• Accueil
  •  > 
  • Comment les Français perçoivent leur logement ?
Rejoignez Cyberarchi : 

Comment les Français perçoivent leur logement ?

A l'occasion de son lancement, le 'Lab' du bien-être Velux' a publié en septembre 2005 les résultats d'une enquête* qui révèle de nouveaux enseignements concernant les perceptions et les attentes des Français au sein de leur logement. Enquête disponible sur le stand Velux (Hall 1, Stand H54). Détails.

 
 
A+
 
a-
 

Les Français sont formels : ils estiment désormais que "leur bonheur est dans le pré", exprimant de ce fait une envie de plus en plus forte de se mettre au vert. Par ailleurs, cette tendance à vouloir habiter à la campagne ou proche de celle-ci est très souvent concomitante à une critique bien réelle de leur logement. Une partie importante d'entre eux estime en effet que l'habitation dans laquelle ils vivent aujourd'hui leur pose de réels problèmes : manque de place, manque d'isolation sonore... Pour autant, ils n'ont pas toujours les moyens de changer de lieu de vie.

En effet, l'étude révèle d'abord que près de 6 Français sur 10 rêvent d'habiter "La petite maison dans la prairie" pour avoir "beaucoup d'espaces verts et le bon air de la campagne", un besoin exprimé par l'ensemble de la population, toutes catégories confondues : cadres supérieurs, ouvriers, jeunes, plus âgés... Néanmoins, même si cet engouement est légitimement plus fort auprès des personnes vivant en milieu rural (67%), la vie à la campagne est aussi un rêve pour la majorité de celles vivant dans les plus grandes agglomérations (55% de celles habitant dans des communes de plus de 100.000 habitants).

De plus, si demain le progrès le leur permettait, 55% des Français aimeraient d'abord avoir le sentiment de vivre au contact de la nature en pouvant voir de n'importe quelle pièce de leur habitation les espaces verts et les arbres qui sont autour. Ce que veulent réellement les Français : faire entrer la nature dans la maison, par leurs fenêtres, bien avant la possibilité de pouvoir moduler l'arrangement des pièces de leur habitation, en fonction des occasions et de leurs besoins (29%). Cet attrait est d'autant plus fort pour les personnes vivant dans les grandes villes (59% de celles vivant en agglomération parisienne contre 53% de celles habitant en milieu rural).

Par ailleurs, ils sont selon l'enquête 82% à attacher aujourd'hui une importance au style architectural de la région quand il s'agit de rénover leur maison. Mieux, pour près d'1 Français sur 2 habitant une maison (45%), il est même fondamental d'utiliser des matériaux qui respectent ce cachet régional. Ce sont d'ailleurs les Parisiens (52%) et les ruraux (51%) qui estiment le plus ce respect fondamental de l'identité régionale de l'architecture. C'est-à-dire, d'un côté ceux qui vivent très certainement le plus souvent dans des maisons ayant un cachet "authentique et régional", et ceux qui rêvent le plus de pouvoir le faire. En revanche, au-delà de l'attrait manifesté pour la nature et la campagne, les Français émettent aussi de nombreuses critiques vis-à-vis de leur logement actuel.

Ainsi, plus d'1 Français sur 3 est dérangé par le manque d'isolation sonore. Plus précisément, le manque d'isolation sonore est aujourd'hui ressenti par une proportion très importante des Français vivant en grande agglomération (42% de ceux habitant dans des communes de plus de 100.000 habitants) et notamment par près d'un Parisien sur deux (48%).

Et, près d'un tiers des Français ont le sentiment que l'espace de leur habitation est trop restreint ou trop petit. 25% pensent même que leur logement n'est pas très bien aménagé pour y vivre avec des enfants. L'espace pose donc un problème non négligeable. Plus précisément, 40% des Parisiens estiment que leur logement est trop restreint ou trop petit (35% des Français et 46% des Parisiens éprouvent le sentiment de manquer d'une pièce dans leur logement actuel). Cette gêne est aussi particulièrement ressentie par une forte proportion de locataires (41%) et de personnes vivant en immeuble (39%). S'ils en avaient la possibilité, 27% des Français choisiraient comme pièce en plus, la pièce de détente pour la télévision ou la lecture. Après la pièce de détente, c'est la chambre en plus qui est citée par 22% des Français, illustration réelle du manque de place ressenti. Plus loin viennent la salle de jeu (17%), très plébiscitée par les parents d'enfants (28% - en première position devant la chambre en plus), le bureau (16%) et la salle de bains en plus (10%).

L'enquête IPSOS-'Lab' du bien-être VELUX donne des précisions sur les pièces privilégiées par les Français. Près d'1 Français sur 2 (48%) apporte le plus d'attention au séjour, pour se retrouver ensemble ou faire la fête. Suit la cuisine pour exercer les talents culinaires et faire des petits plats (24%). Les Français attendent donc d'abord de leur habitation qu'elle leur offre un cadre agréable pour la vie en commun. Néanmoins, pour les foyers où il y a au moins un enfant, c'est la - ou les - chambre(s) d'enfants qui est - sont - privilégiée(s) (17%).

Enfin, 67% des Français interrogés estiment, s'ils en avaient un besoin impératif, qu'ils ne pourraient pas, faute de moyens, changer d'habitation pour une autre au moins aussi bien aménagée et aussi bien située que celle qu'ils ont actuellement, avec une ou deux pièces de plus. Malgré leurs attentes et leurs désagréments concernant leur logement actuel, près de 7 Français sur 10 estiment donc ne pouvoir changer de lieu de vie. Ce n'est pas nouveau : le marché de l'immobilier flambe depuis maintenant quelques années. La question qui s'impose alors est la suivante : comment répondre à cette double envie exprimée par les Français de faire rentrer la nature dans leur habitat, tout en profitant d'un espace et d'un confort améliorés, et ce, à moindre coût ?

* Enquête IPSOS-Lab' du bien-être VELUX réalisée auprès d'un échantillon de 1016 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, les 24 et 25 juin par téléphone.

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER