Rejoignez Cyberarchi : 

Claude Vasconi (1982)

© Cyberarchi 2020

Il faut classer ces bâtiments (de Renaudie et d'Aillaud) et non les démolir... Mais le meilleur peut côtoyer le pire, les choses qui sont effectivement insupportables parce qu'elles sont incroyablement mal vécues et ne sont plus vivables et il n'y a pas lieu de garder les plaies infinies irréparables, on le sait bien.

 
 
A+
 
a-
 

L'idée (des villes nouvelles) était de créer cette mixité en bâtissant les équipements en même temps que les logements et de ne pas reproduire l'erreur des grandes ZUP et de leurs cubes construits au milieu de nulle part. Mais Chalandon est arrivé et a vendu à l'encan les milliers d'hectares que l'Etat avait exproprié à grands frais. Le pire est le moment où Giscard est arrivé en disant : "Je veux que chaque Français est sa maison individuelle". Ce fut la ruée des promoteurs, un Far West où la France était à vendre.

Il faut mettre un terme au mythe français de la maison individuelle...

Les Solal-Balkany rapportaient des USA les shopping-centers en plaquant purement et simplement la recette américaine sur le territoire français... Ils ont ratiboisé les petits commerces et les artisans du pays, ils les ont acculés à la ruine à coups de centres commerciaux.

Aujourd'hui, la Sorbonne organise des cours du soir pour les vieux qui ne savent pas quoi faire et il n'y a plus un étudiant dans le quartier latin...

Le Ministère de l'équipement est à démanteler, pour qu'on arrête enfin de faire des routes et des ronds-points, parce que la destruction du territoire français qui s'accélère au quotidien se fait non seulement par le bâti mais aussi par les infrastructures violentes, les ronds-points et les déviations qui prolifèrent, les platanes qu'on sacrifie alors qu'il leur faut trois cents ans pour atteindre une hauteur respectable ! Nous sommes minables et incultes !

Cette rupture (de la reconstruction) rude et traumatisante, cette urgence ont permis à certains de se faire du pognon à coups de chemin de grue. Mais je préfère encore ça à la maison du Far West, généralisée sur tout le paysage français.

La moindre réunion pour décider du plus petit projet comme l'implantation d'un gymnase, représente une vingtaine de personnes issues des collectivités territoriales différentes, c'est du délire !

En Allemagne, les projets sont systématiquement exposés et débattus, de préférence en amont et une fois le projet choisi on le montre, ce qui ne se fait que rarement en France...

Lire notre article : 'Grands Prix et Grands Ensembles'.

Claude Vasconi (1982)
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER