• Accueil
  •  > 
  • Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Rejoignez Cyberarchi : 

Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu

© Laurent Perrin : Copyright 2017

Olivier Bravant livrera en fin d'année une médiathèque reposant essentiellement sur du bois, et sur des principes bioclimatiques simples mais savants. Avec une charge déportée sur les extérieurs, les poteaux en bois aux sections fines disent bonjour aux filaos du littoral, dans un balai étrange qui ne répond à aucune convention.

 
 
A+
 
a-
 

Quand on fait le tour de la nouvelle médiathèque de Saint-Leu, on ne peut s'empêcher de souligner sa masse. Mais en l'observant plus finement, on peut lui trouver une certaine légèreté. Le bois bien sûr, donne ce côté chaleureux et naturel. Mais ce sont aussi les nombreuses percées dans sa coque qui lui apporte une grâce indiscutable. « La forêt, c'est le point de départ de réflexion sur le concours, nous explique Olivier Brabant, l'architecte. L'apriori c'est de le faire en bois, vu l'espace et le site, le plus de bois possible même s'il y a un peu de béton à l'intérieur. Et c'est l'image du filao qui est en face : il est complètement tordu, il n'y a rien de droit. Le parallèle entre la structure et les filaos paraissait évident pour qu'il y ait une osmose entre un bâtiment et son environnement. »

Le filao, cet arbre aux rameaux rappelant la prêle, et dont les sujets forment le long du littoral un bien étrange balai. On s'y abrite à l'ombre du soleil, où l'on s'abime les pieds sur ses "chatons" femelles, des boules brunes d'1 ou 2 centimètres aux aspérité piquantes. « Ils ont été planté là parce qu'il y avait le chemin de fer qui y passait, pour alimenter la chaudière de la locomotive. C'était d'anciens marais salants, avec quelques fois des puits, avec de l'eau saumâtre. Ils ont comblé petit à petit et ont planté ces arbres ». Des arbres dont s'est inspiré l'architecte pour dessiner son oeuvre, lui conférant ainsi l'image d'un bâtiment naturel. Le bois - du pin d'Europe du nord - va se patiner, se foncer avec le temps, selon les façades et leurs orientations, et la pluie qu'elle vont recevoir.

 

La problématique bioclimatique du projet en 3 recettes

 

Et l'architecte de constater, et nous avec, qu'après presque un an de pose, le bardage n'a pas beaucoup grisé, il devient marron – on dirait qu'il bronze – car il est protégé par une avancée : « c'est toute la problématique bioclimatique du projet, de protéger les façades, c'est le B.A.BA, il n'y a pas 36.000 recettes, il y en a trois : 1, je surisole la toiture, avec le zinc ou avec la toiture-terrasse végétalisée, globalement à la Réunion on prend 70 % du temps le soleil zénithal ; 2, il faut que mes façades soit le plus froides possibles, donc je me protège du soleil, selon l'orientation j'ai des débords qui sont différents, et sur la façade ouest j'ai des toiles tendues qui vont créer des turbulences (un jeu d'expiration-inspiration) ; 3, l'aéraulique, avec une surventilation : toute la chaleur qui est à l'intérieur, je l'évacue, les façades sont surventilées, mais ça ne suffit pas avec un bâtiment de 25 mètres de large, le vent est fainéant, on ne peut pas dire que sur une telle surface, le vent va rentrer d'un côté et sortir de l'autre, jamais. »

Et cette surventilation à l'intérieur du bâtiment, on va la créer par un jeu de cheminées, naturelles elles-aussi. Des sortes de grandes ouvertures pratiquées à chaque étage du bâtiment, et qui amènent l'air à la toiture à travers de larges bouches d'extraction. « Je canalise l'air à chaque étage, les cheminées sont étanches au fur et à mesure des niveaux, jusqu'à leur sortie à l'air libre, pour éviter les fuites à l'intérieur du bâtiment. Et quelques fois elles fonctionnent aussi en admission, c'est le 2ème effet kiss-cool du projet. » Un principe à la fois simple et très savant. Car pour déterminer le dimensionnement et le positionnement optimal des cheminées, des maquettes au 50ème ont dû être passées en soufflerie dans les laboratoires Eiffel à Paris.

