin de faciliter la circulation dans l’espace muséographique.

 

Un patrimoine ouvert sur le monde

 

L’équipement qui revêt d’une belle enveloppe de couleur foncée présente un panel de matériaux brut dont la simplicité résonne à merveille avec le mémorial. L’architecte, originaire de Grenoble, qui a réalisé plusieurs projets hôteliers en Martinique, a su redonner à l’architecture de l’époque son titre de noblesse tout en y opérant plusieurs changements. Il s’agit d’une intervention minutieuse sur le plus ancien musée de la Martinique, propriété de la ville de Saint-Pierre et fondé en 1933 par le volcanologue et philanthrope américain Frank A. Perret.

 

L’intérieur du musée a été rénové en 1988 lors de l’attribution à la ville de Saint-Pierre du label Ville d’art et d’histoire, puis, l’ensemble obtient l’appellation Musée de France en 2004. La dénomination « Mémorial de la catastrophe de 1902 » vient s’ajouter au nom historique du fondateur du musée pour marquer une nouvelle étape dans la vie du lieu tout en lui apportant une approche plus culturelle de la catastrophe.

 

L’exposition présente une collection permanente qui témoigne des éruptions de la montagne Pelée et de la destruction de la ville de Saint-Pierre. Le lieu qui forme un volume rectangulaire simple a été pensé pour répondre aux diverses attentes du public tout en favorisant la construction d’un patrimoine pour tous. L’édifice rénové se veut un lieu d’ancrage à grande portée culturelle et ouvert sur le monde.

 

Sipane Hoh

 

 

 

Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mémorial de la catastrophe de 1902
Mot clefs
Catégories
CYBER