 

Des notions de sécurité à l'encontre des systèmes aérauliques

 

La problématique de la ventilation, ce sont aussi des notions de sécurité, dans un ERP (Établissement recevant du public), qui vont à l'encontre des systèmes aérauliques. « En discutant avec les pompiers on s'aperçoit toutefois qu'un bâtiment surventilé évacue plus rapidement les fumées, note Olivier Brabant. On "extracte" beaucoup plus que ce que la norme nous demande. Mais la norme nous demande quand même d'extracter avec un système qui est asservi, c'est à dire des jalousies, qui s'ouvrent quand il y a le feu, alors qu'à côté on n'a que des jalousies qui sont ouvertes. Mais pour la sécurité elles peuvent aussi être fermés, donc ça veut dire que ça ne marche pas. Pour la sécurité il faut quelque chose dont on soit sûr que c'est ouvert. Donc certaines jalousies sont asservies et commandées par un moteur relié à une centrale de sécurité incendie. »

Cette architecture conçue sur les principes bioclimatiques évite ainsi de recourir à la climatisation, sauf dans la partie bureaux engoncée dans un bloc béton central qui abrite aussi les ascenseurs. Ailleurs, sur de larges plateaux où seront disposées les étagères (on rappelle qu'il s'agit d'une médiathèque), des brasseurs d'air viennent apporter du confort. Les étagères s'appuient sur des contreventements, qu'elles masquent, et ne montent jamais jusqu'au plafond, pour permettre, toujours, la circulation de l'air et dégager la vue.

 

L'auditorium : un nouveau lieu pour Leu Tempo Festival

 

Au droit de la médiathèque, d'ancien magasins, dernièrement occupés par la police, vont être transformés en un auditorium de 90 places, comme partie du programme. « On a gardé les vieux murs et on a refait la structure en bois - elle était en métal -, qu'on a rehaussée pour donner du volume à l'intérieur, en ajoutant une partie, la régie, en zinc. » L'auditorium présente une scène à l'extérieur et une scène à l'intérieur. Il sera possible de jouer sur l'une ou l'autre, ou les deux à la fois, si besoin. L'intérieur est recouvert d'un deck et l'extérieur accueil des gradins en pavés de basalte. « Il y a un petit côté médiéval avec les contreforts, qu'on a laissés, j'adore, on remet juste un enduit à la chaux et à l'intérieur on laisse en l'état, on ne traite rien. » Un nouveau lieu pour Leu Tempo, le festival de théâtre et d'arts de rue, idéal avec son cachet ancien hérité de l'époque coloniale.

L'architecte a fait deux cadeaux à la ville. Le premier, c'est une circulation qui permet d'aller du centre-ville à la plage en passant par l'intérieur du site, entre la médiathèque et l'auditorium, une galerie couverte à l'abri du soleil. Le second, c'est la toiture-terrasse, si rare et si précieuse à La Réunion, où la plupart des toits sont en pente pour l'écoulement des eaux de pluie. Avec vue sur le spot légendaire de Saint-Leu, on peut y faire des apéro, des lectures, propose l'architecte, qui se prend à rêver de soirées-contes prolongées où les gens pourront venir se rencontrer après une journée plage. On y est déjà.

 

Laurent Perrin - Texte et photos

 

Médiathèque de Saint-Leu
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Saint-Leu, Réunion
Assistance à la maîtrise d'ouvrage (AMO) : CPS Consultant & Interface
Maîtrise d'oeuvre : Architecte Olivier Brabant
Bureau d'étude technique (BET) : Intégrale ingénierie (Structure/VRD/Fluides)
Livraison prévue : fin 2017, début 2018
Budget : 6,5 millions d'euros
Surface : 2000 m²

La médiathèque de Saint-Leu sera livrée fin 2017, début 2018
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
La médiathèque de Saint-Leu sera livrée fin 2017, début 2018
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
À gauche la médiathèque et à droite l'auditorium réhabilité
Les contreforts de l'auditorium lui donnent un côté médieval
L'auditorium vu de l'intérieur, charpente entièrement refaite
L'escalier, de secours uniquement, sur deux des côtés
L'espace tampon entre les poteaux et les façades
… et vue sur la vague légendaire de Saint-Leu de l'autre
La terrasse du 4ème avec vue sur la montagne d'un côté…
Les poteaux qui forment la "forêt" se terminent à 13 mètres
La bouche de sortie et ses jalousies, ouvertes et fermées
La bouche de sortie d'une cheminée, vue de l'extérieur
Au troisième niveau, un jardin planté
La première terrasse au 3ème niveau
La bouche de sortie d'une cheminée, vue de l'intérieur
Une des cheminées d'extraction naturelle de l'air
Un des vastes plateaux
L'escalier de la médiathèque
L'auditorium vu de l'extérieur
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Coin lecture avec vue sur la vague légendaire de Saint-Leu
Mot clefs
Catégories
CYBER